Thomas Jacquemier : “Ce qui ne va pas, c’est qu’on est sur la défense d’un maillot qui représente une histoire et des valeurs” | OneFootball

Thomas Jacquemier : “Ce qui ne va pas, c’est qu’on est sur la défense d’un maillot qui représente une histoire et des valeurs”

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

« On avait acté un certain nombre de principes dans le contrat qui n‘ont pas été respectés. Ce contrat, il se trouve qu’il était construit de façon à ce qu’il soit payé en deux temps, donc cela veut dire qu’on ne démarre pas la seconde partie de saison. De toute façon, ça ne vient pas perturber la venue d’autres sponsors comme ça a été le cas cette semaine avec la venue du Crédit Mutuel qui est un très beau partenaire, et qui nous rejoint, d’ailleurs dans cet état d’esprit » « Winamax est arrivé dans un contexte complètement différent, dans une stratégie différente. On a eu des discussions, évidemment, parce que cela n’aboutit pas à ça sans avoir évoqué le sujet avec eux » « Ce qui nous déplait dans le comportement de Winamax ? Nous, ce qu’on attend d’un sponsor, c’est qu’il nous soutienne. Aujourd’hui, le maillot des Girondins de Bordeaux, c’est une histoire, c’est des valeurs, et pas juste un panneau publicitaire. A un moment donné, bien sûr qu’on a de l’humour aux Girondins de Bordeaux, mais là, on n’est pas du tout dans l’esprit d’un partenariat. On n’est pas du tout sur ça, mais clairement sur autre chose. On avait gardé des principes dans notre contrat qui n’ont pas été respectés, donc on l’a résilié pour cette raison » « On ne veut pas polémiquer, l’idée est d’avancer. On avance sur notre projet. Après avoir sauvé le club, on est dans un projet de construction, et notre philosophie et ce qu’on a envie de mettre en avant, s’éloignent totalement de ça ». « On sait que de temps en temps on mérite des critiques. On peut nous chambrer. Là, ce qui ne va pas, c’est qu’on est sur la défense d’un maillot qui représente une histoire et des valeurs, et quand on est sponsor d’un club, on le soutient. Ce n’est pas plus compliqué que ça » « On nous ressort des chiffres qui sont ceux de l’année dernière, de la DNCG. En réalité, le club travaille, il y a un nouveau projet. On savait que cette année par exemple ne serait pas évidente. Les conditions de reprise ont fait qu’il faut travailler, qu’il faut considérer le projet sur de la durée. L’exemple typique est le soutien qu’on a de tous les autres partenaires. On est dans une situation où le reste de nos partenaires sont vraiment au soutien du club. Il y a un vrai amour local au niveau du maillot » « Le manque à gagner on l’a déjà compensé par d’autres revenus, et il faut voir cette opération comme la mise en avant de choses très positives, qui pourraient d’ailleurs amener d’autres sponsors à nous soutenir ».

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher