💥 Vente du club : Des candidats retoqués et des règles du jeu fluctuantes ! | OneFootball

💥 Vente du club : Des candidats retoqués et des règles du jeu fluctuantes !

Logo : Peuple-Vert.fr

Peuple-Vert.fr

Gilles Bellaiche, président de la société Financial, a assuré en novembre dernier, à la demande d'Olivier Markarian, l'audit de l'ASSE. En décembre, après étude de la candidature de l'entrepreneur Drômois, la société KPMG conseillait aux actionnaires de renoncer à cette offre selon nos informations. A cette époque, toujours selon nos informations, elle en faisait de même avec le dossier Roussier soutenu par T&S. Des dossiers qui illustrent la complexité de la vente du club en coulisse...

Gilles Bellaiche a été missionné fin 2021 par Olivier Markarian, dans le cadre du projet de rachat de l'ASSE, afin d'analyser les données présentes dans la data room du club. Une analyse surprenante puisque très rapidement, comme indiqué dans un article paru dans le Figaro il y a quelques jours, le commissaire aux comptes se rend compte que de nombreux éléments sont absents dans la fameuse data room, et pas des moindres. Une rétention d'informations inédite pour Gilles Bellaiche qui témoigne dans Le Progrès :

"Dès qu’on est rentré dans la data room, on s’est retrouvé avec des informations récentes qui n’étaient pas disponibles. C’est difficile de vendre une voiture si on n’ouvre pas le capot pour voir le moteur… On ne peut pas signer l’acte de vente et dire on vous montrera la superficie de la maison après. À mon avis, KPMG ne fait rien d’autre qu’exécuter le degré d’information qu’on a bien voulu leur donner. Cela fait des années que les actionnaires proclament vouloir vendre le club mais ils ne vont jamais au-delà de ce processus. À moins de ne tomber que sur des gens qui ne sont pas sérieux, ça montre que la volonté n’est pas assortie d’une réalité de transaction."

"La data room a été faite un peu dans la précipitation"

Gilles Bellaiche - Photo : Capture d'Ă©cran Ă©mission I24 - 2020

"La data room a été faite un peu dans la précipitation. Quand on n’a pas eu le temps de préparer la maison pour la mettre en vente, s’il y a de la poussière, parfois on la met sous le tapis.On avait le sentiment qu’on était un peu baladé. Je n’ai jamais eu une transaction d’un club de football dans laquelle on ne communique pas les contrats des joueurs. C’est l’actif essentiel du club. Si on n’a pas les documents propres à chaque joueur, on ne pourra pas contrôler la valeur."

KPMG a conseillé de mettre fin aux discussions avec Markarian et Roussier !

Oct 9, 2020; Newtown Square, Pennsylvania, USA; Gemma Dryburgh hits her tee shot on the first hole during the second round of the 2020 KPMG Women's PGA Championship golf tournament at Aronimink Golf Club. Mandatory Credit: Brian Spurlock-USA TODAY Sports/Sipa USA

By Icon Sport - Gemma DRYBURGH - Philadelphie (Etats Unis)

Amateurisme de nos dirigeants ou volonté d'écarter un potentiel racheteur qui ne correspondait pas aux standards attendus ? Il semblerait que la seconde version soit la plus crédible. D'autres candidats ont pu accéder à des éléments restés cachés à Olivier Markarian et son équipe. Pourquoi ? L'ambition de l'entrepreneur local dérangeait-elle nos présidents ? Ce qui est certain, c'est que la société KPMG, selon nos informations, avait dissuadé Roland Romeyer et Bernard Caïazzo de poursuivre les échanges avec le duo Fuchs/Markarian en décembre dernier. KPMG insistait à l'époque sur l'incapacité du ticket Fuchs/Markarian à pouvoir présenter après 6 mois de discussion un consortium d'investisseurs solides (pas d'offre fermes des co-investisseurs évoqués au moment de l'offre non liante) pouvant injecter les fonds nécessaires. KPMG recommandait alors de mettre l'accent sur le faible montant qui serait injecté dans le club et qui ne lui permettrait pas de faire face à ses échéances à court terme ni son développement à moyen terme.

La vente de l'ASSE s’apparente à un feuilleton sans fin dans lequel tous les coups semblent permis. Si la volonté d'écarter Olivier Markarian n'est pas prouvée, elle est toutefois crédible. KPMG a pu ne pas être rassuré de son côté par les sommes que prévoyait d'injecter l'homme d'affaire, associé à une banque Luxembourgeoise.

KPMG a également écarté d'autres candidats. Toujours selon nos informations, le dossier Pineau/Roussier avait également été retoqué en décembre dernier au regard de l'incapacité de T&S et de ses représentants à fournir des garanties financières provenant d'un établissement bancaire de premier plan. L'absence de ces éléments ne permettaient pas dès lors à KPMG de se forger une conviction sur l'origine des fonds. Par ailleurs, KPMG était également refroidit par le non engagement de T&S à injecter une somme significative dans le club au moment du closing.

A ce jour, d'autres candidats au rachat du club échangeraient avec KPMG selon le communiqué des actionnaires de l'ASSE paru hier. Si le dossier Blitzer n'est pas complètement refermé, il a semble-t-il pris du plomb dans l'aile... A moins que ce ne soit une nouvelle manœuvre opérée par les présidents pour faire monter les enchères... Quand on vous parlait d'un feuilleton sans fin...

Mentionné dans cet article

Ă€ propos de Publisher