OL : c’est l’heure de la rentrée des classes | OneFootball

OL : c’est l’heure de la rentrée des classes

Logo : Olympique-et-Lyonnais

Olympique-et-Lyonnais

Ce samedi marque le retour des joueurs de l’OL à l’entraînement. Entre un début de mercato plein de promesses et une volonté de redresser la barre, le club lyonnais s’avance avec le plein d’ambition.

Il n’y a peut-être qu’à Lyon que l’on peut voir ça. En l’espace de quelques semaines, les supporters de l’OL sont passés d’un sentiment d’échec, de gâchis à celui d’une excitation presque sans nom. En seulement vingt jours de mercato, les dirigeants lyonnais ont inversé la tendance pour permettre à Peter Bosz et son groupe de se lancer dans la préparation de la prochaine saison avec le plein d’ambition. Ce samedi et après six semaines de vacances, les coéquipiers d’Anthony Lopes reprennent la direction du centre d’entraînement de Décines pour la reprise. Le tout sous un ciel ensoleillé à plus d’un titre.

Le sourire devrait être sur les visages des Lyonnais au moment de refouler les terrains d’entraînement. Une certaine anomalie quand on sait que la saison qui se profile se fera sans la moindre Coupe d’Europe mais l’avenir a pourtant de quoi s’annoncer radieux sur le papier. Une fois la déception de l’échec 2021-2022 passée, l’OL s’est remis en ordre de marche pour reprendre le fil de son histoire et retrouver les sommets français qui lui permettront de retrouver son rang de club qui compte sur le Vieux continent. Dans l’anticipation, la direction lyonnaise, accompagnée par la cellule de recrutement, a ciblé les désirs de Peter Bosz afin de ne pas rééditer les erreurs de la saison passée.

"L’objectif était de signer des bons joueurs bien évidemment mais surtout de pouvoir les signer le plus rapidement possible avant même le début de la reprise, a déclaré Bruno Cheyrou vendredi lors de la présentation de Tetê. Une réactivité pour que Peter puisse avoir à sa disposition son effectif et qu’il puisse travailler avec et mettre en place ses idées ainsi qu’un état d’esprit qui nous a parfois fait défaut la saison dernière."


Des recrues présentes dès le début


Au 2 juillet, déjà cinq recrues ont été annoncée, de quoi permettre au coach néerlandais de poser les fondements de sa pensée durant toute la préparation qui mènera notamment du côté des Pays-Bas avec un stage d’une semaine. De Lacazette à Tolisso en passant par Tetê, le mercato lyonnais se montre bien plus ambitieux que ce peut laisser penser la dynamique sportive du club après un dernier exercice fait de montagnes russes. Rien ne remplacera la vérité du terrain mais le club a moins le mérite de vouloir donner un nouveau souffle, certes en faisant du neuf avec du vieux, à un effectif qui en a manqué une bonne partie de la saison dernière.

"En 2017, notre problème à l'OL c'est que contre les gros, certes, on était toujours présents. Mais on ne jouait pas de la même manière contre les équipes moins bien classées, a avoué Corentin Tolisso, vendredi lors de son retour. Alors qu'à Munich, peu importe l'équipe en face, on jouait de la même façon. C'est cette mentalité qu'il faut avoir et que je souhaite emmener à Lyon."

En faisant revenir Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, Jean-Michel Aulas a tenu son pari de replacer l’ADN OL au centre de projet en concertation avec Peter Bosz. Quand l’attitude de certains a été remise en cause la saison dernière, ce nouvel exercice doit être celui d’une attitude exemplaire sur le terrain ou en dehors. Si l’OL dans son ensemble veut retrouver les sommets, chacun devra mettre les mains dans le cambouis. Les promesses d’un mercato ambitieux, c’est bien. Celles du terrain bien mieux.


Un ADN OL dans le staff également


Pour changer les mentalités, le club n’a pas fait qu’un changement dans l’effectif. Il a voulu apporter de ce sang lyonnais au sein même du staff. S’appuyer sur les anciens de la maison pour transmettre les valeurs lyonnaises n’est pas une nouveauté dans la capitale des Gaules depuis maintenant 72 ans. Avec le départ d’Hendrie Krüzen, adjoint de Peter Bosz "mais qui a eu du mal à apprendre el français et donc à transmettre vraiment ce qu’il souhaitait" selon Vincent Ponsot, l’objectif était donc de rechercher un élément francophone à même d’avoir de la légitimité. En portant son choix sur Ludovic Giuly, le club a donc fait d’une pierre deux coups : débaucher un ancien de la maison qui a participé à l’un des premiers exploits européens de l’OL contre l’Inter Milan en octobre 1997 et un individu à la joie communicative.

"C’est le staff qui infuse un état d’esprit. Quand c’est un coéquipier qui le fait, tu as tendance à un peu moins l’écouter. Ludovic a de la légitimité, a noté Nicolas Puydebois dans Tant qu’il y aura des Gones. Pour savoir où tu vas, tu dois savoir d’où tu viens et je trouve que c’est très important la transmission qui est en train de se mettre en place."

S’il est apparenté à l’AS Monaco pour les plus jeunes, Ludovic Giuly fait partie de la fameuse génération Maurice qui a performé au début des années 90 à l’OL avant de devenir l’une des plus grosses ventes du club à l’époque. Passé par le FC Barcelone ou l’AS Roma durant sa carrière, l’ailier a un pedigree qui impose le respect. De quoi faire passer un peu mieux un message et une mentalité qui ont eu toutes les peines du monde à trouver un écho la saison dernière ? Dans cette nouvelle saison qui commence, le travail de Claudio Caçapa, certes brésilien mais à la mentalité lyonnaise bien prononcée, et Ludovic Giuly sera primordial.

"Il a déjà la crédibilité et la légitimité de l’ancien joueur, de l’ancien Lyonnais formé au club. Ça revient donc un peu au discours qu’on utilise depuis un peu plus d’un mois, a détaillé Cheyrou pour expliquer le choix du natif du 2e arrondissement lyonnais. Il a gagné la Ligue des champions, il est passé par de très grands clubs et ça c’est déjà une force importante quand on doit faire passer un message, expliquer aux joueurs les séances d’entraînement ou même de donner des conseils. Ludovic, c’est quelqu’un qui a énormément d’énergie et je pense qu’on en a besoin pour insuffler une dynamique et un état d’esprit."

La transmission encore et toujours. Avec Lacazette, Tolisso et Giuly, l’OL a associé les actes à ses paroles dans son changement de mentalité. Peter Bosz et son staff ont désormais un peu plus d’un mois pour préparer au mieux une saison qui s’annonce à première vue excitante. A Lyon, l'heure est aux devoirs afin que le changement soit maintenant.

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher