PL Preview 2020/2021 : Tottenham, reconstruction délicate

Logo : God Save The Foot

God Save The Foot

Image de l'article : PL Preview 2020/2021 : Tottenham, reconstruction délicate

Pour la reprise de la saison 2020/21 de Premier League, God Save The Foot vous présente chaque jour une de ses équipes. Tottenham a vécu un exercice 2019/20 très difficile après avoir tutoyé les sommets. Une gueule de bois douloureuse qu’on espère estompée dans le Nord de Londres grâce à son aspirine : José Mourinho.

Les échos de la gloire et le glas de la défaite

La saison de Tottenham est encore plus extraordinaire que la précédente. Nous parlons d’une saison sortant de l’ordinaire de l’histoire récente du club du Nord de Londres. Après une saison exceptionnelle en Ligue des Champions, et ces nuits à Manchester puis à Amsterdam qui a vu l’équipe du N17 atteindre la première finale de son histoire, le parcours calamiteux de la seconde partie du championnat avait laissé entrevoir certaines fractures.

Le mois précédent la finale, Mauricio Pochettino avait déclaré lors d’une entrevue avec Gary Lineker pour la BBC qu’il avait besoin d’un « meilleur mobilier » avec la livraison de sa nouvelle demeure, le Tottenham Hotspur Stadium. Pochettino revenait d’ailleurs sur ses 5 saisons à Tottenham où sont objectif initial était de rattraper le Top Four en 2015 alors qu’au moment de l’interview, le club se devait de recruter de nouveaux joueurs afin de se rapprocher des deux géants du Nord de l’Angleterre et de jouer le titre de manière récurrent.

Cela annonçait un mercato agité. Un profond remaniement s’annonçait avec les volontés de départ de joueurs comme Christian Eriksen, Toby Alderweireld ou encore Jan Vertonghen, au club depuis plusieurs années. Car le club a besoin de vendre avant d’acheter, à cause de finances limitées consécutives à une livraison de son stade, son retard n’a d’ailleurs pas aidé le club dans ce sens.

La manière de recruter de Tottenham est assez exceptionnelle pour un club de cette envergure. De manière schématique, il y a trois « sportifs » avec Steve Hitchen, le chef de la cellule de recrutement depuis 2005 qui se prononce de manière consultative sur les arrivées et départs. John McDermott, coordinateur des jeunes depuis 2009, et qui a acquis une certaine influence au sein du club depuis 2016, s’occupe de proposer des jeunes profils pouvant compléter l’effectif de l’équipe première. Mauricio Pochettino, lui, doit estimer les secteurs à renforcer et a une décision finale sur le transfert d’un joueur. Joueur proposé par Daniel Levy, président depuis le rachat du club par ENIC en 2001, qui s’occupe de la partie financière. Un quatuor qui n’avait signé un seul joueur depuis deux fenêtres du marché des transferts, le club n’ayant pas trouvé de profil adapté ou l’occasion de signer un joueur, à l’image du non-transfert de Jack Grealish, à cause du rachat d’Aston Villa par Wes Eden et Nassef Sawiris en juillet 2018 et la volonté annoncée de la conserver.

Les départs de Kieran Trippier (Atletico), Vincent Janssen (Monterrey), Georges-Kevin N’Koudou (Besiktas) ou encore de Fernando Llorente (fin du contrat), ont d’ailleurs laissé la place à de nouveaux joueurs comme Tanguy Ndombele, transfert record du club. Les arrivées de Ryan Sessegnon et de Giovanni Lo Celso ont laissé l’idée que Danny Rose et Christian Eriksen étaient sur le départ, sentiment accru pour le danois alors dans sa dernière année de contrat avec le club du Nord de Londres.

Mais cette reconstruction « profonde et douloureuse » qu’avait promis n’a jamais eu lieu, du moins à moitié, laissant entrevoir la perspective d’une saison toute aussi moyenne. Cette « régénération » promise via les départs et arrivées ne s’est pas opérée, conservant les mêmes problèmes défensifs dans le jeu.

Tout mais surtout rien

C’est peut-être la pire ou la meilleure saison qu’a choisi Amazon Prime Video pour tourner un documentaire (ou télé-réalité) sur Tottenham. Choix d’Amazon s’orientant dans l’idée de populariser le football aux Etats-Unis, qui détient les droits de diffusions de la Premier League lors de deux journées par saison. L’idée de Tottenham semblait logique, quand on sait que le Tottenham Hotspur Stadium doit accueillir deux rencontres de NFL par saison et que la popularité du club a gagné outre-Atlantique lors du passage de l’offensif Clint Dempsey.

Pour le terrain, tous les problèmes défensifs de Tottenham depuis la saison dernière et qui s’annoncent pour la saison à venir. Lors des 4 premiers matchs, Tottenham ne gagne qu’une fois, pour deux nuls et une défaite face à Newcastle avec aucun clean sheet. Le match d’ouverture face à Aston Villa est même un concentré de cet exercice 2019-20 avec un but encaissé très tôt sur erreur défensive, un jeu morne et sans créativité face à un bloc bas pour ensuite gagner grâce à ses individualités. C’était d’ailleurs la marque de Pochettino depuis la saison dernière, moins d’idée collective afin de laisser plus de place à l’individuel.

Aspect fonctionnant grâce de bon offensifs comme Harry Kane, Heung-Min Son ou encore Dele Alli, mais tactique suicidaire quand on doit s’en remettre à un Jan Vertonghen vieillissant, toujours au club ou Danny Rose, ne sachant plus défendre son halfspace, zone ultra-importante dans le jeu sans ballon de Pochettino. Cet exemple s’est d’ailleurs montré lors du but de Joelinton lors de la victoire de Newcastle lorsque Christian Atsu s’insérait entre Rose et Sanchez avant de servir Joelinton. Ce scénario où Tottenham encaisse un but sur une action anodine s’est vu trop de fois en ce début de saison. C’est d’ailleurs après cette rencontre que Pochettino invoquait les fébrilités défensives de son équipe liées à plusieurs problèmes.

L’espoir Mourinho

Sans véritable amélioration et un classement défavorable (14ème après 14 journées) pour Tottenham, Mauricio Pochettino s’est vu être limogé après 5 ans et demi au poste. C’est au lendemain qu’on apprend que Daniel Levy avait pris cette décision en ayant déjà sélectionné son remplaçant : José Mourinho.

Malgré de résultats corrects (50% de victoires en 26 matchs de championnat) José Mourinho ne réussit pas véritablement à dynamiser ce groupe et ce malgré les arrivées de Steven Bergwijn et du jeune Gedson Fernandes lors du mercato hivernal. On se rend rapidement compte que peu importe le manager, le groupe n’est plus apte à jouer et à défendre aussi efficacement qu’antan. Le Special One prend tout de même quelques décisions importantes comme ostraciser Christian Eriksen parti à l’Inter en janvier, Danny Rose prêté jusqu’à la fin de la saison à Newcastle United ou Jan Vertonghen qui ne débutera qu’un match après le Restart. Des joueurs qui étaient déjà critiqués pour leur contribution défensive lorsque Pochettino était encore aux commandes. Le mal étant profond, c’était impossible pour Mourinho d’espérer réintégrer le Top Four.

Dans les autres compétitions, Tottenham ne fait pas mieux voire pire. Le club du Nord de Londres s’est fait éliminer honteusement par le futur relégué Norwich City (2-3 t.a.b.) lors du 5ème tour de FA Cup. Rien de mieux en Ligue des Champions, le club n’a rien montré face au RB Leipzig (0-1, 3-0). En Carabao Cup, le club s’est fait éliminer par Colchester United (4-3 t.a.b.) pensionnaire de League Two (D4) mais ça c’était sous Pochettino. On l’a dit, c’était une saison inversement extraordinaire à celle de la saison dernière, sûrement le revers de la médaille de 18 mois de négligence sur les transferts et de fatigue causée par le déménagement à Wembley puis le retour retardé à la maison.

Un mercato ciblé à prix discount

Le mercato est le moment à ne pas délaisser pour une équipe qui a besoin de régler ses problèmes. Cette fois le club a décidé de recruter à moindre frais tout en se renforçant de la manière la plus efficiente possible.

Les arrivées des trois recrues très tôt lors de la fenêtre des transferts montrent le travail effectué afin de gommer ces faiblesses défensives récurrentes. Le club a tout d’abord officialisé l’arrivée du milieu défensif danois Pierre-Emile Højbjerg (17M£) en provenance de Southampton, un poste occupé par aucun joueur depuis le départ de Victor Wanyama et le repositionnement d’Eric Dier en défense centrale. Joueur efficace dans un double-pivot, afin de permettre à son coéquipier de milieu de délaisser les charges défensives afin de pouvoir participer au jeu.

L’arrivée de Joe Hart libre de tout contrat est tout aussi importante. Avec la fin du contrat de Michel Vorm, le club devait trouve un autre remplaçant à Hugo Lloris, c’est donc avec l’ex-gardien titulaire de la sélection anglaise que Paulo Gazzaniga devra rivaliser pour tenter de rentrer dans la rotation. Un portier argentin qui n’a d’ailleurs enregistré seulement deux clean sheets en 18 matchs de Premier League la saison dernière.

L’arrivée du latéral droit irlandais Matt Doherty (Wolves) est une prouesse de Daniel Levy. Ce dernier a réussi à recruter un joueur confirmé de Premier League pour le même prix qu’Højbjerg (17M€). Joueur qui devrait permettre à Tottenham de jouer sans un Serge Aurier trop fragile quand il s’agit de défendre dans son dos.

Malgré ces arrivées très rapides, Tottenham manque d’un buteur capable de suppléer Harry Kane. Chose qui a été pointé dans le documentaire produit par Amazon et qui dure depuis plusieurs saisons. Le club a d’ailleurs tenté avec deux profils différents comme Vincent Janssen et Fernando Llorente, on pourra résumer cela par eux échecs. Lors de la longue blessure (trois mois) du capitaine des Three Lions, Mourinho a été obligé de bricoler Heung-Min Son ou Lucas Moura à la pointe de l’attaque, impossible d’espérer une qualification en Ligue des Champions dans ces conditions.

Harry Kane, maintenant ou jamais

Parler d’Harry Kane quand on parle de Tottenham est une chose naturelle et ses performances sont souvent à l’image de son équipe. La saison dernière, Harry Kane n’a joué que 29 matchs de Premier League en inscrivant 18 buts.

Avec un rôle beaucoup plus axial demandé par Mourinho, Kane a sûrement retrouvé une efficacité qui lui faisait défaut ces dernières saisons. En ayant l’Euro 2021 comme horizon, le buteur aura sans doute l’envie de performer afin de mener son pays vers les sommets. Avant cela, il devra mener son équipe vers un premier trophée en 13 ans et le premier de sa carrière.

Cette fois, Kane peut rester aux avant-postes grâce au travail de joueurs comme Højbjerg dans la récupération, le jeu sans ballon d’Alli, Son ou Bergwijn. Il pourrait même voir un Tanguy Ndombele s’éveiller et devenir un joueur important dans la création.

De plus, il semble difficile que Tottenham puisse garder un tel joueur sans Ligue des Champions la saison prochaine. Cela tombe bien, le club peut à la fois remporter un trophée et se qualifier pour la C1 en cas de victoire en Ligue Europa, une compétition que Mourinho a remporté deux fois…