Moussa Sissoko : « J’avais mon bras collé au corps » | OneFootball

Moussa Sissoko : « J’avais mon bras collé au corps »

Logo : Tribune Nantaise

Tribune Nantaise

Moussa SISSOKO et Pedro CHIRIVELLA (Photo par Baptiste Fernandez, OneFootball / Icon Sport)

Alors que le FC Nantes sort d’un clean sheet contre Angers, de nombreuses discussions ont eu lieu sur deux potentiels pénaltys non sifflés.

Après le derby ligérien, plusieurs faits de jeu ont interpellé, notamment sur des situations angevines. Dans un temps fort du SCO en première mi-temps, une frappe d’Adrien Hunou hors de la surface vient, à priori, toucher le bras de Moussa Sissoko et créer une situation litigieuse puisque l’arbitre ne siffle pas pénalty pour Angers.

Moussa Sissoko s’est exprimé en fin de match sur cette potentielle main dans la surface. « Non, honnêtement, il n’y a pas pénalty en première mi-temps. J’ai le bras qui est collé au corps, et dans ma tête, je suis sûr qu’il n’y a pas pénalty. Mais vous savez, de nos jours, il y a des mains incompréhensibles, mais là, je pense que la bonne décision a été prises. »

Gérard Baticle, entraîneur d’Angers, a partagé son incompréhension, et évoque également l’utilisation, parfois complexe, de la VAR. « Je suis favorable à la VAR, qui permet de corriger 80% des anciennes erreurs. Toutefois, je prône une uniformisation des décisions arbitrales. Sur cette action, soit il y a main et donc pénalty, soit il n’y a pas main. Mais cela doit s’appliquer à tous. Je souhaite ainsi une simplification dans la prise de décisions arbitrales et une meilleure compréhension pour tout le monde. »

Un autre pénalty concernant Alban Lafont

Même si elle n’est pas évoquée par l’entraîneur du SCO d’Angers, une nouvelle action pouvant amener à un pénalty n’a pas attiré l’attention de l’arbitre. Adrien Hunou défie Alban Lafont, puis s’effondre, attrapé aux chevilles par le portier nantais. Cette fois encore, pas de pénalty sifflé, l’arbitre juge que le gardien nantais a été victime d’une faute. De quoi mettre dans une rage folle l’attaquant angevin.

Paul Chevalier

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher