OM : début de saison, Dieng, Vélodrome, identité, C1...Longoria se confie ! | OneFootball

Icon: OnzeMondial

OnzeMondial

·2 octobre 2022

OM : début de saison, Dieng, Vélodrome, identité, C1...Longoria se confie !

Image de l'article :OM : début de saison, Dieng, Vélodrome, identité, C1...Longoria se confie !

Pablo Longoria s'est confié dans une longue interview où il revient sur le début de saison de son équipe mais aussi la philosophie qu'il veut insuffler.

Pablo Longoria s'est longuement confié à nos confrères de La Provence. Dans cet interview, le président de l'Olympique de Marseille qualifie d'exceptionnel le début de saison de son équipe. Il est aussi revenu sur d'autres sujets chauds :

Sur le début de saison

"Nous sommes content de ce début de championnat de l'OM, cela veut dire que le changement commence à avoir de l'effet. On a toujours dit qu'on verrait la vraie équipe au mois de septembre. Aujourd'hui, on observe sur le terrain les choses dont on avait parlé lors de nos premières conversations avec Igor. Cela nous montre qu'on a pris le bon chemin. Notre début de saison en championnat est extraordinaire, c'est le mot. On savait que notre idée était peut-être une nouveauté pour le championnat français, mais celle-ci était nécessaire."

Sur les agissements au Vélodrome

"Frustrant ? Beaucoup. Et spécialement parce qu'il faut faire son autocritique. Cela me frustre de voir ce qui s'est passé dans notre stade en Ligue des Champions. Ce n'est pas acceptable. Cela fera partie d'une réflexion plus importante pour tous les acteurs autour de l'OM : les instances, les autorités, les supporters et le club. C'est le moment de faire changer les choses parce que ce qui s'est passé est inadmissible. Un appel ? Il suffit de lire le rapport de l'UEFA pour comprendre que c'était impossible d'avoir gain de cause. C'est aussi une question de cohérence et d'éthique. On est passé à quelques centimètres d'une catastrophe... La violence est inadmissible. C'est bien qu'il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. En tant que club, on est obligé d'agir. Pour faire ce type de choses, on a besoin de tout le monde. Il faut une prise de conscience de la part de nos supporters. Ils doivent comprendre qu'il y a des choses intolérables. otre stade a une particularité. Aucune autre enceinte en Europe n'a deux virages avec des supporters organisés comme chez nous. En analysant cela, la chose la plus normale est donc d'avoir un parcage visiteur qui soit le plus éloigné possible de ces deux virages. Après, avec les autorités, il faut trouver comment sécuriser tout le monde. On a des réunions régulières avec elles, on travaille ensemble. On veut un Vélodrome plein à tous les matchs. Ils doivent se dérouler dans les meilleures conditions. Tout le monde doit être content de venir assister à un match de l'OM."

Sur le mercato

"On doit toujours évaluer un mercato au mois de juin, à l'issue de la saison, comme l'an dernier. Je n'aime pas faire de jugements en cours de saison. Le plus important pour moi, c'est de parler des profils de joueurs. Un recrutement ne peut jamais être parfait : on peut toujours se tromper. Mais lorsqu'il est basé sur les profils, on sait que l'adaptation va être plus rapide. On ne recherche pas les noms, on recherche les caractéristiques pour développer un type de football particulier."

Sur l'équipe actuelle

"On a construit un effectif pour proposer un football basé sur les duels gagnés, la récupération, avoir plus de verticalité et de jeu vers l'avant. On voit une équipe qui ressemble à Marseille, elle bataille, elle court, elle a la rage. Ce qui me plaît dans ce que je vois sur le terrain ? L'agressivité, l'impact physique et la verticalité. On a cherché à construire un effectif en analysant les données physiques des joueurs pour proposer un football basé sur les duels gagnés et la récupération."

Sur la C1

"Nous sommes dans un club qui est très exigeant lorsqu'on joue la Ligue des Champions. C'est normal par rapport à notre histoire et à notre ADN. La pression qu'on a en coupe d'Europe est énorme. Pour nous, le match à Angers était fondamental car il y a ensuite la réception d'Ajaccio et le déplacement à Paris. Pourtant, on avait le sentiment que la pression était limitée. En revanche, quand on joue contre Francfort en C1, elle est très élevée. On doit l'accepter. En plus, il faut contextualiser. La réalité de l'OM, c'est qu'en C1, nous sommes dans le quatrième chapeau. Cela signifie qu'on affronte des adversaires très forts. Mais il faut tout de même être compétitif. On a un match important à domicile, même si c'est difficile sans nos supporters. Nous devrons aussi être très compétitifs au Portugal pour sortir de là avec des possibilités. Tant que c'est jouable mathématiquement, on doit être ambitieux."

Sur Dieng

"On l’a dit depuis le jour où il est rentré, il a vécu un été très difficile. A chaque fois qu’il y a un changement, il faut s’adapter. Certains jours le font tout de suite, d’autres mettent plus de temps. Depuis ce qui s’est passé le dernier jour du mercato, il s’est très bien entraîné. La conséquence naturelle, c’est qu’il a retrouvé du temps de jeu. Après, c’est au coach de prendre ses décisions. Mais cela veut bien dire que le travail au quotidien aux entraînements paye, quand tu veux retrouver ta place dans l’équipe."

Sur le recul de McCourt

"Si cela change quelque chose pour moi ? C’est le reflet de la manière dont nous fonctionnons au quotidien à l’intérieur du club, avec des dirigeants qui prennent les décisions et doivent en reporter au groupe McCourt dans un canal de communication normal. Frank McCourt a beaucoup de projets à l’intérieur de son groupe, il place des gens de confiance. C’est une organisation en adéquation avec la réalité du fonctionnement du club. Mais on continue de parler avec lui de toutes les décisions importantes pour l’avenir."

Sur son avenir

"Chaque jour, je me sens mieux. Spécialement parce que j’ai une équipe de direction qui me donne beaucoup de confiance, qui est bien préparée. On commence à faire des changements qui nous mènent vers ce que je veux construire depuis le premier jour. Normalement, on fait des changements dans des périodes où l’on n’a pas de résultats. C’est plus difficile de le faire quand tout va bien sur le terrain. Je vois une évolution, je suis content parce que j’aime ce club. On commence à acquérir les valeurs que je partage dans la vie et le football."

Sur la situation économique du club

"La Ligue des Champions et l'argent de CVC nous permettent d'être dans une situation économique favorable. On a réduit de plus de 50% les pertes du club et pour la première fois, on peut espérer être à l'équilibre, avec un bilan à zéro."

Sur les objectifs à long terme du club

"L'objectif à long terme est d'avoir une équipe performante, dans laquelle les supporters s'identifient. Avoir un club qui fédère les acteurs majeurs de la ville et de la région, avec un propriétaire engagé dans tous les changements en vue du futur. Le centre de formation est fondamental pour l'avenir du club. On ne peut pas accepter que des Mohamed Simakan, Wesley Fofana ou Jérémie Boga ne portent pas notre maillot. On doit pouvoir profiter du lien entre la région et le club pour bâtir un vrai projet."

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

À propos de Publisher