Ralf Rangnick évoque son échec à Manchester United et sa relation avec Cristiano Ronaldo | OneFootball

Ralf Rangnick évoque son échec à Manchester United et sa relation avec Cristiano Ronaldo

Logo : Walfoot.be

Walfoot.be

Le coach allemand dirigera son dernier match à la tête des Red Devils ce dimanche.

La saison de Manchester United sous la houlette de Rangnick n'a pas répondu aux immenses attentes. Les Mancuniens sont 6e et ne disputeront pas la Ligue des Champions la saison prochaine. Un échec, que le tacticien a tenté d'expliquer devant la presse anglaise : "Nous ne nous sommes jamais approchés du football agressif et proactif auquel je veux normalement toujours jouer : attaquer des adversaires dans leur propre moitié de terrain. Je suis plus qu'autocritique, j'aurais dû faire mieux. Je m'attendais à ce que mon personnel et moi puissions développer l'équipe de manière plus durable."

"Il n'y a pas que les joueurs, nous aurions tous pu faire mieux. Dans certains clubs, il a fallu des années avant que cette façon de jouer ne se reflète. Normalement, il y a aussi une préparation, mais je suis venu en décembre et nous ne pouvions nous concentrer que sur la prochaine course. Ce n'est pas une excuse. Nous aurions pu et dû faire mieux, je parle aussi de moi et de mon équipe", a-t-il poursuivi.

Son management de Cristiano Ronaldo était également un challenge et une source potentielle de difficultés. "Il a marqué quelques buts. Mais Cristiano, et je ne le blâme pas du tout, il a été très bon sur certains matchs, n'est pas un monstre au pressing, a commenté l’Allemand. Ce n'est pas un joueur, et il ne l'était pas non plus quand il était jeune, qui crie : 'Allez, l'équipe adverse a le ballon, où est-ce qu'on peut le récupérer ?' Et c'est pareil pour d'autres joueurs."

"Donc on a dû faire des compromis, peut-être qu'on en a trop fait, c'est possible. Mais on n'a jamais trouvé le bon équilibre entre ce que l'on devait faire avec et sans le ballon. Même en phase de possession, on ne s'est pas créé assez d'occasions", a-t-il ensuite dressé comme bilan.

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher