Milan AC, PSG : Donnarumma, Marine Le Pen, Lukaku, Ballon d'Or… Zlatan Ibrahimovic se lâche totalement ! | OneFootball

Milan AC, PSG : Donnarumma, Marine Le Pen, Lukaku, Ballon d'Or… Zlatan Ibrahimovic se lâche totalement !

Logo : OnzeMondial

OnzeMondial

Comme souvent lorsqu'il accorde une interview, Zlatan Ibrahimovic n'a pas eu sa langue dans sa poche.

Ce mercredi, il Corriere della Serra a publié un entretien choc avec Zlatan Ibrahimovic (40 ans). Si l'attaquant suédois a admis avoir conseillé à Kylian Mbappé de quitter le PSG pour le Real Madrid, il s'est également étendu sur de nombreux sujets. Gianluigi Donnarumma, Marine Le Pen, Romelu Lukaku ou encore Pep Guardiola, rien n'a été été épargné par le "Z" qui n'a pas eu sa langue dans sa poche. Ses meilleures déclarations ont été relayées par le journaliste d'Eurosport, Guillaume Maillard-Pacini :

Gianluigi Donnarumma

"C'est un très grand gardien. Si le club lui avait donné ce qu'il voulait, il serait resté. Maintenant, il doit faire le bordel pour être titulaire au PSG. Ce n'est pas normal que les Sud-Américains imposent que l'autre joue. Gigio est plus fort."

Marine Le Pen

"J'avais dit que c'était un "pays de merde" ? Marine Le Pen avait demandé mon expulsion. Le jour d'après, je craignais les réactions dans la rue. Mais les Français s'approchaient pour me féliciter : "Ibra tu as raison, c'est vraiment un pays de merde"".

Son altercation avec Romelu Lukaku la saison dernière

"Il m'avait attaqué sur le plan personnel. Il est convaincu d'être un fuoriclasse, il a un grand égo, et il est très fort. Je l'ai attaqué sur son point faible : les rites de sa mère. Il a perdu la tête. Mais j'ai un doute... (…)On a perdu ce derby, je me suis blessé ensuite et plein de choses bizarres sont arrivées. Tu vas voir que Lukaku m'a vraiment envoyé un rite... J'ai demandé à des amis croyants de prier pour moi. J'ai un compte en suspens avec lui".

Sur Pep Guardiola

"Il ne m’a jamais compris. Il voulait tout programmer. J’avais un geste instinctif, et puis après je pensais à ce que Guardiola voulait. Et je changeais. Je pensais double. Il n’aime pas les joueurs avec de la personnalité. J’étais devenu un problème".

Sur Massimiliano Allegri

"Nous perdons 3-0 contre Arsenal avec Milan. Lui était content pour la qualification. Il n’y avait pas de quoi rire. Je lui dis. Il me dit que j’avais été à chier. Je lui réponds que lui aussi. Il avait emmené deux gardiens sur le banc par peur…"

Sur Marco Materazzi

"On avait un contentieux depuis des années. Je l’ai réglé dans un derby. Il me tacle les deux pieds décollés, je saute, l’évite, et coup de coude sur la tempe. Inzaghi plaisante : “Plus beau derby de ma vie : 1-0, but de Zlatan, Materazzi à l’hôpital".

Sur Ronaldo

"Le joueur le plus fort de l’histoire ? Ronaldo Il Fenomeno. Je l’imitais quand j’étais petit"

Le Ballon d'Or

"Messi ou Ronaldo ? Les deux sont très forts. Je dis Messi car j’ai joué avec lui. Leo vit pour le football. Mais Lewandowski méritait le Ballon d’Or cette année".

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

À propos de Publisher