Los Angeles : Le football à la sauce Mexicaine | OneFootball

Los Angeles : Le football à la sauce Mexicaine

Logo : BeFoot

BeFoot

Depuis de nombreuses années, la ville de Los Angeles, situé au sud de la Californie, possède des liens très étroits avec le Mexique. Ces liens sont alors culturels, mais cela a un impact sur les sports de la ville.

Aujourd’hui, LA Galaxy et Los Angeles FC font partie intégrante du soccer aux États-Unis et ces clubs sont eux-mêmes sous l’influence de la culture mexicaine de la ville. Il suffit de voir que Carlos Vela et Chicharito sont les vedettes des deux clubs pour s’en rendre compte.

Une ville sous influence hispanique.

A l’origine, la ville se nommait El Pueblo de la Reina de Los Angeles, traduisez “Le village de la Reine des Anges” avant d’être raccourci à “Los Angeles”. Cela annonce déjà la place de la culture hispanophone dans la ville. A seulement 221km de Tijuana qui est la ville frontalière la plus proche, Los Angeles était une ville Mexicaine jusqu’à la fin de la guerre entre le Mexique et les États-Unis de 1846 à 1848.

Deuxième ville la plus peuplé du pays derrière New York et avec presque la moitié des habitants de Los Angeles qui parlent espagnol en 2020, La Cité des Anges est la 3ème plus grande ville hispanique d’Amérique du Nord après Mexico (la capitale du Mexique) et Guadalajara (2ème plus grande ville du pays) et comme dans son histoire les USA ont toujours été une terre d’accueil pour les étrangers, la Californie ne déroge pas à cette règle avec l’immigration des Mexicains qui a débuté au début du XXème siècle.

Alors même si historiquement Los Angeles ne fait pas partie des villes accueillant le plus d’immigrés dans le pays, son emplacement géographique et son passé ont rendus la “mexicanisation” facile, leur permettant d’être avec San Antonio, les deux lieux accueillants le plus de ces hispanophones.

Ce passé et présent commun entre les deux pays se ressent donc forcément au niveau sportif, notamment dans le football dans les clubs qui en porte l’héritage depuis la création de la Major League Soccer avec LA Galaxy, Los Angeles FC et surtout à Chivas USA qui a ensuite disparu.

Comme dans toutes les grandes villes américaines, le sport est omniprésent avec à chaque fois deux clubs dans chaque sport majeur tel que la MLB, la NFL, la NHL et la NBA.

Les clubs de Los Angeles s’en inspirent !

  1. LA Galaxy : El numero Uno

Le club de LA Galaxy fait partie des franchises fondatrices de la Major League Soccer en 1996 en même temps que le FC Dallas, New-England Revolution ou encore New York Red Bulls. Mais c’est aussi et surtout l’équipe qui a remporté à cinq reprises la MLS Cup ce qui constitue un record dans le championnat. Avant même que la franchise ne débute dans le championnat impulsé par le groupe Anschutz Entertainment Group (AEG), la ville de Los Angeles était représentée en NASL (l’ancêtre de la MLS) par Los Angeles Aztecs au nom déjà très hispanique et considéré comme les concurrents directs de New York Cosmos entre 1974 et 1981. Après leur disparition, la FIFA demande aux États-Unis de fonder un autre championnat professionnel s’ils veulent accueillir la Coupe du Monde 1994.

C’est à ce moment-là que Los Angeles Salsa (encore une appellation hispanique NDLR) qui regroupait alors tous les différents clubs de soccer de la ville est racheté à José Rodriguez afin de devenir Los Angeles Galaxy à partir de 1995 pour être prêt à intégrer la MLS en 1996. L’équipe a ensuite eu le succès qu’on lui connaît avec ses nombreux titres en 2002, 2005, 2011, 2012 et 2014, la signature de David Beckham qui a donné un tournant à la MLS et des stars Mexicaines qui arrivent de plus en plus facilement à signer comme Jonathan et Giovanni Dos Santos ou plus récemment la star Chicharito Hernandez.

Parmi les drapeaux les plus présents au Dignity Health Sports Park de LA Galaxy, celui du Mexique est régulièrement présent (en bas à gauche de l’image).

D’une recrue comme Jorge Campos, aux jeunes homegrown (formés au club) tel qu’Efrain Alvarez, Jonathan Perez ou encore Julian Araujo en passant par les stars Chicharito et les frères Dos Santos, la nationalité mexicaine est finalement celle qui est la plus représentée au club (16) parmi tous les joueurs qui ont signés et pour la plupart avec réussite ou beaucoup de promesses. Et le club recrute d’ailleurs de plus en plus des joueurs de cette nationalité avec sept joueurs recrutés entre 1996 et 2003 contre neuf entre 2014 et 2022 dont trois qui ont été formés directement à LA Galaxy. Et cela n’a au final rien d’étonnant dans une ville où la population hispanique est passée de 7% à 47% en 80 ans alors que les représentations des autres ethnies étrangères diminuent à Los Angeles depuis 1940.

De 2005 à 2014, le derby de Los Angeles faisait s’affronter Los Angeles Galaxy et Chivas USA avec un nom à consonance là encore hispanique, le SuperClasico, repris de l’historique derby mexicain entre Club America (club le plus riche du pays) et Chivas Guadalajara (club le plus nationaliste ne faisant jouer que des joueurs mexicains).

  1. Chivas USA : le plus Mexicain des clubs US

À gauche le logo de Chivas USA en MLS et à droite le logo de… CD Guadalajara en Liga MX.

Présent en Major League Soccer de 2005 à 2014 et arrivé comme 3ème équipe d’expansion après Chicago Fire SC (maintenant Chicago Fire FC) et Miami Fusion, le club de Chivas USA n’avait pas qu’un nom identique à celui du club de Liga MX de C.D. Guadalajara et pour cause : les deux sont affiliés et partagent le même nom et logo. Cette volonté de rendre un club américain le plus Mexicain possible débouche d’un souhait profond de la Ligue depuis ses débuts à attirer la population hispanique du sud de la frontière. Et comme les différents évènements organisés par la MLS ne suffisait pas à attirer l’attention, la proposition du propriétaire d’un autre club du championnat mexicain ne tarda pas à plaire à Don Garber le Commissaire de la Major League Soccer.

“C’est bien de secouer le pot, et Jorge Vergara est l’un de ces gars qui pense qu’il reste beaucoup de football dans ce pays qui peut encore être capturé par la MLS. Ça va être unique, ça va être un défi, ça va être excitant, ça va être passionné, mais en tant que Ligue, nous sommes prêts pour ça.”

En 2003, Jorge Vergara alors président du club mexicain de CD Guadalajara (aussi appelé Chivas) depuis un an participe avec son équipe au MLS All-Star Game (défaite 3-1). Appréciant l’engouement et la progression du soccer aux États-Unis, il décide alors de créer une franchise là-bas à l’image du club qu’il possédait déjà afin d’exporter sa marque. Il faut savoir qu’au moment où l’homme d’affaires rachète l’équipe de Liga MX, elle se trouve dans une situation financière très compliquée. Avoir un club partenaire en MLS lui permettrait donc aussi de servir de club satellite pour des transferts et surtout des prêts du Mexique aux États-Unis.

En dix saisons, un record de douze joueurs ont ainsi été transférés et neuf prêtés de Guadalajara au club basé à Los Angeles, la ville ayant été choisis aux dépens de San Diego pour sa présence majoritaire d’hispaniques par rapport aux autres villes du pays comme expliqué précédemment. C’est pour cela qu’en dix saisons d’existence, 37 joueurs ayant porté le maillot des Chivas (chèvres en espagnol NDLR) avaient la nationalité mexicaine sur les 105 au total. Le second pays le plus représenté était alors le Brésil avec seulement 7 joueurs.

Lors de cette période, sportivement, le club ne se débrouillait pas trop mal en atteignant régulièrement les demi-finales de conférence qui n’était en fait que le premier tour des play-offs à cause du faible nombre d’équipes au début du championnat entre 2005 et 2009. L’affluence moyenne au stade tournait à cette période-là à 16.000 spectateurs. Le seul point noir était qu’ils partageaient alors le stade du StubHub Center (27.000 places) avec l’autre club de Los Angeles, Galaxy. Ils se sont même payé le luxe de remporter le Supporters Shield en 2007 alors que l’ennemi juré et voisin signait David Beckham comme premier Joueur Désigné de l’histoire du championnat qui sera ensuite accompagné de Landon Donovan.

Le 26 octobre 2014, l’équipe de Chivas USA remercie ses supporters pour les dix saisons passés avec eux avant que le club ne disparaisse. La victoire 1-0 face au voisin San Jose Earthquakes était alors leur dernier match.

Mais au fil des saisons et des équipes d’expansions qui se sont ajoutées au championnat augmentant sa compétitivité, les supporters allaient de moins en moins au stade faisant chuter l’affluence à 7000 personnes en 2014 soit moitié moins que 4 ans auparavant. Don Garber explique la disparition de Chivas USA par plusieurs raisons. D’une part, il pointe du doigt une perte d’identité progressive du club alors que le souhait était de faire jouer exclusivement des Mexicains comme son club partenaire (chose impossible en MLS avec le nombre de places de joueurs étrangers limités NDLR). Ensuite, les relations avec ce fameux club et entre les propriétaires que sont Jorge Vergara et les frères Cue (Antonio et Lorenzo) se sont tendues a tel point que le premier rachètera les part des deux autres, souhaitant “Mexicaniser” complètement le club (langue officielle, employés, joueurs…) entrainant un scandale en interne sur fond de discrimination. S’en était alors trop pour la Ligue qui rachète finalement la franchises qui perdait petit à petit sponsors, droits de diffusions et des millions de dollar.

Le 26 octobre 2014 après le dernier match officiel de la saison régulière, la Major League Soccer annonce la disparition de Chivas USA mais dévoile quelques jours plus tard l’arrivée pour 2017 d’une autre franchise à Los Angeles.

  1. Los Angeles FC : la relève concurrente

Après la disparition des Rojiblancos, Don Garber décide de laisser la place à une autre franchise à Los Angeles. La mégalopole se devait de posséder un autre club comme c’est le cas depuis 2015 à New York avec New York City FC et New York Red Bulls. Los Angeles FC est donc annoncé en 2017 comme équipe d’expansion pour la saison 2018 qui se veut alors fidèle à la ville de par sa mixité culturelle qui se ressent dans lors de la saison inaugurale avec pas moins d’une vingtaine de nationalités différentes sur les trente-trois joueurs de l’effectif cette année-là. Le club se démarque à ce moment-là de son prédécesseur mais recrute tout de même l’international Mexicain Carlos Vela en provenance de la Real Sociedad comme premier Joueur Désigné du club. Mais il sort surtout du lot vis à vis des autres expansions en permettant aux fans avant l’entrée en MLS de participer à l’identité du club afin de choisir son nom et ses couleurs via les réseaux sociaux qui ont d’ailleurs explosé avant 2018.

Au final même après quelques années d’existence, le “spectre Chivas USA” ne plane pas au dessus de LAFC et cela se vérifie en analysant l’effectif du club saison après saison. Mais là où la communauté hispanique répond finalement le plus présent, c’est dans les tribunes avec le retour des groupes de supporters de Chivas USA tel que Black Army 1850 et District 9 Ultra dont ce dernier possède parmi ses partisans le célèbre acteur américain Danny Trejo, homonyme du jeune joueur sélectionné lors de la MLS SuperDraft 2021 par… LAFC !

Danny Trejo représente cette communauté hispanique née et vivant à Los Angeles. Il a clairement choisi son camp concernant le club qu’il supporte : Los Angeles FC !

Sur le terrain, le club dirigé par Peter Guber (avec Magic Johnson parmi les investisseurs) fait clairement concurrence à son rival LA Galaxy. A l’image du SuperClasico mentionné plus haut, le duel entre LA Galaxy et Los Angeles FC a amené une nouvelle rivalité avec un autre nom à résonnance hispanique et faisant référence au trafic dense bien connu à Los Angeles : El Trafico !

Cette nouvelle rivalité est alors née alors que Bob Bradley était sur le banc de LAFC (il avait aussi été sur celui de Chivas USA en 2006 NDLR) et comme toute grande histoire qui s’écrit, elle a connu des débuts historiques. LAFC menait alors 0-3 à la 48ème minute avant que LA Galaxy ne réduise le score à l’heure de jeu. A la 71ème minute, Zlatan Ibrahimovic entre pour jouer ses premières minutes en MLS et le match s’inversa, l’attaquant suédois inscrit le but de l’égalisation d’une manière somptueuse (son 1er en MLS) puis le but de la victoire dans le temps additionnel ! Score final 4-3, LAFC perd le premier match de son histoire, le derby de LA est lancé !

La saison inaugurale passée, l’équipe de Bob Bradley guidé par un Carlos Vela historique avec ses 34 buts en saison régulière (record de 31 buts de Josef Martinez battu) réussi l’exploit de remporter le Supporters Shield dès sa deuxième saison grâce à un nombre de points record !

L’histoire est différente de Chivas USA, plus récente que celle de LA Galaxy, et donc forcément l’impact hispanique sur Los Angeles FC est pour le moment moins marqué mais commence à se faire sentir avec la formation des jeunes à la double nationalité mexicaine et américaine comme Christian Torres, Erik Dueñas ou encore Tony Leone tous de la génération 2004. Ajouté à leur attaquant vedette de la même nationalité, l’histoire et les liens qui unissent la ville de Los Angeles à ce pays du Mexique ne sont pas prêt de s’arrêter !

Retrouvez toute l’actualité du football mondial sur notre compte Twitter.

À propos de Publisher