Portrait : Miguel Crespo, de l’ombre à la lumière

Logo : Trivela

Trivela

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/crop/face?h=810&image=https%3A%2F%2Ftrivela.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2021%2F04%2Fmaxresdefault-1-e1618964391379.jpg&q=25&w=1080

Cette saison, le milieu de terrain d’Estoril Miguel Crespo fait indiscutablement partie des meilleurs joueurs de II Liga.

Confortablement installé à la première place de la II Liga, à tout juste cinq journées de la fin, Estoril va sans aucun doute retrouver l’élite du football portugais dès la saison prochaine. Et si ce succès et cette régularité démontrée est, avant tout, à mettre au profit de l’entraîneur Bruno Pinheiro, quelques individualités ressortent cependant de ce collectif particulièrement bien huilé. C’est notamment le cas du milieu de terrain offensif Miguel Crespo.

Né à Lyon, en France, mais parti rejoindre le nord du Portugal dès l’âge de 2 ans, le meneur de jeu qui se définit comme un joueur “dévoué” s’est en effet imposé comme l’une des références de la seconde division portugaise cette saison. Auteur de 4 buts en II Liga, dont le but vainqueur lors du match contre l’équipe B du Benfica en février dernier, le joueur de 25 ans a même été élu meilleur joueur du championnat pour le mois de décembre 2020. Une superbe saison, probablement bientôt couronnée d’un titre de champion, qui marque ainsi le premier point fort d’un début de carrière beaucoup moins flamboyant.

Un premier échec à Porto

C’est donc dans les rues de Castelo do Neiva, dans le nord du Portugal, que Miguel Crespo vit ses premières expériences ballon au pied. “A cette époque, je jouais au football parce que j’aimais ça, je ne me voyais pas faire carrière dans ce milieu”, a-t-il raconté au micro de Liga TV, avant de rajouter qu’il “pouvait jouer tous les jours de 10h du matin jusqu’à minuit sans problème, juste pour le plaisir”. Et alors qu’il éclabousse les terrains du nord du Portugal de son talent, il est invité, à l’âge de 11 ans, à rejoindre les prestigieuses écoles du FC Porto. Une nouvelle qui rend ses proches fiers, mais qui laisse le principal intéressé plus ou moins indifférent. “J’étais content de jouer dans un tel club, mais à cet âge là, tu ne prends pas forcément conscience de tout ce que peux t’apporter le FC Porto dans ta carrière.”

Deux petites années après son arrivée à Porto, le natif de Lyon n’est finalement pas conservé, et retrouve ainsi les joies du football amateur à l’Escola Luciano, où il avait déjà effectué ses deux premières années de footballeur. S’en suit alors de courts passages à Barroselas, à Feirense et à Neves, qui le mènent finalement au Merelinense FC, club de D3 portugaise situé dans la municipalité de Braga. Là-bas, Miguel Crespo réalise une saison exceptionnelle, durant laquelle il marque notamment 9 buts en 34 matchs de championnat, et permet même à son équipe de jouer les barrages pour la montée en D2, malheureusement perdus face à Viseu. Cependant, cette excellente première saison au troisième échelon national a permis à Miguel Crespo de se distinguer. C’est ainsi qu’il signe un contrat de deux ans avec le voisin, le SC Braga, en 2017.

Braga, pour découvrir la II Liga

Le deal est alors clair. Venu de troisième division, le milieu de terrain franco-portugais rejoint Braga pour évoluer, au moins dans un premier temps, avec l’équipe B du club, alors pensionnaire de la deuxième division portugaise. Cependant, dans une équipe en difficulté qui lutte pour le maintien, Miguel Crespo peine à montrer de la régularité dans ses performances et à s’imposer comme un titulaire de son équipe. Sur sa première saison à Braga, il n’est aligné qu’à 12 reprises sur les 38 matchs disputés en championnat.

Il devient cependant un joueur cadre de Braga B sur sa deuxième saison au club. Dans une équipe où un certain Francisco Trincão commence à connaître ses premières apparitions en II Liga, Miguel Crespo réalise quelques coups d’éclats, à l’image de cette superbe prestation contre Mafra à domicile (6-1), durant laquelle il inscrit un but et délivre deux passes décisives. Malheureusement, au terme d’un championnat particulièrement serré où seuls 8 points ont séparé le 7e du 17e, Braga B est relégué en D3. Une terrible nouvelle, à une période qui coïncide avec la fin du contrat de Miguel Crespo, qui s’envole gratuitement à Estoril pour jouer la remontée en D1.

Estoril, de l’ombre à la lumière

Et là encore, la première saison ne se passe pas comme prévu pour le meneur de jeu. Barré notamment par le phénomène Daniel Bragança dans l’entrejeu, Miguel Crespo ne semble pas faire partie des plans de son entraîneur Tiago Fernandes sur la première partie de saison. Cependant, suite à une série de mauvais résultat, le club décide de se séparer de ce dernier pour installer Pedro Duarte sur son banc au mois de janvier 2020. Et alors qu’il commençait petit à petit à retrouver du temps de jeu et à s’installer régulièrement dans le onze d’Estoril, Miguel Crespo a vu la saison s’arrêter brutalement dès le mois de mars, à cause de la crise sanitaire. Ses bonnes performances, malgré les résultats mitigés de son équipe, laissaient tout de même présager de bonnes choses pour la saison suivante.

Et comme certains sont moins précoces que d’autres, il aura bel et bien fallu ces quelques saisons d’adaptation à la deuxième division pour tirer le meilleur du talent de Miguel Crespo. Il aura également fallu l’arrivée de Bruno Pinheiro sur le banc d’Estoril, l’été dernier, pour polir un diamant brut qui avait, jusque-là, du mal à trouver de la régularité dans ses performances. D’ailleurs, le meneur de jeu, qui avoue prendre pour exemple Mesut Ozil et Luka Modric, a récemment déclaré que son entraîneur était en grande partie responsable de sa superbe saison. “Cette saison est merveilleuse parce que je suis en confiance. Je sens que l’entraîneur a confiance en moi, qu’il cherche à ce que je me sente bien. Du coup, ça se ressent sur le terrain”, a-t-il déclaré à Liga TV.

Quel avenir pour Miguel Crespo ?

Après plusieurs années plutôt compliquées passées dans les divisions inférieures portugaises, Miguel Crespo semble donc enfin avoir trouvé son équilibre. S’il avoue être “un grand casanier passionné par les séries télévisées”, le meneur de jeu de 25 ans pourrait cependant changer d’air dans les prochains mois, étant donné l’intérêt croissant que lui portent des clubs plus huppés que le sien. A moins qu’il ne décide de rester une saison de plus à Estoril, sous les ordres de son nouveau mentor, pour découvrir l’élite pour la première fois de sa carrière.