Sébastien (Débriefeur Gold FM) : « Toute l’ambiance, toute l’atmosphère, j’ai l’impression qu’on venait assister à un enterrement de première classe » | OneFootball

Sébastien (Débriefeur Gold FM) : « Toute l’ambiance, toute l’atmosphère, j’ai l’impression qu’on venait assister à un enterrement de première classe »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

“Le mot d’ordre c’était qu’on a tout essayé jusqu’à maintenant. On a essayé le dialogue, on a essayé le soutiens, on a essayé la motivation, on a essayé plein de choses. La seule chose qu’on n’avait pas essayé jusqu’à présent c’était de toucher directement la fierté, l’orgueil, en espérant un hypothétique sursaut de garçons, d’hommes et de jeunes hommes se faisant conspuer du début à la fin. Cela n’a pas marché non plus. Je ne vous cache pas que j’ai du quitter le virage, j’ai 38 ans, je vais au stade depuis 1993 et je ne l’ai jamais fait de ma vie. Pour la première fois de ma vie j’ai dû quitter le virage parce que je ne me sentais pas bien du tout. Je suis sorti vers la 20-25ème, je suis allé en coursive. Toute l’ambiance, toute l’atmosphère, j’ai l’impression qu’on venait assister à un enterrement de première classe. C’est vraiment la sensation que ça m’a donné. Je n’ai pas aimé ce que j’ai vécu, pourtant des matchs on en a tous fait, des matchs pourris… En 2005 on a failli descendre aussi mais franchement… C’était pesant, c’est comme ça que je l’ai ressenti. Je n’avais même pas envie de crier, je suis resté quasiment prostré, sans bouger. Cette sensation d’impuissance et en même temps, en deuxième mi-temps il y a quand même eu ce sursaut mais comme on l’a vu tant de fois cette saison, ça passe à côté, ça frôle un poteau. Encore une fois on avait l’occasion de s’accrocher et encore une fois on a laissé passer et c’est arrivé des dizaines de fois dans la saison. Ce n’était déjà ‘pas normal’ que Bordeaux avec 5 victoires et 90 buts encaissés, soit encore en position de potentiellement espérer un barrage. Cette situation là n’était déjà pas normale. Je l’ai très mal vécu, on n’avait jamais connu un truc pareil. J’ai envie d’être positif pour l’avenir et qu’il ne sera pas si noir qu’on nous le promet.”

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher