Ferrer raconte la signature de Mbappé au PSG « le projet sportif a fait la différence »

Logo : Parisfans.fr

Parisfans.fr

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/crop/face?h=810&image=https%3A%2F%2Fwww.parisfans.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2021%2F04%2Felu-4.jpg&q=25&w=1080

Luis Ferrer, recruteur et superviseur des adversaires du Paris Saint-Germain à partir de 2009, a officiellement quitté le club de la capitale il y a quelques mois. Cela pour se lancer dans le management sportif avec l’agence LF360. Il est aussi consultant pour Canal+ et s’exprime régulièrement au micro de Late Football Club. Ce samedi, il s’est confié dans Le Parisien à propos de son passage au PSG et son lien avec le club. L’occasion de revenir notamment sur l’énorme coup auquel il a participé : le recrutement de Kylian Mbappé (attaquant de 22 ans désormais) à l’AS Monaco alors que le Real Madrid était aussi dans le dossier.

Ferrer « S’il y avait eu un agent à la table des négociations, Paris n’aurait sans doute jamais fait signer Mbappé. »

« Pourquoi Antero Henrique (ancien directeur sportif, ndlr) m’a fait confiance ? Parce qu’au-delà du fait qu’on parlait la même langue, on a été complémentaires dans le dossier très compliqué du transfert de Kylian Mbappé à Paris. Durant l’été, je lui ai suggéré de passer à l’offensive. Je venais d’apprendre que le Real Madrid n’assurait pas une place de titulaire à Kylian, j’ai donc proposé à Antero qu’Unai Emery s’engage en ce sens auprès de lui. Ce jour-là, je me souviens à quel point Unai a été très fort, très bon ! Il a donné sa parole à Kylian qu’avec lui il jouerait. Et il a tenu sa promesse.  Quel était le but de ma présence permanente auprès de la famille ? De rassurer la famille. Antero Henrique m’avait donné carte blanche mais il m’avait prévenu : ‘Ce transfert, on doit le faire !’ Je me suis rapproché de Marc Westerloppe, qui connaissait bien la famille. À ce moment-là, ma tête était 100 % consacrée à Mbappé ! Mon but était de les convaincre de ne pas opter pour le Real Madrid. Et ça n’a pas été simple, Jorge Mendes m’a fait la totale pour qu’on abandonne (rires). Ce qui a fait la différence ? Le projet sportif. S’il y avait eu un agent à la table des négociations, Paris n’aurait sans doute jamais fait signer Kylian. Mais comme c’était le papa et la maman de Kylian qui le représentaient, jamais l’argent n’est entré dans la réflexion. On était à un an de la Coupe du monde, Kylian avait 18 ans, et ils ont compris qu’à Paris il allait jouer. Alors qu’au Real, il y avait encore la BBC (Benzema, Bale, Cristiano Ronaldo).

Ferrer « certains au club pensaient que ça ne passerait jamais au niveau du fair-play financier »

Au moment où il nous a dit oui, les réticences étaient fortes au PSG. Pas du côté du sportif, mais certains au club pensaient que ça ne passerait jamais au niveau du fair-play financier. C’est aussi pourquoi la signature a eu lieu aussi tard le 31 août à l’hôtel des Bleus à Enghien-les-Bains, après une nuit de négociations au siège du PSG. »

Certains ont parfois le sentiment qu’il suffit de discuter un peu avec un joueur et de faire une offre pour savoir s’il est possible de le recruter. Mais ce n’est que le résumé fait dans les jeux vidéos. Bien sûr, parfois, cela peut aller très vite si tous les éléments sont alignés dès le début. Sauf qu’il ne faut pas oublier que chaque partie peut avoir d’autres pistes des positions qui sont éloignées au début. Il peut s’agir du salaire, du poste, du temps de jeu et autres points. Dans le cas de Mbappé, il y avait notamment une concurrence féroce.

D’autant plus que l’AS Monaco optait plutôt pour une vente au Real Madrid. Et il ne faut jamais l’oublier l’importance du club qui a un contrat avec le joueur dans les négociations. Comme expliqué précédemment, il n’y a souvent rien de simple. C’est pourquoi les dossiers peuvent prendre du temps, même pour une prolongation de contrat. Ici, il s’agissait de recruter l’un des plus grands potentiels de sa génération. Cela avec un joueur et une famille qui accordent beaucoup d’importance au projet sportif, aux possibilités pour l’attaquant au sein de son équipe et à l’avenir. On le voit avec la longue négociation pour sa prolongation de contrat en ce moment.

Luis Ferrer rappelle qu’il y avait une difficulté supplémentaire : le Fair-Play Financier. Le PSG venait de réussir l’énorme coup de recruter Neymar au FC Barcelone pour 222 millions d’euros, il fallait donc faire passer une nouvelle dépense. Ce qui a logiquement demandé de grandes discussions. Il est surprenant de voir d’ailleurs que Paris avait obtenu l’accord du joueur sans être tout à fait prêt sur les détails financiers pour être serein face à l’UEFA et son Fair-Play Financier. Mais cela a finalement été une réussite. Et on espère que Mbappé va continuer au PSG.

À propos de Publisher