Ligue 1 : ce qu’il faut retenir de la 10ème journée | OneFootball

Ligue 1 : ce qu’il faut retenir de la 10ème journée

Logo : BeFoot

BeFoot

Oui, la France a gagné la Ligue des Nations le week-end dernier. Oui, nous avons un nouveau trophée, c’est génial, magnifique, blablabla. Cette Ligue des Nations nous a surtout privé du meilleur championnat du monde, à savoir notre chère Ligue 1 Uber Eats.

Cependant, tout vient à point à qui sait attendre : l’élite du football français est désormais de retour, dans un championnat toujours autant spectaculaire et passionnant !

👍🏼 Le top de la journée : le Stade Rennais

Après avoir fait chuter l’ogre parisien pour la première fois de la saison, le Stade Rennais a confirmé sa bonne forme du moment en allant s’amuser au Stade Saint-Symphorien face à des Messins qui ont décidément beaucoup de mal sur ce premier quart du championnat.

Les Rennais ont commencé le match au petit trot, avant de passer la première vitesse à la moitié de la première mi-temps. C’est en effet à la 24ème minute que Laborde, d’une sublime madjer sur un centre de Traoré, donna l’avantage aux Rouges et Noirs, tout en confirmant son statut de meilleur buteur du championnat (7 buts). Sulemana, vraisemblablement jaloux du bijou de son coéquipier, décida d’y aller également de son chef d’œuvre.

À la 37ème minute, il pénétra dans la surface messine, mystifia le pauvre Udol d’un petit pont qui aurait fait jaser dans les cours de récréation, avant de sortir une puissante frappe entre extérieur et coup du pied qui fracassa la transversale avant de mourir au fond des filets. Terrier se chargea de corser l’addition juste avant la mi-temps, à la réception d’un centre en retrait de Traoré, signant sa seconde passe décisive du match.

Plus rien ne sera marqué en seconde mi-temps, acte qui confirmera la domination bretonne et la mauvaise forme des Grenats. Les Rennais quittent la Moselle avec les trois points, un clean-sheet et une bonne dose de confiance avant le déplacement en Conférence League face aux Slovènes de Mura jeudi prochain. Plus proches du 0-4 que du 1-3, les Messins n’ont, quant à eux, pas manqué de se faire copieusement siffler par leur public, eux qui n’ont gagné qu’une rencontre de Ligue 1 depuis le début de saison (face à Brest lors de la 8ème journée). Une nouvelle défaite pour les Grenats couplée à la première victoire du rival nancéen en Ligue 2 : sale week-end pour les supporters messins.

👎🏼 Le flop de la journée : l’AS Saint-Étienne

Une nouvelle fois, c’est l’ASSE qui endosse le maillot du flop de la journée. Défait 5-1 sur la pelouse de Strasbourg, rien ne va actuellement dans le Forez. Alors qu’on pensait que le nul obtenu dans les derniers instants lors du derby face à l’OL pouvait raviver la flamme, il faut croire qu’on est plus proche d’une allumette mouillée que d’un véritable flambeau. C’est bien simple : à la 44ème minute, les Verts perdaient déjà 2-0, avaient marqué contre leur camp par Youssouf, perdu leur gardien Green sur blessure et se retrouvaient à 10 suite à l’expulsion sans contestation possible du même Youssouf, auteur d’un tacle non maîtrisé sur Ajorque.

Khazri a bien essayé d’apporter un brin de révolte en transformant un pénalty juste avant la pause. Réduire l’écart juste avant la mi-temps permet souvent d’instaurer le doute dans les têtes adverses. Cependant, quand on joue à 10 et qu’on est le Saint-Étienne cuvée 2021-2022, cela n’instaure pas grand chose. Gameiro, Ajorque et Diallo ont en effet montré aux rares supporters stéphanois qui croyaient à un retournement de situation que la première victoire de l’ASSE en Ligue 1 Uber Eats ne serait pas lors de la 10ème journée.

Suite à cette nouvelle débâcle, les Verts conservent leur place de lanterne rouge et il est difficile d’imaginer comment ils se sortiront de cette spirale. Verre à moitié plein ou à moitié vide ? Les Verts ont décidé de trancher la question et de le laisser totalement vide.

La polémique de la journée : La bl”var”gue PSG-SCO

Après un coup d’arrêt face à Rennes avant la trêve internationale, le PSG a repris sa marche en avant face à Angers SCO en ouverture de la journée. Menés à la pause par une belle équipe angevine, les Parisiens n’avaient quasiment rien montré durant le premier acte et il n’en a été guère mieux durant le second. Danilo Pereira a permis, sur un centre de Mbappé, de remettre les compteurs à zéro avant que Mbappé, en toute fin de match, n’apporte une victoire poussive au PSG (2-1).

Toutefois, le grand acteur de ce match a été non pas un joueur mais bel et bien le VAR. Ce n’est en effet pas moins de quatre (!) situations sur lesquelles le VAR est directement impliqué possiblement à tort, quatre actions qui ont directement influé la rencontre.

PSG – Angers : pourquoi ce match fait-il scandale ?

À la 17ème minute, première situation litigieuse, qui aurait pu valoir un pénalty pour le PSG suite à un tacle de Capelle sur Icardi. Check du VAR, jouez messieurs. 36ème minute, le but du SCO est revu par le VAR quant à une éventuelle faute de Mendy sur Verratti. But accordé. 69ème minute, Mbappé délivre un centre repris par Pereira pour l’égalisation. Mbappé semble toutefois hors-jeu au départ de l’action, mais aucune caméra (comment est-ce possible ?) ne permet de le vérifier à coup sur.

Enfin, last but not least : à la 83ème minute, Icardi voit sa tête déviée par la main de Capelle. Non sifflée dans un premier temps, Monsieur Dechepy est finalement alerté par le VAR de très longues secondes plus tard et accorde un pénalty, malgré une faute préalable d’Icardi sur Thomas. Comble du VAR, cette faute n’a même pas été revue par la vidéo, faute qui aurait de facto annulé le pénalty. Il a été vu que de telles mains pouvaient être sifflées (il suffit de se souvenir de celle de Kimpembe face à Manchester United) et qu’il était bel est bien possible de remonter toute l’action dans ces cas là (en atteste le penalty sifflé et finalement annulé pour le PSG face au Real Madrid en 2019).

Le VAR a ses fans, il a aussi ses détracteurs. Cependant, plus le temps passe, et plus la balance pèse en faveur de ses détracteurs. À la fin de la rencontre, Romain Thomas déclarait en fin de match que “La VAR, ça commence à me fatiguer cette histoire, on met des millions dans un truc, on ne sait même pas l’utiliser”. Parisiens, Angevins, acteurs en lumière ou de l’ombre du football, le constat semble être désormais de plus en plus partagé : l’outil qui était censé résoudre tous les problèmes n’en cause finalement que de nouveaux.

❤ On a aimé : Lucas Paqueta qui n’en finit plus d’impressionner

Il devait être question de parler ici du récital signé Téji Savanier face à Lens. Toutefois, impossible de passer à côté de l’histoire du week-end, celle de Lucas Paqueta. L’international auriverde était, dans la nuit de jeudi à vendredi, titulaire avec le Brésil lors du match de qualification à la Coupe du Monde 2022 face à l’Uruguay.

Il était alors inconcevable de le voir prendre part à la rencontre opposant l’OL et Monaco samedi soir. À sa demande, Peter Bosz l’intégra finalement dans le groupe et, même s’il était trop juste pour être titualire, le Brésilien est finalement entré sur la pelouse du Groupama Stadium à la 67ème minute.

Et quelle entrée ! Alors que l’OL se cassait les dents sur son adversaire monégasque, son entrée a donné un nouveau souffle aux Gones, changeant le cours du match et a, quasiment à lui seul, offert la victoire à son club. Cinq minutes après son entrée, Lyon obtient un pénalty que Toko Ekambi transformera (1-0), mais le meilleur restait à venir. Dans les derniers instants du match, le Brésilien distilla un amour de passe aveugle à Emerson, ce dernier trouvant par la suite Denayer qui allait sceller la victoire lyonnaise (2-0). Noël est dans deux mois et pourtant, Paqueta nous gâte chaque semaine. Paqueta, l’art des paquets cadeaux.

💔 On n’a pas aimé : Les jets de projectiles des supporters marseillais

On n’était pas passé à grand chose d’une rubrique “on n’a pas aimé” vide ce week-end. Heureusement, les supporters marseillais ont trouvé bon, à l’heure de jeu de la rencontre face au FC Lorient, de jeter des projectiles sur les joueurs lorientais. Diarra, attaquant lorientais, semble d’ailleurs avoir été touché. Pas de descente sur le terrain cette fois-ci, mais des images qu’on voit beaucoup trop souvent ces derniers temps et qu’on n’a jamais souhaité voir. Alors, on pourrait dire qu’il ne s’agit visiblement que d’une boulette de papier et qu’on est loin des scènes auxquelles nous avons assistés précédemment.

Cependant, ce n’est pas l’objet qui est mis en cause, mais bel et bien le geste et l’intention. Il serait temps de prendre les bonnes mesures et de bannir ces personnes des tribunes. Plutôt que d’avoir un VAR qui fonctionne une fois sur deux et qui ne remplit même pas ses fonctions premières correctement, il serait peut être temps d’avoir une vraie surveillance des tribunes. La LFP, si vous nous lisez, il serait temps de prendre les mesures adéquates.

⚽ Le but de la journée : Franck Honorat (Stade Brestois 29)

Beaucoup de superbes buts pour cette dixième journée de Ligue 1. Terrier, Hwang, Sulemana… Il ne pouvait toutefois n’en rester qu’un et, comme d’habitude, priorité aux équipes dont il n’a pas été fait mention jusqu’à présent. Pour cette journée donc, honneur aux Brestois. Difficile début de saison pour le SB29, qui n’a pu faire mieux que partager les points avec le Stade de Reims (1-1).

Néanmoins, Franck Honorat a su ravir les spectateurs de Francis Le Blé. Suite à une longue ouverture brestoise, le défenseur rémois Faes dégage le ballon de la tête. Le cuir arrive sur Honorat, bien placé aux trente mètres. Le numéro 9 brestois ne se pose pas de question et envoie un missile de volée qui terminera sa course dans les filets rémois. Rajkovic ne peut rien faire, si ce n’est esquisser un sourire de dépit.

À défaut de prendre les trois points, Brest aura au moins obtenu le trophée honorifique du plus beau but de la semaine. C’est toujours mieux que rien et ce ne sont pas les Stéphanois qui diront le contraire.

🙏🏼 L’image de la journée : l’hommage XXL à Bernard Tapie

Il ne faisait nulle doute que les supporters marseillais allaient honorer la mémoire de Bernard Tapie, ancien président du club décédé il y a deux semaines et grand artisan de la victoire européenne de 1993, comme il se devait. Les deux virages ne se sont pas manqués. Rien d’autre à faire si ce n’est admirer l’hommage et souhaiter une bonne route à Nanard, où qu’il se trouve désormais.

Sur le terrain, l’OM a également rendu un bel hommage au “Boss”, avec une superbe victoire 4-1 face à Lorient, victoire qui aurait pu mettre l’OM en “top de la semaine”. Cependant, les clubs étant responsables de leurs supporters, il ne pouvait prétendre à cette place (voir plus haut).

Le point Bâton de Bourbotte : Changement de détenteur !

Qu’est ce que le Bâton de Bourbotte ? Il s’agit d’un trophée virtuel qui se transmet entre les équipes de Ligue 1 depuis 1946. Pour le récupérer, il faut battre son détenteur. En cas de défaite ou de match nul, le Bâton reste dans la main de son détenteur (plus d’informations sur le compte Twitter @BatonBourbotte).

Après sa victoire 1-0 face à Lens au bout d’un match passionnant, c’est Montpellier qui s’empare du Bâton de Bourbotte ! C’est la seconde fois de la saison que les Montpelliérains l’ont entre leurs mains, après l’avoir cédé lors de la première journée et la défaite contre l’Olympique de Marseille (2-3). Le RC Lens ne l’aura finalement conservé que deux matchs. C’est désormais l’AS Monaco qui aura l’occasion de le récupérer dimanche prochain en cas de victoire face aux hommes d’Olivier Dall’Oglio !

Les résultats de la 10ème journée :

Le classement de la 10ème journée :

Retrouvez toute l’actualité de la Ligue 1 Uber Eats sur notre compte Twitter.

À propos de Publisher