OM – Les sanctions trop faibles après les incidents à Nice, Payet voit rouge | OneFootball

OM – Les sanctions trop faibles après les incidents à Nice, Payet voit rouge

Logo : CoeurMarseillais

CoeurMarseillais

Dimitri Payet s’est confié concernant les sanctions à la suite des incidents lors de Nice/OM lors d’une interview accordée au journal L’Equipe. Le marseillais ne décolère pas, il estime que les sanctions sont trop légères.

Suite aux incidents ayant eu lieu le 22 août dernier lors de Nice/OM où Dimitri Payet avait été la cible de jets de bouteilles qu’il avait renvoyé en tribune, le réunionnais affirme aujourd’hui qu’il referait la même chose. S’en était suivi des incidents entre joueurs et supporters et le match avait été arrêté. Lors d’une interview accordée à L’Equipe, le meneur de jeu olympien affirme qu’il referait exactement la même chose mais il reste toujours très remonté vis à vis des sanctions.

« Ma réaction est humaine »

« C’est pour ça que je me relève, explique-t-il. Si je reste allongé, je me dis que je vais en prendre plus dans la gueule. Après, si je ne me relève pas, le match, on le gagne 3-0. Je peux sortir avec une minerve et l’histoire, elle est réglée. Mais ma réaction est humaine. Au vu des décisions qui ont suivi et des événements qu’il y a eus ensuite sur d’autres terrains, on ne va jamais s’en sortir. Il fallait prendre des décisions justement. Ce match à Nice était l’occasion de mettre un terme à tout ça. Mais les sanctions de la commission de discipline n’ont pas été à la hauteur. Et ça s’est vu ensuite »

Dimitri Payet n’a pas compris les sanctions où il estime qu’il a été jugé en tant que victime et coupable. Selon lui, la LFP a donné des sanctions trop faibles soit trois matchs à huis clos et deux points de pénalité dont un avec sursis pour Nice et deux matchs de suspension pour Alvaro et un match de suspension avec sursis pour Dimitri Payet. Le marseillais semble avoir été très touché par ces faibles sanctions.

« J’ai été jugé en tant que victime et coupable »

« J’étais touché quelques jours. Moi, je suis victime normalement. Et j’ai été jugé en tant que victime et coupable. Et ça, je ne l’ai pas digéré. Après, ce n’est pas ma première commission. Je suis rarement redescendu de Paris content. Mais là, c’est la fois de trop. Malheureusement, après ces décisions, je savais qu’on était parti sur du grand n’importe quoi et je ne me suis pas trompé. Les faits m’ont donné raison. Tant qu’on ne prendra pas des vraies décisions… »

Suite à ces débordements, d’autres ont suivi en Ligue 1, à Lens ou Angers par exemple. Pour le réunionnais, il ne faudrait rien laisser passer. « Je pensais vraiment qu’il y aurait un truc fort après Nice et qu’on allait arrêter de rigoler. Les supporters, et je parle aussi des nôtres, il faut qu’ils sachent qu’ils peuvent pénaliser leur équipe et l’image de leur club. Mais il faut attendre quoi? Qu’il se passe quelque chose d’encore plus grave? Ce sera trop tard ».

Pour rappel, le match sera rejoué à huis clos à Troyes le 27 octobre prochain.

A lire aussi :

  • OM – Payet dans le top10 des meilleurs joueurs européens ?
  • OM – L’équipe de Sampaoli dépendante de Payet ?
  • OM – Dimitri Payet veut éviter une grosse blessure 
Mentionné dans cet article
À propos de Publisher