Yacine Adli : « Ca doit faire 3-4 ans qu’on change de coach régulièrement. Au bout d’un moment, il faut que les joueurs prennent leurs responsabilités. Tout le monde est en danger » | OneFootball

Yacine Adli : « Ca doit faire 3-4 ans qu’on change de coach régulièrement. Au bout d’un moment, il faut que les joueurs prennent leurs responsabilités. Tout le monde est en danger »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Yacine Adli a longuement été questionné sur son coach aux Girondins de Bordeaux, Vladimir Petkovic, qui semble menacé par rapport à la rencontre de dimanche face à Strasbourg.

« On n’a pas senti quelqu’un qui était ailleurs cette semaine. On a senti quelqu’un qui avait la volonté de préparer le match de dimanche pour faire un résultat. Après, c’est à nous les joueurs de prendre nos responsabilités parce ça doit faire 3-4 ans qu’on change de coach régulièrement. Au bout d’un moment, il faut que les joueurs prennent leurs responsabilités, c’est nous qui sommes sur le terrain. Il va falloir montrer déjà quelque chose de meilleur en premier » « L’avenir du coach, ça, on ne le maitrise pas. Le coach est avec nous, il essaye de donner son maximum. Nous aussi on doit donner le maximum sur le terrain et c’est à nous de prendre nos responsabilités. Après, voilà, tout le monde est en danger à partir du moment où on a ces résultats-là, tout le monde peut être en danger. Maintenant, c’est aux joueurs de prendre leurs responsabilités et de faire en sorte de gagner ce match contre Strasbourg ». « Si le groupe adhère encore au coach ? Bah, ce qui est sûr, c’est qu’il y a une chose à laquelle on n’adhère pas, c’est ce qu’on a montré contre Rennes. Nous, les joueurs, on ne peut pas adhérer à ça. Au bout d’un moment, il faut arrêter de sa cacher derrière l’excuse du coach, du Président, des absents. Quand on est sur le terrain, il faut montrer beaucoup plus d’envie que ça, beaucoup plus d’agressivité, ce qu’on n’a pas mis face à Rennes. Sur le match de Marseille, il y avait beaucoup de choses en dehors qui ont fait que les joueurs n’étaient pas à 100%, mais on n’a pas eu ce supplément d’âme qu’on doit avoir dans ce match-là. Il faut changer ça, et ça passe par nous, encore une fois, les joueurs ».

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher