Quand le Real Madrid était pauvre | OneFootball

Quand le Real Madrid était pauvre

Logo : Real France

Real France

Dans les colonnes du quotidien Marca, le journaliste Santi Siguero revient aujourd’hui sur une période méconnue des générations actuelles. Non, le Real n’a pas toujours été un club riche.

"Maintenant que l'anti-madridisme, qui ressemble à la terre plate footballistique parce qu'il nie une réalité aussi évidente que la sphéricité parfaite du Real Madrid, est dans le marasme, il est bon de se rappeler que Dieu serre mais n'étouffe pas. Même si certains bénéficient d'un effet de levier et que d'autres s'enlisent, il est bon de se rappeler que le football, comme la vie, est un cycle. Le Real Madrid est aujourd'hui en pleine forme, même si des dizaines de journalistes et des centaines de tweeteurs jurent et se parjurent que le club est rongé par les dettes et que sa chute dans les abysses de l'insolvabilité est imminente. Comme si Ceferin et Tebas n'auraient pas tardé à se jeter sur cette jugulaire si, effectivement, elle avait été découverte et palpitante.

Mais oui. Il fut un temps où le Real Madrid était "à sec". Ruiné. Un long cycle, qui a commencé avec la mort de Santiago Bernabéu, s'est poursuivi avec quelques manœuvres économiques malencontreuses de Ramón Mendoza et est devenu palpable avec Lorenzo Sanz, qui a malgré tout conduit l'équipe à remporter deux Coupes d'Europe. Cependant, les doutes sur la viabilité économique du club ont ouvert les portes à Florentino Perez. Et c'est là que l'histoire a changé. Depuis les signatures du Barça de Cruyff, Neeskens, Schuster, Quini, Maradona, Laudrup, Stoichkov, Romario, Koeman et Ronaldo (cantera, Masía, DNA, bla bla bla), la situation a changé avec le Real Madrid de Figo, Zidane, Beckham et Ronaldo Nazario. En cours de route, il a fallu vendre des stars comme Seedorf, Redondo ou Makelele pour payer leurs salaires.

En réalité, ce n'est pas la première période de difficultés que le Real a traversée. Après la guerre, le club a été démantelé et le nouveau régime a parrainé l'Atlético Aviación, l'équipe de l'armée de l'air (quatre Ligas au cours des 12 premières années du régime franquiste, contre zéro pour le Real Madrid). Bernabéu a parié sur une émission d'obligations d'une valeur de 30 millions de pesetas qui a été payée par les supporters, bien que dépourvue de tout sentiment réel.

Nasser Al-Khelaifi, le dernier à avoir mis son grain de sel, devrait savoir que le Santiago Bernabéu est un stade qui s'est construit en dehors de la ville, dans un terrain vague où se trouvait son prédécesseur, et que le fait qu'il se trouve aujourd'hui au centre de Madrid est dû à l'inclinaison naturelle de l'économie et de l'urbanisme vers le nord. Lui qui a échangé le désert de Doha contre le verger de la Seine devrait le savoir mieux que quiconque. Il ne doivent pas non plus, ni les autres, être très intéressés par le fait que la mairie de Madrid, avec Arias Navarro à sa tête (qui a ensuite annoncé la mort du petit homme qui a si souvent requalifié les terres de Barcelone) a refusé la construction d'un nouveau stade au début des années 1970.

Oui, le Real Madrid a connu des moments difficiles à plusieurs reprises. Mais le simple (et triste) fait de manquer d'histoire n'implique pas l'ignorance de celle-ci. Et le fait de le savoir de première main en en ayant bénéficié à plusieurs reprises ne donne pas le droit de le déformer, de le manipuler et d'en faire une berceuse hilarante et lysergique pour nourrissons".

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher