Stade rennais - Clermont / Genesio : « Il faut rester mesuré quelque soit la situation » | OneFootball

Stade rennais - Clermont / Genesio : « Il faut rester mesuré quelque soit la situation »

Logo : Stade Rennais Online

Stade Rennais Online

Réaction : Lorsque la situation est difficile, j’ai tendance à ne pas être alarmiste. Lorsqu’on fait un bon match, j’ai tendance à ne pas être euphorique. Ce n’est pas être mou du genou, mais être mesuré.

Consignes : On a beaucoup échangé, fait de la vidéo, pour voir ce qu’on devait corriger et les bonnes choses qu’on avait pu faire sans les valider faute de justesse technique. Continuer à envoyer du positif et de la confiance aux joueurs. C’était important d’être lucide sur notre situation sans être trop négatif. Puis faire quelques choix pour amener de la fraîcheur à cette équipe, avec l’accumulation des matchs.

Etat d’esprit : Ça démontre qu’une équipe en confiance réalise des trucs plus facilement que lorsqu’elle est en plein doute. Ça veut dire qu’on est capable de le faire, on doit être capable de le reproduire dans une situation. Ça veut dire qu’il y a de la qualité, et que le foot de haut niveau est une remise en question perpétuelle et qu’il faut rester mesuré quelque soit la situation.

Jonas Martin : C’était le moment car ça fait 15 jours que je le vois monter en puissance à l’entraînement. Je suis là pour faire confiance aux joueurs qui montrent qu’ils le méritent. On est dans un enchainement de matchs très serré, donc c’est important d’avoir des rotations et donner du temps de jeu à des joueurs qui avaient plus de fraicheur. C’est aussi un joueur expérimenté, qui nous fait du bien. C’est un des joueurs qui a certainement le plus de matchs en Ligue 1 dans l’effectif. Je suis content car il est passé par des moments très difficiles.

Match référence : On verra dimanche, ce le sera si on est capable d’enchainer. Aujourd’hui oui, c’est un match référence mais j’attends de voir notre visage à Bordeaux.

Tactique : Le système était le même qu’à Marseille et qu’à certains matchs. Ce sont des choses qu’on travaille à l’entraînement. Mais aujourd’hui il y a une équipe qui a réussit à trouver de la confiance. Le premier but nous a libéré. On travaille toujours bien. On a tous notre responsabilité, moi la plus grande. Mais encore une fois, on n’était pas des moins que rien il y a 3 jours à Marseille, et on n’est pas devenus des champions du monde ce soir. Restons humbles et travailleurs.

Attaquants pressing haut : On avait l’intention de presser haut, on savait que c’était une équipe qui jouait. On pensait que Gaëtan et Martin pouvaient être très complémentaires dans ce domaine. Mais c’est toute l’équipe qui a été performante. C’est un match d’équipe ce soir, et c’est ce qu’on doit retrouver 9 fois sur 10.

Titularisations d’Omari et Assignon : Rotation ou concurrence ? Un peu des deux, mais aussi parce que j’ai confiance en eux. Quand on a confiance en ses joueurs, on se doit de leur montrer. On est dans un enchainement de matchs aussi. Hamari a joué presque 10 matchs en un peu moins d’un mois. Ce n’est aucune remise en question de qui que ce soit, mais simplement une concurrence et une rotation nécessaire dans un groupe. Ça montre qu’on peut compter sur ces jeunes là.

Critiques trop sévères : Je n’ai pas à juger de ça. Chacun fait ce qu’il a à faire. Je dis simplement que dans le foot il faut être mesuré, dans un sens comme dans l’autre. C’est mon job.

Badé remplaçant : Je fais des choix sur ce que je vois et ressens. Mais ce n’est jamais définitif, et ce n’est aucunement une remise en question pour Hamari, Loïc ou Baptiste (Santamaria). (…) Hamari est le capitaine de l’équipe, je le dis. Il a très bien joué son rôle de capitaine même s’il n’était pas sur le terrain ce soir.

Entrainement : Ce qui est important c’est d’avoir des repères, l’entraînement est fait pour ça, même si c’est compliqué quand on enchaine les matchs. L’objectif est que les joueurs savent ce qu’ils ont à faire quelque soit l’équipe en place.

But préféré sur les 6 : Tous sont beaux, certains plus collectifs que d’autres. Ça montre qu’on est capable d’avoir des dédoublements, redoublement de passe, jeu en une deux. On avait beaucoup de mal à rentrer dans la surface, ce soir on réussit à le faire car il y a eu beaucoup de courses, du jeu vers l’avant.

Mentionné dans cet article
À propos de Publisher