Le MHSC à la traîne sur le plan athlétique | OneFootball

Icon: AllezPaillade.com

AllezPaillade.com

·29 septembre 2022

Le MHSC à la traîne sur le plan athlétique

Image de l'article :Le MHSC à la traîne sur le plan athlétique

Lundi la Ligue a publié quelques statistiques plutôt intéressantes sur son site officiel. Malheureusement celles-ci faisant écho aux débats qui ont pris place depuis le début de la trêve internationale quant à l’état de forme des troupes d’Olivier Dall’Oglio.

Il s’agit des distances parcourues, des sprints et des courses à haute intensité après les huit premières journées. Sont considérées comme sprints les courses au-delà de 25 km/h, celles à haute intensité se situant entre 15 et 25 km/h. Individuellement aucun Pailladin ne se hisse dans le top 10 de ces catégories.

Sur courses « rapides » on trouve beaucoup de joueurs de côté qu’ils soient latéraux ou ailiers. Ce n’est pas trop surprenant de ne pas voir Khazri ou Maouassa. Le premier pas un spécialiste du poste et le second pas au top physiquement et ne jouant pas quatre-vingt-dix minutes. Et si Théo Sainte-Luce était très offensif on ne peut pas en dire autant de nos autres latéraux plutôt là pour défendre.

Sur les joueurs parcourant le plus de kilomètres on trouve presque uniquement des milieux défensifs. Si Chotard bouge moins devant la défense, l’absence de Jordan Ferri dans ce classement s’explique sans doute par le jeu beaucoup plus direct de ce début de saison là où l’an passé quasi tous les ballons passaient par lui.

Image de l'article :Le MHSC à la traîne sur le plan athlétique

En terme collectif le MHSC est en dernière position sur tous ces indicateurs ce qui pose question.  L’absence de Mavididi ou encore les blessures de Nordin et de Sainte-Luce ont clairement pénalisé l’équipe sur les statistiques de courses rapides. Concernant les kilomètres parcourus c’est dramatique de voir qu’on court encore moins que le PSG qui possède un joueur qui marche 90 mn.

On peut se poser des questions sur la condition physique des joueurs, qui pour certains marchent à partir de la 60ème. On peut penser aux différents scénarios de match où Montpellier menant prématurément a arrêté de jouer pour essayer de gérer.

Mais comment ne pas envisager un manque d’envie et de caractère. Imaginez qu’Ajaccio court en moyenne 10 km de plus que nous et lors de leur venue on l’a bien remarqué même si nous nous en sommes sortis grâce à nos individualités. Si le début de championnat nous a donné un calendrier clément, c’est loin d’être le cas du mois qui arrive ( Monaco, Lens, Lyon, Rennes) alors espérons que ces deux semaines de « trêve » auront permis au coach et à son staff de remettre les pendules à l’heure.

À propos de Publisher