Marc Planus : « Dès que Jean-Louis Triaud a quitté le club, je savais qu’on avait perdu 50% de notre âme, juste avec lui » | OneFootball

Marc Planus : « Dès que Jean-Louis Triaud a quitté le club, je savais qu’on avait perdu 50% de notre âme, juste avec lui »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Sur ARL, Marc Planus a donné des nouvelles de ses activités, lui qui est toujours dans l’architecture, son autre passion à part le football et les Girondins de Bordeaux. Et, une nouvelle fois, vis-à-vis de la situation actuelle du FCGB, il rappela l’importance de l’identité.

« Je n’ai jamais caché que j’ai eu deux passions dans ma vie : l’architecture et le football. Pendant que j’étais joueur, j’ai passé des diplômes pour me rapprocher de l’architecture. Maintenant, je m’épanouis là-dedans, je voyage beaucoup. J’essaye d’être un Ambassadeur des Girondins à travers le monde quand je voyage. Je suis tous les résultats des Girondins sur mon smartphone les jours de match. Mais je me suis éloigné du Haillan parce que ne m’y retrouvais plus. Dès que Jean-Louis Triaud a quitté le club, je savais qu’on avait perdu 50% de notre âme, juste avec lui. Je suis un homme épanoui, j’ai eu un bel hommage pour mon départ, ça a été ce qui m’a permis d’embrayer sur une nouvelle vie sans me retourner, ni avoir de regrets. Je reste un enfant des Girondins, j’y ai passé 26 ans de ma vie. Je suis l’homme que je suis aujourd’hui parce que j’ai été éduqué par les Girondins de Bordeaux, et par ma famille. Mais quand on voit cette seconde famille aussi mal et dans l’état où elle est, alors que… Ma génération a laissé les Girondins en Coupe d’Europe. On est partis sur un projet de nouveau stade, tout allait pour le mieux. Quand on voit ce que c’est devenu, ça nous touche parce que ce n’est pas que le monde du foot qui est touché, c’est tous les salariés, les habitants de Bordeaux… Beaucoup de gens sont impactés, des familles… C’est ce qu’il y a de plus dur en ce moment ».

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher