Ludovic Obraniak : “Apparemment l’élément déclencheur n’est pas de virer Koscielny, Baysse, le doc, l’intendant ou le jardinier” | OneFootball

Ludovic Obraniak : “Apparemment l’élément déclencheur n’est pas de virer Koscielny, Baysse, le doc, l’intendant ou le jardinier”

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Dans L’Equipe de Greg, Grégory Ascher et ses invités ont abordé les Girondins de Bordeaux dans la rubrique FLOPS du baromètre de la Ligue 1. Le bilan et les choix de Vladimir Petkovic ont fait débat, comme souvent et Julien Aliane, chroniqueur, a sorti des stats qui font très mal :

Julien Aliane :

“Vladimir Petkovic, c’est 14,3% de victoires seulement, le pire ratio de victoires pour l’entraîneur bordelais. 0,81 points par match en Ligue 1 et 48% de défaites…”

Le moment est idéal pour écouter une séquence du coach bordelais en conférence de presse d’après-match :

“Je suis un combattant, mon signe astrologique c’est le Lion, je ne lâche jamais. A moi maintenant de réussir à transmettre cette énergie à l’équipe”

Ce qui n’a pas fait vraiment sourire Ludovic Obraniak, invité sur le plateau :

“On nage en plein désastre oui. Si le seul argument c’est “je suis Lion et je vais rugir à nouveau” alors on n’est pas bien du tout. Bien sûr moi ça m’attriste car j’étais au match et j’ai vu une équipe toucher le fond, racler le fond même… Si elle avait eu la possibilité de creuser encore, elle l’aurait probablement faite. On ne peut pas exclure le rôle de l’entraîneur. Bien sûr les joueurs ont une grosse part de responsabilité, ça manque vraiment de talent dans cette équipe, de réaction et de caractère mais les choix de Petkovic…”

Puis l’ancien milieu de terrain des Girondins évoque certains choix et le système de jeu :

“Il y a Elis qui est actuellement le meilleur joueur bordelais, meilleur buteur et pas sur le terrain, c’est incompréhensible. La volonté de jouer et relancer le ballon de derrière, donc à la manière de City sauf que tu as Mexer et Gregersen, avec un pressing Rennais.”

Sa dernière phrase peut prêter à sourire mais elle est bien vraie… Il ne s’arrête pas là pour autant en lançant une belle pique :

“Il n’y a rien qui fonctionne, il faut un élément déclencheur. Apparemment ce n’est pas de “virer” Koscielny, Baysse, le “doc” (médecin du club), l’intendant, le cuisinier je ne sais pas…”

Suite à la prise de parole de Ludovic Obraniak c’est Hugo Guillemet, journaliste, qui tente de trouver des circonstances au coach suisse, sans le défendre non plus :

“Petkovic il subit beaucoup de choses, il y a des choses qui lui sont imposées. Tous ces joueurs écartés. Il y a quelques jours il dit que Koscielny reste son capitaine et finalement il ne peut pas le prendre dans le groupe” […] Après je ne le défends pas, son bilan est catastrophique”

L’occasion pour l’ancien international polonais d’enfoncer le clou envers le coach Petkovic :

“Elis il n’est pas écarté ! Tu as 5 attaquants de pointe hier dans son effectif. Tu as Hwang, Maja, Mara, Niang, Elis… et tu joues avec une pointe en 4-2-3-1. On ne peut pas exclure que l’entraîneur a aussi ses parts de responsabilités.”

“Laurent Batlles est libre [avec un sourire] et ils l’avaient sondé avant de prendre Petkovic !”

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher