Un OL remanié s’impose à Brøndby grâce au doublé de Cherki (1-3) | OneFootball

Un OL remanié s’impose à Brøndby grâce au doublé de Cherki (1-3)

Logo : Olympique-et-Lyonnais

Olympique-et-Lyonnais

Peter Bosz avait aligné une formation rajeunie et inédite au coup d’envoi du match contre Brøndby ce jeudi. Malmené pendant 55 minutes, l’OL a renversé son adversaire pour finalement l’emporter 3 à 1

Démarrée tambour battant, la première période de l’Olympique lyonnais contre Brøndby a ensuite vite ressemblé à un mauvais scénario. Après 5 minutes très rythmées et avec de l’intensité, les Rhodaniens ont multiplié les approximations et les erreurs techniques. S’ils ont eu la possession du ballon, ils ont eu du mal à se trouver offensivement, dans une animation très pauvre. Ils ont eu une seule véritable occasion avant la pause par l’intermédiaire de Tino Kadewere après un bon relai de Moussa Dembélé. En face, les Danois ont été plus tranchants. Malo Gusto a notamment dû réaliser un tacle salvateur à la 35e.


Cherki soulage l’OL


Dès le retour des vestiaires, l’OL a été puni sur un ballon perdu devant sa surface par Dembélé, Mikael Uhre est parvenu avec de la réussite à tacler le centre de Simon Hedlund dans la cage (1-0, 50e). Mais dos au mur dans cette rencontre, les joueurs de Peter Bosz ont su réagir. Si Islam Slimani a trouvé les gants du gardien, Rayan Cherki a chipé le cuir des pieds du défenseur adverse pour égaliser (1-1, 57e). Cette réalisation a vraisemblablement délivré les Lyonnais, puisque Cherki, encore lui, a doublé la mise d’une frappe imparable du gauche pour signer son premier doublé en coupe d’Europe (1-2, 66e). Dominateurs en fin de partie, les partenaires d’Anthony Lopes ont ajouté un nouveau but grâce à Slimani (1-3, 76e). Cet avantage a permis de lancer dans le grand bain le jeune Hugo Vogel (17 ans). Le défenseur est entré à la 87e à la place de Malo Gusto.

Ce succès, qui aurait pu être plus large sans la trop grande gourmandise de Karl Toko-Ekambi (90e+3), permet aux coéquipiers de Damien Da Silva de poursuivre leur sans-faute dans cette compétition (5 victoires en autant de journées). Ils leur restent un dernier match de poule à disputer dans cette Ligue Europa, le 9 décembre avec la réception des Glasgow Rangers, une nouvelle affiche sans enjeux puisqu'ils sont déjà qualifiés. L’OL retrouvera la Ligue 1 ce dimanche avec un déplacement capital à Montpellier à 17 heures.


Les tops et les flops


Les tops

Cherki : en 1re période, il a eu beaucoup d’activité sur son couloir droit avec Malo Gusto. Cela n’a pas payé, mais sans le jeune attaquant, il y aurait eu peu de mouvements à noter. En 2e période, la révolte est venue de lui avec ce doublé qu’il s’offre presque tout seul. Certes, le jeu de Cherki produit du déchet, mais il crée également des différences.

Lukeba : pour sa première titularisation depuis le 15 août, le défenseur central a été très rassurant. Fort dans les duels, il a également fait preuve d’un bon sens de l’anticipation lorsque cela s’imposait. Ses passes ont souvent permis à l’OL d’avancer et de casser des lignes lorsqu’il faisait face au bloc danois.

Les flops

Kadewere : positionné dans le couloir gauche, ce qui n’est pas son poste, l’attaquant a eu du mal à peser sur la rencontre. Peu en vue, il a manqué la plus grosse occasion lyonnaise en 1re période. Il a débuté les 45 dernières minutes par une belle action en solitaire, avant de disparaître par la suite. Il a été remplacé à la 75e par Toko-Ekambi. Il faut tout de même noter qu’il s’agissait de son 1er match depuis le 24 octobre.

Dembélé : lui aussi faisait son grand retour à la compétition suite à sa blessure au ménisque. Titularisé avec Islam Slimani en pointe, le Français a eu du mal à combiner avec l’Algérien. Surtout, il a peu existé dans cette partie, souvent bien muselé par la défense adverse. Il n’a pas eu suffisamment de bons ballons pour peser sur la rencontre. A nuancer néanmoins puisqu’il s’agit de sa première apparition depuis le 22 septembre. Il bascule dans cette catégorie surtout pour cette approximation près de sa surface qui profite aux Scandinaves sur l'ouverture du score.

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher