PSG : Messi, Benzema, son top 3… les confidences de Mbappé sur le Ballon d’Or ! | OneFootball

PSG : Messi, Benzema, son top 3… les confidences de Mbappé sur le Ballon d’Or !

Logo : OnzeMondial

OnzeMondial

Au lendemain de l'annonce des 30 nommés pour le Ballon d'Or 2022, Kylian Mbappé s'est confié sur son rapport avec la plus prestigieuse distinction individuelle dans le monde du football.

Unique rescapé de la Ligue 1 parmi les 30 nommés pour le Ballon d'Or 2022, Kylian Mbappé n'a encore jamais atteint le podium de la prestigieuse distinction individuelle, malgré quatre nominations consécutives (7e en 2017, 4e en 2018, 6e en 2019 et 9e en 2021).

Alors que son coéquipier du Paris-Saint-Germain et lauréat en titre, Lionel Messi, n'a pas été retenu, l'attaquant français a accordé une interview à France Football, dans laquelle il se confie sur son rapport avec le Ballon d'Or. Si Kylian Mbappé évoque évidemment son rêve de remporter un jour ce trophée, il n'oublie pas d'adouber son compatriote du Real Madrid, Karim Benzema, qui devrait normalement remporter l'édition 2022 du Ballon d'Or.

Son premier souvenir du Ballon d’Or

"Comme pour tous ceux de ma génération, le Ballon d'Or est forcément associé à la bataille entre Leo (Messi) et Cristiano (Ronaldo). En fouillant vraiment loin dans ma mémoire, je me souviens un tout petit peu aussi de Ronaldinho (vainqueur en 2005). Mais, franchement, tout est écrasé par les deux gloutons qui se sont partagé le prix pendant si longtemps. Tous les ans, comme tout le monde, je me demandais lequel des deux allait l'avoir. Quand on y repense, ce mano a mano était assez dingue. Les jours de cérémonie, c'était marrant de les regarder quand ils étaient l'un à côté de l'autre. Et d'essayer de deviner, à leur visage, lequel des deux paraissait le plus en colère ou fâché parce qu'il savait qu'il n'avait pas gagné."

Comment devenir « ballondorisable » ?

"Il faut être un joueur total, complet. Qui ne se distingue pas seulement pour ses stats. On n'est pas forcément le meilleur joueur du monde parce qu'on marque 60 buts dans une saison. Ça aide, mais ce n'est pas assez. Il faut en plus, selon moi, prouver que l'on est en capacité de faire plein de choses, dans plein de situations différentes. Il y a beaucoup de grands joueurs, très forts dans un domaine. Mais le « ballondorisable », pour moi, doit être davantage qu'un grand joueur. Il faut qu'il possède une palette assez large. Il doit être décisif, même quand son équipe est moins bien. Surtout quand elle est moins bien. Il y en a assez peu à pouvoir faire basculer un match quasiment seuls. C'est aussi pour ça qu'on les paie cher. (Il sourit.) Le top joueur doit aussi donner de l'élan à tout un collectif, faire se soulever les foules. En fait, un Ballon d'Or doit être le prototype du joueur parfait. Celui auquel un maximum de gamins veulent s'identifier parce qu'il est fort partout. Ou presque. Pendant un an, il va représenter les footballeurs dans le monde entier. Cette référence doit donc être irréprochable, sans point faible."

Sa première nomination en 2017

"Franchement, j'étais super fier. À peine majeur, j'étais déjà associé à ces « gros noms ». Ça peut paraître anecdotique, mais pour moi, c'était un truc sérieux. Une vraie étape. Un peu comme un message envoyé au milieu du foot : "Bon, ben maintenant, je suis là. Je fais partie des meilleurs." Je recevais mon certificat de grand joueur. C'était officiel. Tu entres dans une première catégorie : ceux qui ont un jour fait partie des trente meilleurs joueurs du monde. Ça commence à devenir sérieux. Tu appartiens à une élite, à une caste. Il y a ceux qui en font partie et les autres. Et moi, j'en faisais partie, à 18 ans."

Son absence de podium

"Je considère que ma période 18-21 ans m'a permis de me stabiliser dans le Top 10. Je n'étais pas un joueur suffisamment « impactant ». Depuis deux ans, je pense en revanche que j'ai franchi un palier, j'ai un statut plus affirmé sur un terrain, je me débrouille mieux dans les matches couperets. Bref, je suis un candidat plus crédible, plus sérieux. Avant, j'étais une curiosité, et ma place dans le Top 10 était une récompense. Maintenant, j'ai envie, forcément, de plus. C'est un long processus. Je crois que désormais je fais partie des quatre-cinq noms qui reviennent régulièrement."

Les joueurs qui manquent au palmarès du Ballon d’Or

"Xavi et Iniesta, c'est comme s'ils l'avaient gagné quand Leo les prenait tous. Je me souviens de leur podium à trois (en 2010) et on avait le sentiment que le Ballon d'Or appartenait un peu aux trois, tellement ils étaient indissociables dans la réussite du Barça. En fait, le Thierry Henry d'Arsenal aurait mérité tellement il était fort. Il n'est pas passé loin en 2003 (2e, derrière Nedved). Il était tellement différent des autres..."

Déjà parlé du Ballon d'Or avec Messi ?

"Oui, le matin de la dernière cérémonie. Il était super nerveux alors qu'il allait chercher son septième trophée quelques heures plus tard. On pourrait penser qu'il avait l'habitude et qu'il était tranquille avant une telle soirée. Mais pas lui. Peut-être qu'il pensait à ce qu'il allait dire, comment il allait soulever son trophée. Je lui ai dit : "Mais ce n'est pas possible ! Moi, après six victoires, je viens avec un cigare à la soirée." Ça prouve qu'il a gardé cette âme d'enfant et que l'approche d'une telle remise l'excite encore. Il n'est pas blasé."

Un bonus Ballon d’Or négocié dans son contrat au PSG ?

"Bien sûr, comme pour tous les joueurs dont le club pense qu'il a une chance d'aller en chercher un. On te rajoute une carotte. Mais, franchement, si un jour je gagnais le Ballon d'Or, ma prime, ça serait la dernière chose à laquelle je penserais."

Son top 3 pour 2022

"(Longue réflexion.) Je dirais Benzema, moi et Mané."

Karim Benzema lauréat pour 2022 ?

"Forcément. Il a 34 ans, vient de faire la saison de sa vie, gagne une nouvelle Ligue des champions en étant souvent décisif... À la place de Karim, si je ne gagne pas là, j'arrête pour toujours de penser au Ballon d'Or. (Il s'esclaffe.)"

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher