Le Pays de Galles sort par la petite porte face au Danemark | OneFootball

Le Pays de Galles sort par la petite porte face au Danemark

Logo : God Save The Foot

God Save The Foot

Dans une affiche sur le papier plutôt équilibrée, c’est bien le Danemark qui aura eu le dernier mot. Éliminant les Dragons Gallois d’une victoire nette et sans bavure 4-0, les hommes de Kasper Hjulmand se hissent donc en 1/4 de finale de l’Euro, une première depuis 2004. À l’inverse, tournoi terminé pour les coéquipiers de Gareth Bale, ce dernier qui pourrait d’ailleurs annoncer sa retraite international d’ici les prochains mois.

Les compositions officielles

Les Dragons se présentent en 4-2-3-1 classique face au Danemark, avec le même XI que celui utilisé contre la Suisse et la Turquie. On y retrouve donc Gareth Bale et Daniel James sur les ailes, Aaron Ramsey dans sa position préférentielle en numéro 10 et surtout, le buteur de Cardiff Kieffer Moore seul en pointe.

Le Danemark lui est en 3-4-3, toujours avec la charnière Simon Kjaer – Andreas Christensen – Jannik Vestergaard. Daniel Wass souffrant, c’est Jens Stryger qui vient le remplacer couloir droit. À noter aussi la titularisation du jeune Kasper Dolberg à la place de Yussuf Poulsen, qui sera aligné aux côtés de Martin Braithwaite et du feu follet Mikkel Damsgaard.

https://twitter.com/DBUfodbold/status/1408798462519435264?s=20

Une grosse entame et puis plus rien

Le début de rencontre est marqué par l’excellente entame de match des Gallois, tous très haut sur la pelouse. En face aussi, les Dannois sont décomplexés et n’hésitent pas à venir presser le porteur de balle adverse, ce qui laisse suffisamment d’espace aux hommes en rouge pour se créer des situations offensives. Parmi celles-ci, une frappe vicieuse de Gareth Bale qui vient frôler le poteau de Kasper Schmeichel. Suit alors un cafouillage dans la surface Dannoise, finalement repoussé in-extremis par la défense des Vikings. Bref, vous l’aurez compris, le premier quart d’heure est totalement à l’avantage du Pays de Galles.

Malheureusement pour eux, ce temps fort ne sera pas concrétisé, et ce malgré la première frappe cadrée du match signée Daniel James à la 17ème minute. Pire, après une série de quatre corners subis de suite qui a permis aux Dannois de se remettre en marche, c’est à la 27ème minute que Kasper Dolberg ouvre le score d’une frappe majestueuse. Après un beau mouvement de balle entre Maehle et Damsgaard côté gauche, c’est le jeune niçois de 23 ans qui frappe en premier dans la partie. Le Danemark va mieux, et les regards semblent portés vers le tout récent champion d’Europe, Andreas Christensen. En effet, lui qui est sur le papier annoncé défenseur central joue bien plus haut que prévu, venant compenser les montées de Thomas Delaney au milieu de terrain. Choix tactique qui s’avère payant puisque les Gallois ne parviennent plus à mettre un pas devant l’autre.

La fin de cette première mi-temps est un véritable calvaire pour Rob Page qui voit son équipe multiplier les fautes, subir des occasions ou encore perdre Connor Roberts à la 37ème minute. Le latéral droit Gallois est touché aux adducteurs, et laisse sa place à Neco Williams, tout juste 20 ans. Et ce n’est qu’après une nouvelle parade de Danny Ward face à Joakim Maehle que l’arbitre viendra mettre un terme à ce supplice.

Des Dragons pris à la gorge

Après un premier quart d’heure intéressant, les Gallois ont été anéantis par la maîtrise technique Dannoise. On se dit alors qu’avec un score de 1-0, les hommes de Rob Page ne sont pas si malheureux, et vont retourner des vestiaires couteau entre les dents. Hélas, le football est un sport improbable. Seulement quelques minutes après le coup de sifflet de la deuxième mi-temps, Neco Williams se troue. En voulant dégager un centre, il délivre malencontreusement un caviar vers Kasper Dolberg qui ne se fera pas prier.

Gareth Bale tête baissée, les mains sur les hanches. Crédits : @Faisal HQ

Ça fait 2, 2 buts à 0 pour le Danemark qui n’en demandait pas plus. Une réaction Galloise est attendue, et elle arrive. Sur un centre bien travaillé de… Neco Williams, Kieffer Moore et Gareth Bale – tout deux bien placés – se gênent et aucun ne parvient à cadrer ce ballon. Comme un symbole d’une rencontre sans réussite pour eux. Les centraux (Joe Rodon et Chris Mepham) sont incapables de casser des lignes, gênés sans doute par le pressing mis en place par les attaquants Dannois. Les relais manquent, et Aaron Ramsey, lui l’un des rares créateurs de cette équipe est porté disparu.

Les entrées d’Harry Wilson, de Tyler Roberts ou encore de Dillon Brooks ne changeront rien, et l’on est plus près du 3-0 que du 2-1. Le bourreau des Dragons Kasper Dolberg sorti, c’est l’ex-Bordelais Andreas Cornelius qui prend la relève. Malmené tout au long du match, Ben Davies se fait ouvrir par Joakim Maehle côté ligne. Ce dernier qui, grâce à une superbe feinte, élimine le latéral gauche des Spurs avant d’allumer le portier Gallois à bout portant.

Au tableau d’affichage, Danemark 3, Pays de Galles 0. Et ce score va (encore) s’empirer dans le temps additionnel, grâce à l’intenable Martin Braithwaite, venu s’inviter à la fête. Le public est en folie à la Johan Cruyff Arena, les Dannois exultent, les Gallois eux, sont têtes baissées. Un contraste qui vient résumer une rencontre à sens unique, où le Danemark aura montré plus de cohérences, plus de certitudes et surtout, plus de combativité.

Une élimination amère pour les Gallois

Si beaucoup de spécialistes ne voyaient pas le Pays de Galles être favori face au Danemark, peu avaient prédis une telle déroute face à un adversaire qui ne semblait pas être hors de portée. Après avoir arraché un nul contre la Nati de Petkovic et gagné contre la Turquie, le job semblait être fait pour les Gallois. Surtout après n’avoir perdu que 1-0 contre une Italie en grande forme. Une qualification en 1/8ème de finale était donc déjà une bonne satisfaction, mais on ne peut oublier l’épopée de 2016 quand on pense au Pays de Galles. C’est pourquoi éviter un ogre de la compétition à ce stade là pouvait de nouveau faire espérer les supporters des Dragons. Cela ne s’est pas passé comme prévu, et c’est une vraie claque qui s’est abattu sur le peuple Gallois.

L’équipe Galloise et sa fameuse tradition avant le coup de sifflet du match. Crédits : FootMercato

Ce score sec de 4 buts à 0 laisse et laissera des traces. Car au-delà du simple résultat, c’est tout une génération qui est touchée. Celle des Aaron Ramsey, Joe Allen mais surtout Gareth Bale. Lui qui s’oriente de plus-en-plus vers une carrière en dehors du football, avait sans doute à coeur de bien finir. Il aura évidemment donné, beaucoup donné, tout comme cette jeunesse insouciante alimentée par les courses de Daniel James (23 ans) ou encore les tacles musclés de Joe Rodon (23 ans aussi).

Cette défaite est sans doute coriace à accepter, mais elle est peut-être signe d’un passage à témoin. C’est pour cette raison que les Gallois n’ont pas à rougir. Ethan Ampadu, Dillon Brooks, Harry Wilson, Neco Williams, la liste est longue de jeunes joueurs en quêtes d’une belle carrière en sélection. Que ce soit avec Rob Page ou non, l’avenir semble excitant, car l’avenir, c’est eux.

Mentionné dans cet article
À propos de Publisher