François Marquet : "J'avais besoin de changement et de me renouveler"

Logo : Walfoot.be

Walfoot.be

Sans club depuis la fin de son contrat avec Ostende, le milieu de terrain a déposé ses valises en Roumanie du côté de Craiova.

Libre de tout contrat depuis la fin de son aventure à Ostende, François Marquet a rejoint FC Universitatea Craiova cet été. Une deuxième aventure à l'étranger pour le milieu de terrain qui avait évolué aux Pays-Bas du côté du PSV Eindhoven en 2015. "La Roumanie est un chouette pays et mon adaptation se déroule bien. J'ai été agréablement surpris car les infrastructures du club sont très bonnes. De plus, un nouveau centre d'entraînement va prochainement voir le jour. Le groupe est vraiment très sympa et beaucoup de joueurs francophones et étrangers en font partie, ce qui est plus facile pour prendre ses marques", nous confie le joueur âgé de 26 ans. 

Après trois années passées chez les Côtiers, le joueur formé au Standard de Liège est resté sans club pendant plusieurs semaines. "Malgré un temps de jeu réduit, je ne retiens que du positif de mon passage au KVO. De belles années et de belles rencontres. Néanmoins, j'aurais aimé jouer plus, mais c'est ainsi", explique l'ancien joueur de Waasland-Beveren. "Je m'attendais à plus de sollicitations cet été de la part des clubs belges. Plutôt que d'attendre, j'ai répondu favorablement à l'offre de Craiova qui était déjà venu frapper à la porte au mois de mai dernier. Le club me voulait vraiment et me faisait confiance. De plus, j'ai senti que j'avais besoin de changement et de me renouveler, et donc de quitter la Belgique. Une expérience de vie qui va me faire grandir. Au surplus, notre coach est un certain Adrian Mutu, une légende du football roumain qui a beaucoup à nous apprendre", ajoute le natif de Theux.

En Liga 1, il souhaite retrouver ce qu'il avait un peu perdu en Jupiler Pro League. "J'avais besoin de jouer et de retrouver le plaisir et cette compétitivité . La préparation durant la semaine est totalement différente quand on est titulaire ou remplaçant. Je retrouve mes sensations et j'ai hâte de progresser dans ce championnat où l'ambiance n'a rien à envier à celle qui règne en Belgique. La ferveur de nos supporters ressemblent à celle des fans du Standard, une atmosphère de feu", a conclu François Marquet.

À propos de Publisher