Ligue 1 : des pertes colossales pour le PSG, l’OM, l’OL… Aulas allume Caïazzo

FootLégende

Image de l'article : Ligue 1 : des pertes colossales pour le PSG, l’OM, l’OL… Aulas allume Caïazzo

Bernard Caïazzo s’émeut des pertes engendrées par la décision de stopper la Ligue 1. Trop tard et surtout hypocrite pour Jean-Michel Aulas.

En décidant de reprendre leurs compétitions là où ils les avaient arrêtées, nos voisins anglais, italiens, espagnols, allemands ou encore portugais ont permis à leurs clubs de limiter la casse financière, puisqu’une partie de l’argent perdu durant le confinement va être récupérée maintenant, en particulier les droits TV. Malheureusement pour les clubs français, le gouvernement et la LFP en ont décidé autrement, choisissant de stopper définitivement le championnat. Cette décision entraîne des pertes très importantes, ce dont se plaint désormais Bernard Caïazzo.

500 M€ de perte pour les clubs de Ligue 1

« Les pertes du football professionnel français seront au final de l’ordre de 500 M€ au moins pour la saison 2019-2020, tout simplement parce que notre football est à l’arrêt depuis le 10 mars et que nos championnats n’ont pas pu reprendre. La reprise des compétitions chez nos voisins nous oblige aujourd’hui à prendre conscience d’une réalité cruelle : cette perte de 500 M€ était évitable », a regretté le président du conseil de surveillance de l’ASSE et du syndicat Première Ligue.

« Comment un gouvernement a-t-il pu prendre une telle décision aussi lourde de sens et de conséquences, alors que les autres grands Championnats se laissaient la possibilité de reprendre ? Les pertes du Paris SG s’élèvent à près de 200 M€, celles de l’OM et de l’OL dépassent les 100 M€, l’AS Monaco les 50 M€… N’est-ce pas logique que les clubs, qui présentent les plus gros budgets, soient les plus pénalisés, faute de ressources pendant cinq mois ? », a-t-il poursuivi auprès de News Tank.

Aulas reproche à Caïazzo de se réveiller après la bataille

Jean-Michel Aulas est d’accord avec son confrère stéphanois. Mais le président lyonnais regrette cette dénonciation tardive alors que lui a été vent debout dès le départ. Il dénonce aussi une forme d’hypocrisie de sa part. « C’est pas très beau de courir après coup vers la légitimité d’arrêt ! On sait tous pourquoi les clubs mal classés à la 28e journée alors qu’il restait 30 points à prendre ont préféré arrêter ! Pas la peine de se déguiser ! », a accusé le patron de l’OL sur Twitter, en référence à la 17e place des Verts au moment de l’arrêt du championnat. Sous-entendu, Bernard Caïazzo aurait été bien plus combattif si son équipe avait été en position de relégable.

Images de IconSport