Les Diables restent n°1 mondiaux : l'Équateur et le Brésil partagent au terme d'un match tendu | OneFootball

Les Diables restent n°1 mondiaux : l'Équateur et le Brésil partagent au terme d'un match tendu

Logo : Walfoot.be

Walfoot.be

Cette nuit, le Brésil se déplaçait en Équateur et passait n°1 mondial en cas de victoire. Il n'en sera rien. La Belgique conserve donc encore ce statut, qui commence à devenir encombrant ...

Qui veut de notre première place mondiale ? Visiblement, personne. Ce jeudi soir, le Brésil avait l'opportunité de s'emparer du spot de n°1 mondial au classement FIFA, et c'était bien le seul enjeu du déplacement de la Seleçao en Équateur, du moins pour les Brésiliens déjà qualifiés. En Amérique du Sud, cependant, il n'existe pas de match "amical" : après 36 minutes de jeu, les deux équipes étaient en effet déjà réduites à 10 : Alexander Dominguez assassinait Mateus Cunha d'une sortie kamikaze et prenait la porte dès la 16e, et Emerson Palmieri le rejoignant avec sa seconde jaune dès la 21e minute !

Entre temps, le score était déjà de 0-1 à la 6e minute grâce à Casemiro. Le Brésil pensait se retrouver à 9 contre 10 après une sortie comparable d'Alisson Becker mais l'arbitre se ravisera finalement, n'accordant qu'un très généreux carton jaune. La première période comptera 10 (!) minutes de temps additionnel.

En seconde période, l'Équateur (avec le Genkois Angelo Preciado au coup d'envoi) finira par égaliser via Felix Torres et la Tricolor fera bien un pas de plus vers le Qatar, solidifiant sa 3e place de la zone CONMEBOL. Alisson, lui, sera expulsé pour la "seconde" fois du match au bout des arrêts de jeu ... mais le VAR annulera le penalty, et donc le carton rouge. Le portier de Liverpool aura donc pris deux cartons rouges, sans être exclu.

Désormais, le Brésil ne pourra pas dépasser la Belgique au ranking FIFA même en cas de victoire contre le Paraguay dans quelques jours (il aurait fallu un 6/6 aux Auriverde pour prendre et garder la première place mondiale).

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher