Metz - Stade rennais : Sulemana, Kamaldeen est étoilé | OneFootball

Metz - Stade rennais : Sulemana, Kamaldeen est étoilé

Logo : Stade Rennais Online

Stade Rennais Online

Buteur une nouvelle fois avec Rennes, Kamaldeen Sulemana porte son bilan à 5 pions en 13 rencontres. Cette fois encore, le Ghanéen auteur d'une réalisation splendide confirme (...)

Un « instinct naturel ». Voilà comment Flemming Pedersen nous décrivait l’essence du jeu de Kamaldeen Sulemana, l’attaquant qu’il a eu sous ses ordres au FC Nordsjaelland pendant un peu plus d’un an, avant que Rennes ne mette la main sur le précieux joyau. Cet instinct, tout comme cette faculté à faire des différences en un contre un, louée également par le coach du club danois, les spectateurs du stade Saint-Symphorien en ont vu l’expression à la 38e minute d’un Metz-Rennes (3-0) à sens unique ce dimanche.

Alors que le Stade rennais mène déjà 1-0 suite à l’ouverture du score de Gaëtan Laborde (24e), Kamaldeen hérite d’un ballon en cloche de Flavien Tait. Sur sa gauche, deux défenseurs messins prêts à couvrir une passe en retrait ou un centre. Face à lui, un Matthieu Udol déjà fébrile depuis 38 minutes, s’apprêtant à vivre l’enfer. Il survient sur une feinte de corps, feinte de départ à droite, puis un petit pont, dans les règles de l’art. Derrière Udol, le Nevada. Sulemana voit la brèche se refermer peu à peu mais a tout son temps pour ajuster un Alexandre Oukidja livré à lui-même. « Il doit aussi améliorer son pied gauche. » nous lâchait Pedersen, qui devait s’attendre derrière son poste à voir le Ghanéen dégainer un pointu ravageur, d’une puissance inouïe sous la barre transversale. 2-0, rideau.

Tous fous de Sulemana

Les caméras du diffuseur braquées sur un couple de supporters rennais les mains sur la tête, la bouche ouverte, on ne peut s’empêcher d’avouer qu’en Bretagne et ailleurs, plusieurs milliers de personnes avaient la même réaction. En cabine chez Prime Video, on peine encore à se remettre du récital de l’international ghanéen, revenu d’un long voyage au Zimbabwe cette semaine, pour jouer avec les Black Stars. « C’est typiquement ses caractéristiques. Il est enthousiaste, insouciant. Il va vite, fait mal. » analysait après la rencontre Bruno Genesio. « Il nous donne beaucoup de plaisir, est agréable à diriger car il vient toujours à l’entraînement avec le sourire, pour travailler. Il a beaucoup de fraîcheur, il a 19 ans et fait un début de saison incroyable. »

Un jeune talent prometteur, doté d’une accélération dévastatrice, capable de faire des différences avant même d’avoir atteint les 20 printemps, ça rappelle forcément un certain Jérémy Doku, dont on a appris le nouveau forfait pour de longues semaines. S’il faudra encore attendre pour pouvoir admirer ces deux trublions faire la paire, c’est Sulemana qui aura pour rôle d’endosser ce profil de facteur X. « C’est un crack, un joueur comme il n’y en a pas beaucoup dans les équipes. » admettait Jonas Martin après la rencontre. « C’est un peu la valeur ajoutée de notre effectif. Il est capable de se créer des occasions tout seul, il n’a pas besoin de beaucoup de monde autour de lui. » Le milieu de terrain, comme son coach, rappelait à raison que c’est aujourd’hui comme face à Paris une performance collective qui a aboutit au succès probant des Rennais dans l’Est. Ces mêmes Rennais qui pourront compter tant que possible sur un Kamaldeen Sulemana plus que « joli » à voir jouer. Benjamin Bourigeaud ne pourra que confirmer.

Mentionné dans cet article
À propos de Publisher