Zinédine Zidane : “le PSG ? Il ne faut jamais dire jamais” | OneFootball

Zinédine Zidane : “le PSG ? Il ne faut jamais dire jamais”

Logo : BeFoot

BeFoot

Alors qu’il souffle ses 50 bougies, Zinédine Zidane a accordé une interview pour le média l’Equipe. L’ancien international français a évoqué plusieurs sujets : l’équipe de France, le PSG, Karim Benzema …

Les dernières rumeurs envoyaient Zinédine Zidane, le pur marseillais, en tant qu’entraîneur du Paris Saint-Germain. Des rumeurs balayées par Nasser Al-Khelaifi lors d’un entretien pour Le Parisien. Interrogé à ce sujet, “Zizou” n’a pas totalement fermé la porte :

« Il ne faut jamais dire jamais. Surtout lorsque vous êtes entraîneur aujourd’hui. Quand j’étais joueur, j’avais le choix, presque tous les clubs. Entraîneur, il n’y a pas cinquante clubs où je peux aller. Il y a deux ou trois possibilités.(…) Si je repars dans un club, c’est pour gagner. Je le dis en toute modestie. C’est pour cela que je ne peux pas aller n’importe où. Pour d’autres raisons, aussi, je ne pourrais peut être pas aller partout »

International français entre 1994 et 2002, Zinédine Zidane aimerait retrouver les Bleus. Alors, évidemment, pas pour jouer mais pour devenir le sélectionneur. Tout est lié à l’avenir de Didier Deschamps à la tête de l’équipe de France. Depuis quelques mois, Zidane souhaiterait prendre les commandes de l’EDF :

« J’en ai envie, bien sûr. Je le serai, je l’espère, un jour. Quand ? Ça ne dépend pas de moi. Mais j’ai envie de boucler la boucle avec l’équipe de France. J’ai connu cette équipe de France en tant que joueur. Et c’est la plus belle des choses qui me soient arrivées ! (Il met sa main sur son cœur.) Mais vraiment ! C’est le summum. Et donc, comme j’ai vécu ça et qu’aujourd’hui je suis entraîneur, l’équipe de France est bien ancrée dans ma tête. […] Je ne sais pas (quand, NDLR). Si ça doit se faire, ça se fera, à ce moment-là ou pas. Quand je dis que j’ai envie de prendre un jour l’équipe de France, je l’assume. Aujourd’hui, une équipe est en place. Avec ses objectifs. Mais si l’opportunité se présente ensuite, alors je serai là. Encore une fois, cela ne dépend pas de moi. Mon envie profonde est là. L’équipe de France est la plus belle chose qui soit »

Zinédine Zidane est également revenu sur son match avec l’équipe de France contre l’Italie (1-1, 3-5 aux tirs au but) : entre la panenka face à Buffon et le coup de tête sur Marco Materazzi.

« On est à la 7e minute. Il en reste 83. Je suis obligé de la (panenka) tenter. Même si je la rate, je peux me rattraper derrière. Il reste du temps. Et j’ai en face l’un des plus grands gardiens du monde avec “Gigi” (Buffon). Il me connaît. Je dois le surprendre. Ca dure dix secondes dans la tête. Je n’ai jamais fait de panenka. Mais ce n’est pas un manque de respect. Je sais que certains gardiens peuvent l’interpréter comme cela. Mais ce n’est pas le cas là. Je n’y vais pas pour ça, pour humilier. J’y vais pour marquer » « Lui (Materazzi), il ne me parle pas de ma mère. Mais il a insulté ma sœur, qui était auprès de ma maman, ce moment-là. Sur un terrain, il y a déjà eu des insultes. Tout le monde se parle, parfois mal, mais tu ne fais rien. Là, ce jour-là, il s’est passé ce qu’il s’est passé. Il a déclenché quelque chose en parlant de ma sœur Lila. L’espace d’une seconde. Et c’est parti. Mais après, il faut accepter. Je ne suis pas fier mais ça fait partie de mon parcours. A ce moment-là, j’était plus fragile. C’est parfois dans ces moments que tu peux faire quelques chose qui n’est pas bien … »

« Karim est comme le petit frère que je n’ai pas eu »

Zinédine Zidane a été questionné sur son doublé (Liga + Ligue des Champions avec le Real Madrid, en 2017 : « c’est fort parce que c’est plus dur. C’est fantastique de gagner la Ligue des Champions. Mais la chose la plus difficile et la plus belle après une saison entière, c’est de remporter la Liga. Quand tu fais 38 journées et que tu es champion, c’est fabuleux. La Ligue des Champions est prestigieuse. Ce sont 13 matchs avec l’intensité qui va crescendo. Les joueurs sont là et encore plus dans les grands rendez-vous à élimination directe. »

Sur sa relation avec Karim Benzema, Zidane est cash :

« Il y a de l’affection. Karim est comme le petit frère que je n’ai pas eu. Je suis le dernier de la famille. Notre relation est allée crescendo. On a appris à se connaître quand il est arrivé à Madrid, que j’étais conseiller du président puis second de Carlo (Ancelotti). Là, on se voit un peu moins .On s’envoie des messages. Mais il sait où je suis. Je sais où il est. Sa saison ne m’étonne pas. C’est juste la continuité. Je savais qu’il était capable de ce qu’il a fait. Il a été très bon tout le temps au Real. Le seul truc, là, c’est qu’il est juste exceptionnel ! Le Ballon d’Or ? Ce n’est pas seulement moi qui dit qu’il faut le lui donner, c’est la terre entière ! C’est plus que le mériter »

Zinédine Zidane s’est livré pour le journal l’Equipe. 20 pages consacrées à la vie du Français, mélangeant confessions et anecdotes. Un entretien très intéressant où l’on apprend un peu plus sur la vie de ce lui qui fête ses 50 ans, ce jeudi.

Suivez l’actualité du football mondial sur notre compte Twitter !

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher