OL – Toulouse FC : Les mots de Dejan Lovren et Pierre Sage | OneFootball

Icon: FerveurLyonnaise

FerveurLyonnaise

·8 décembre 2023

OL – Toulouse FC : Les mots de Dejan Lovren et Pierre Sage

Image de l'article :OL – Toulouse FC : Les mots de Dejan Lovren et Pierre Sage

Pierre Sage qui assure toujours l’intérim et Dejan Lovren se sont exprimés devant la presse ce vendredi après-midi. Ils évoquent la rencontre de Ligue 1 à venir ce dimanche face au Toulouse FC à partir de 17 h 05 au Groupama Stadium.

Voici un petit florilège de leurs déclarations en commençant par le défenseur central croate Dejan Lovren.


Vidéos OneFootball


L’OL joue le maintien ! Pensez-vous que c’est possible de rester en Ligue 1 ?

« J’ai beaucoup de messages mais ce n’est pas facile d’en dire qu’un et que cela va changer. Le premier message c’est qu’il faut croire jusqu’à la fin. C’est le premier message pour moi, pour les joueurs, pour les supporteurs. On ne peut pas baisser la tête. Ce sont les gens qui ne croient pas qui disent ça. Je suis un croyant. On est dans une situation difficile et quand c’est difficile dans la vie, on n’a pas le droit de baisser la tête. Personnellement je serre les dents. Il ne faut pas voir la méchanceté en soi. Je ne suis pas venu à Lyon pour jouer la Ligue 2, c’est simple. L’OL ce n’est pas une équipe et un club pour la Ligue 2. C’est simple. Il faut changer, il faut changer beaucoup de trucs. Il y a beaucoup de choses dont je ne peux pas parler mais j’ai confiance en cette équipe. On a besoin de tout le monde, que chacun donne tout jusqu’à la fin. On a besoin de rester solide dans tous les domaines. Sur les derniers matchs on n’était pas tout à 100%. »

Par quoi passe ce maintien en Ligue 1 ?

« Il faut réagir à la perte du ballon. Il faut mettre ça en tête, tous défendre notre but. C’est difficile à faire comprendre. Quand on perd le ballon on est dans une situation difficile. J’y crois jusqu’à la fin et je n’ai même pas pensé à la question de la descente. Ceux qui pensent à ça, j’espère qu’ils vont venir à côté de moi pour que je leur dise que ce n’est pas le moment d’y penser. On a besoin de gagner chaque match et on a besoin de tout le monde, y compris pour les remplaçants. »

Pensez-vous faire mieux contre Toulouse ?

« On va faire mieux qu’à Lens. On va faire les choses comme à Lens mais encore mieux. […] On sait que chaque match est une finale, pas seulement Toulouse et Nantes. Chaque match est une finale. Il y a de la pression mais moi j’aime les challenges et j’espère que les autres sont aussi prêts pour ça. »

Existe-t-ils des tensions au sein du groupe ?

« Je donne des conseils mais à chaque il faut savoir si la personne me comprend ou pas. Est-ce qu’elle consciente de la situation ou pas ? Ce n’est pas mon boulot de crier à chaque match. On est tous ensemble dans cette situation. Il n’y a pas de tensions entre nous, non. »

Pensez-vous que l’équipe a besoin de renforts au mercato ?

« La porte est ouverte pour les joueurs pas contents, pour ceux qui ne sont pas bien ici. Mais la porte est aussi ouverte pour des renforts. J’espère que l’on va trouver des joueurs pour venir aider le club. »

Au tour de Pierre Sage

Avez-vous digéré la défaite dans l’Olympico ?

« On a essayé de rapidement purger le match contre l’OM. Ce match est derrière, il faut se concentrer sur les matchs suivants et là c’est Toulouse. Ce qui va être très positif pour nous c’est d’avoir le public, on va faire en sorte qu’il faut se raccrocher derrière nous. Pour retrouver leur niveau, il faut oublier ce qui est arrivé. Si on se prend la tête sur Marseille, on ne va pas y arriver. Le plus important c’est Toulouse. »

La peur de la descente est-elle présente ?

« Je ne sens pas mais seulement de la déception. C’est mon rôle de purger. Il ne faut pas regarder dans le rétroviseur, il faut se concentrer sur ce qui vient. Il faut faire comprendre aux joueurs qu’il faut vite oublier les éléments négatifs pour voir ce qui vient. C’est mon rôle avec celui du staff de montrer que le passé ne compte plus. Les statistiques disent que l’équipe devrait avoir dix points de plus mais ce n’est pas le cas. On est dans une situation de crise et il faut trouver les solutions pour s’en sortir. »

Quelle est votre méthode pour sauver le club ?

« Il faut ce se dire que c’est notre championnat. Toulouse et Nantes c’est notre championnat, pas Marseille. Ceux qui nous voient en Ligue 2 se trompent. J’essaye au quotidien de créer les conditions de ce maintien. La première des choses c’est la conscience de la situation. On doit activer le mode du maintien, ce que le club n’a jamais connu. Les joueurs doivent activer ce mode, l’automatisent. Certains joueurs ont besoin d’être plus dans leur bulle et d’autres doivent plus s’ouvrir. Peut-être que les joueurs n’ont pas l’habitude mais ils doivent l’apprendre rapidement pour redevenir compétitif à chaque match. Avant il y avait deux matchs nuls, tu avais une réunion. Maintenant il faut avoir conscience que ça peut arriver de perdre à Marseille et il faut passer à autre chose. »

Un mot sur le mercato

« Je ne suis pas consulté car la direction est dans le même état d’esprit que moi qui suis quelqu’un du quotidien. Je ne suis pas quelqu’un du futur. Pour l’instant je dois gérer du présent et chaque jour j’ai une tâche à remplir avec le staff et les joueurs. Et le futur ce n’est pas à moi de le construire. Le deal au départ était très clair, il y avait une situation où il fallait remplacer un entraîneur qui partait pour une durée indéterminée. La suite c’est à eux de la construire. Avec ou sans moi ce n’est pas le problème en fait. »

À propos de Publisher