OM – Mercato : les lourdes conséquences de l'affaire Gueye pour Pablo Longoria | OneFootball

OM – Mercato : les lourdes conséquences de l'affaire Gueye pour Pablo Longoria

Logo : But Football Club

But Football Club

La sanction de la FIFA à l'encontre de l'OM place Pablo Longoria et Jorge Sampaoli face à un sacré casse-tête au niveau de l'effectif. Le point sur la situation.

En sanctionnant l'OM d'une interdiction de deux Mercato à compter de cet été pour avoir recruté Pape Gueye il y a un an et demi, la FIFA a placé le club phocéen dans la tourmente. La direction phocéenne et ses avocats ont beau avoir annoncé leur volonté de faire appel, ils ne pourront – dans le meilleur des cas – que retarder l'application de la sanction à l'hiver 2023 et donc s'offrir un ultime marché à l'été 2022 pour effectuer les corrections nécessaires. Mais rien n'est sûr dans ce dossier, les instances ayant encore près de six mois pour étudier l'appel et le rejeter.

Ce qui est à peu près certains, c'est que la bataille pour faire invalider la sanction est déjà perdue d'avance. Ni le FC Nantes (dans l'affaire Ismaël Bangoura), ni Chelsea ni le FC Barcelone ne sont parvenus à remporter ce genre de bras de fer. Comment l'OM le pourrait-il alors que le club a recruté sciemment Pape Gueye (arrivé libre en provenance du Havre) alors qu'il savait qu'une menace planait avec un pré-contrat signé du côté de Watford ? Ce qui était « sans risque » dans l'esprit de Jacques-Henri Eyraud s'est transformé en un cadavre du placard qui tombe aujourd'hui sur Pablo Longoria.

La sanction de la DNCG prend un nouveau relief

Pour l'OM, la donne change en effet du tout au tout, du jour au lendemain... Avec le seul Mercato d'hiver en certitude pour apporter des corrections à l'effectif imparfait de Jorge Sampaoli. Pire, Marseille doit composer dans son calcul avec la sanction prise par la DNCG en décembre dernier : un encadrement de masse salariale et de mutation de transferts. Cette sanction, l'OM ne peut plus revenir dessus. Aucun nouveau rendez-vous n'est aujourd'hui à l'agenda du gendarme financier français et il est trop tard pour que Frank McCourt fasse une augmentation de capital à même de changer les règles. En plus, il va falloir payer l'amende de 2,5 M€ réclamée par la FIFA suite à la venue de Pape Gueye. Une amende qui pourrait même être encore plus importante si l'appel de Watford était entendu également. Le casse-tête est donc total et dans plusieurs domaines.

Certains départs mis à mal

Comment envisager la grosse vente d'un Duje Caleta-Car (sous contrat jusqu'en juin 2023) ou d'un Boubacar Kamara (en fin de contrat l'été prochain) sans garantie de les remplacer dans un marché beaucoup plus fermé que celui d'été ? Que faire de Steve Mandanda ou d'Alvaro Gonzalez, candidats au départ sur ce mois de janvier ? Quelle certitude peut-on avoir d'entériner le contrat de nouveaux joueurs libres au 1er juillet sans savoir combien de temps la suspensivité de la sanction durera ? Comment bâtir un budget et une masse salariale 2022-23 sans avoir aucune garantie concernant la compétition européenne dans laquelle évoluera l'OM ?

Au moins quatre recrues à trouver hors départs éventuels

Les dossiers de l'été 2022 doivent également être anticipés. Dans l'idéal, l'OM doit trouver le défenseur de couloir réclamé par Jorge Sampaoli. Il doit aussi aller chercher un ou deux centraux avec la fin de prêt de William Saliba (Arsenal) - pour qui aucune option d'achat ne figure dans le contrat – et les autres départs possibles dans le secteur (Alvaro, Caleta-Car). Avec l'absence de Pape Gueye pour quatre mois, le milieu est aussi fragilisé. Il faut anticiper le départ de Kamara, régler au plus vite la situation de Mattéo Guendouzi et Cengiz Ünder, qui eux disposent une option d'achat. Devant, il faudra également trouver une doublure à Dimitri Payet, étant entendu qu'Amine Harit (prêté par Schalke04) ne restera probablement pas au delà de cette saison. Sans argent et sans latitude salariale, on est proche du casse-tête.

Une aubaine pour les Minots

Dans ces cas-là, la solution peut venir des « Minots ». Comme dans tout club amené à se passer de Mercato, la période est propice au lancement ou à la relance de certains. Simon Ngapandouetnbu en doublure de Pau Lopez, Paolo Sciortino, Bilal Nadir et Oussama Targhalline avec une carte à jouer au milieu, Ugo Bertelli et Salim Ben Seghir devant pour suivre les traces d'un Bamba Dieng qui, lui, a perçé... On peut aussi imaginer qu'un Lucas Perrin qui prend de l'expérience à Strasbourg (17 apparitions) soit aussi poussé à revenir sur la Canebière (en espérant que Strasbourg ne lève finalement pas l'option d'achat). Tout comme Jordan Amavi (à Nice) et Nemanja Radonjic (à Benfica). Une chose est certaine : le coup de tonnerre Gueye va vraiment pousser l'OM à se creuser les méninges...

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher