Natacha Pauillac : « Ce que je souligne en termes de chambre de commerce, c’est toute l’attractivité que peut avoir Bordeaux grâce aux Girondins » | OneFootball

Natacha Pauillac : « Ce que je souligne en termes de chambre de commerce, c’est toute l’attractivité que peut avoir Bordeaux grâce aux Girondins »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Sur France Bleu GirondeNatacha Pauillac, de la chambre de commerce et d’industrie Bordeaux-Gironde, a expliqué l’impact d’un club comme les Girondins de Bordeaux pour une économie locale.

« On le mesure très largement. En 2015, on avait fait une étude pour le compte de l’UBB et son impact sur le territoire. Ce n’est pas que sur le territoire de Bordeaux ou la Métropole, mais aussi sur le territoire de la région, l’Aquitaine. En 2015, on l’avait mesuré à 95 millions d’euros, ce qui n’est pas négligeable, sur une saison, donc imaginez pour le foot. Après, il y a l’impact direct, la consommation du supporter hors billetterie : hébergement, restauration, autres. Que ce soit un supporter de l’UBB ou un supporter des Girondins de Bordeaux. Il y a aussi les emplois, les emplois indirects, et tous les mouvements monétaires et les flux qui sont dus à la vie du club, aux investissements, à tout ce qui tourne autour de l’événementiel. Un club de haut niveau, quel qu’il soit, a forcément un impact sur l’événementiel, le touriste d’affaires, et autres. C’est un impact très conséquent. Donc effectivement, il y a un impact économique. Ce que je souligne en termes de chambre de commerce, c’est toute l’attractivité que peut avoir Bordeaux grâce aux Girondins. Quand il y a un séminaire, c’est pourquoi on choisit Bordeaux plutôt que Reims : il y a des structures, des accessibilités […] Cela contribue à l’attractivité d’un territoire, c’est un point parmi d’autres. C’est toute une cohésion qui forcément, à un moment, est déséquilibrée ».

C’est même avec la participation de Natacha Pauillac que l’action « TousUnis » eut lieu lors des dernières semaines de championnat.

« Il y a eu une grande adhésion du commerce bordelais et girondin. C’était sur une idée de Thomas Jacquemier. Il fallait qu’on fasse quelque chose, et on a imaginé une opération avec les commerçants bordelais et girondins. On leur a fait part du projet, on leur a expliqué au cours d’un match où ils étaient invités. On leur a expliqué l’impact financier et pourquoi il fallait aider les Girondins. Ils ont tous très bien adhéré. C’est là où on voit aussi l’émotion. C’est vraiment ceux qui étaient en dehors de Bordeaux qui ont le plus participé et qui se sont le plus impliqués […] Le but était de ramener les Girondins au contact du terrain, des supporters, chose dont ils se sont peut-être un peu éloignés ces derniers temps »

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher