#OMFCP : Les notes

Logo : Peuple Olympien

Peuple Olympien

Image de l'article : #OMFCP : Les notes

Soirée cataclysmique pour un OM sans saveur ce soir, de nouveau battu par Porto, cette fois au Vélodrome et sur le score de 2-0. La rédaction de Peuple Olympien a noté les joueurs.

Le barème des notes de la rédaction

Pour commencer, chaque membre donne une note à un joueur ayant disputé une partie significative de la rencontre. Chaque joueur obtiendra donc une moyenne en fonction de sa performance.

Si un joueur est amené à sortir sur blessure, il sera alors jugé sur son temps de jeu. Ci celui-ci est suffisamment conséquent pour donner lieu à une note.

Enfin si un joueur vient à être expulsé, il sera jugé sur son temps de jeu à condition qu’il ait joué un certain temps.

Tout joueur ayant joué trop peu de temps pour avoir un impact sur la rencontre ne sera donc pas noté.

  • 0 : Faute professionnelle
  • 1 : Ridicule
  • 2 : Affligeant
  • 3 : En difficulté 
  • 4 : Insuffisant
  • 5 : Moyen
  • 6 : Convaincant
  • 7 : Honorable
  • 8 : Grand match
  • 9 : Exceptionnel
  • 10 : Masterclass

Steve MANDANDA (4,7)

Malheureux sur le premier but, pas plus chanceux sur le second. Sans être scandaleux, Steve n’a rien pu faire pour empêcher cette défaite. Impuissant, le capitaine n’a pu que regarder son navire sombrer.

Hiroki SAKAI (2,7)

Joakim Mæhle, Fabien Centonze ou même Brice Dja Djédjé… que quelqu’un trouve un arrière droit à l’OM. Avec tout le respect que l’on te doit, Hiroki, ça sent la fin.

Álvaro GONZÁLEZ (3,8)

“Tontos”. Traduisez : stupides. À défaut d’avoir pesé sur la rencontre, Álvaro est peut-être celui qui, en un mot, a le mieux résumé la situation. Et c’est plutôt treize bien vu.

Leonardo BALERDI (2,7)

Comme joueur de football, Leonardo Balerdi est mi-crack, mi-papillon. Nettement au-dessus de la moyenne des défenseurs balle au pied, son jeu est pourtant plombé par cette impressionnante capacité à perdre en un claquement de doigts toute sa concentration. Ni un lapin de trois semaines, ni même Abdennour n’aurait concédé ce pénalty. “Tonto”.

Jordan AMAVI (4,0)

L’ancien Niçois est sans trop de contestation le meilleur olympien de ce début de saison. Ce soir, il n’a peut-être même pas été le meilleur défenseur.

Boubacar KAMARA (3,3)

Personne ne doute du talent de Bouba, mais ce n’est pas une raison pour nous le cacher.

Morgan SANSON (3,7)

Morgan a fait du Sanson. Son jaune pour excès d’engagement est le symbole d’un joueur généreux, mais jamais dans le bon tempo. Comme sa frappe dans les premières minutes du match. Remplacé à la 78ème par Nagatomo, qui est venu nous rappeler son existence.

Valentin RONGIER (3,8)

Le troisième larron de la bande à André n’a pas plus brillé que ses coéquipiers dans l’entrejeu. Souvent esseulé, sans solution, il s’est contenté de passes latérales. En fait, on ressortirait presque de cette rencontre avec l’impression que Mandanda est le seul à avoir joué vers l’avant.

Florian THAUVIN (2,0)

En championnat, ses statistiques sauvent encore un peu les apparences. En Ligue des Champions en revanche, Florian Thauvin ne trompe personne. Il n’est pas plus au niveau de la compétition que ne l’est son équipe. À vendre. Remplacé par Marley Aké à un quart d’heure du terme.

Valère GERMAIN (3,7)

Il y a quelques mois, Valère Germain n’avait plus le niveau pour l’OM. Solidaires, ses coéquipiers ont réussi l’exploit de se mettre au diapason de l’ancien monégasque. Vivement juin pour en terminer avec cette aventure olympienne qui aura fait du mal à tout le monde, à commencer par lui.

Luis HENRIQUE (3,8)

Jeté en pâture aux Dragons, le petit Luis s’est fait manger tout cru. Le pauvre est rentré sur la pelouse gonflé d’un optimisme qui aurait pu souffler un vent de fraîcheur sur le jeu de son équipe. Mais, rapidement muselé par Manafá qui n’a pas eu à insister beaucoup pour cela, Henrique s’est éteint à mesure que la partie avançait. Seul fait d’armes notable, cette talonnade dans la surface pour Germain qui a gaspillé une belle munition. Pour le Brésilien, la marche était beaucoup, beaucoup trop haute.


Dimitri PAYET (4,6)

Le problème d’un tel match, c’est qu’il donne raison aux absents, ou du moins à ceux qui en entrant une demi-heure, jouent un peu au football. Et Payet en a été. Remplaçant le timide Henrique, son jeu en une touche a tout de suite eu un impact sur la copie de l’OM. Quelques combinaisons intéressantes, des coups de pied arrêtés dangereux et un centre bien senti pour Thauvin. Il en faudra plus pour pardonner trois mois d’indigence, mais ce sera suffisant pour revenir dans ce très faible onze de départ.

Darío BENEDETTO (3,8)

Darío était clairement rentré pour faire honneur au Dieu du ballon rond ce soir. L’occasion était parfaite pour adoucir un peu cette journée noire, mais le montant droit de Marchesín en a décidé autrement. Une journée abominable pour le football, jusqu’au bout.

Michael CUISANCE (3,5)

Nombreux étaient ceux qui s’étonnaient de son absence dans le onze de départ ce soir. Il est tout de même rentré et n’a pas eu grand mal à montrer qu’il n’aurait pas fait bien pire que les 3 mousquetaires du milieu ce soir. D’Artagnan, c’est toi ?


André VILLAS-BOAS (2,8)

Quand on ne veut pas affronter son club de cœur, on s’assure de faire le boulot avant.

Arbitrage (2,9)

Heureusement que les joueurs de Conceiçao étaient là pour marquer. Parce que si les arbitres ont participé au spectacle pitoyable de ce soir, c’est surtout parce que le juge de touche était un sacré clown. Il faudra réviser les règles du hors-jeu pour la prochaine fois. La VAR n’ayant pas été utilisée de la soirée, on en vient à se demander si elle fonctionnait vraiment. Elle ne nous laissera donc jamais en paix.