OM : quand Sampaoli met un joueur au placard après avoir été vexé | OneFootball

OM : quand Sampaoli met un joueur au placard après avoir été vexé

Logo : Foot National

Foot National

Jorge Sampaoli semble ne pas apprécier lorsque les gens ne font pas ce qu'il demande, d'après une anecdote assez dingue raconté par un joueur.

Jorge Sampaoli est un coach très bouillant. Alors que l'Argentin nous offre un show à lui tout seul chaque week-end sur le banc de l'OM, avec des attitudes fortes durant les rencontres, il semblerait également que ce dernier n'apprécie pas lorsqu'on ne fait pas ce qu'il demande. Au travers d'une anecdote folle racontée par Ricardo Oliveira, attaquant brésilien aujourd'hui retraité des terrains, on peut se rendre compte que le Samp' n'aime pas être contredit ou touché. Alors qu'il était coach de Santos et qu'Oliveira était attaquant de l'Atlético Mineiro, Sampaoli voulait recruter l'international brésilien, qui était dans une excellente forme et meilleur buteur de Libertadores. Seulement, Oliveira, engagé avec l'Atlético, aurait refusé de venir alors que Sampaoli lui conseillait de partir au clash.

Sampaoli revanchard

Il raconte ainsi : "À ce moment-là, Sampaoli était à Santos. Il m'appelle, j'ai encore les messages sur mon téléphone, je parle avec lui... Il m'appelle et me dit : "je veux que tu viennes à Santos, parce que tu es le joueur dont j'ai besoin, j'ai besoin de quelqu'un comme toi, pour mettre les ballons au fond. J'ai vu que ce que tu réalisais." J'ai répondu : "merci, super, génial. Mais on a un problème. Je suis sous contrat. Je viens d'arriver à l'Atlético. J'ai quitté Santos et j'ai signé avec l'Atlético. Alors on a un problème. Nous allons devoir discuter avec l'Atlético pour voir s'il y a une possibilité." Il m'a aussitôt dit : "non, non, pas de discussion avec l'Atlético." J'ai dit : "ce n'est pas possible. Nous allons voir si l'Atlético est ouvert ou pas", confie donc l'ancien joueur professionnel, avant de poursuivre à ce sujet et d'expliquer que Sampaoli lui avait demandé de partir au clash.

"Nous avons discuté avec l'Atlético et le club a dit : "non, impossible". Le président de l'époque (Sérgio Câmara) m'a appelé : "Ricardo, c'est impossible. Je vais te dire la même chose que l'an passé, je ne peux pas te laisser partir. Tu es mon meilleur buteur en Libertadores, tu restes ici, je ne peux pas te laisser partir." Je me suis dit : "OK". J'ai donc parlé avec Sampaoli : "cela ne va pas être possible, parce que le président ne veut pas me libérer." Il m'a répondu : "pars au clash. Parce que quand tu veux partir, tu pars au bras de fer. Tu ne le regretteras pas." Je lui ai dit : "non, ça non. Je ne ferai pas ça parce que je suis un professionnel, l'Atlético a parié sur moi, m'a invité et je ne vais pas me comporter comme ça, c'est contre mes principes." La saison s'est terminée, souffle donc Oliveira, qui arrive au terme de son anecdote en racontant le geste fou de Sampaoli qui suivra le refus de l'attaquant. Car ce dernier va finalement débarquer à Santos et l'actuel coach de l'OM n'aura pas oublié le refus d'aller au bras de fer. Oliveira balance ainsi : "En 2020, Sampaoli arrive à l'Atlético. Il arrive, se tourne vers moi et là... il me met à l'écart, il m'empêche d'accéder aux terrains d'entraînements, me met à la cave. Je me suis entraîné chez moi. Pourquoi ? Parce que je n'avais pas voulu faire ce qu'il m'avait demandé." Un geste totalement fou de Sampaoli, qui n'a pas la mémoire courte mais qui n'aime surtout pas être vexé. Certains joueurs ont tout intérêt à se méfier désormais...

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

À propos de Publisher