Laurent Croci : “Je nous vois toujours repartir en 205 GTI avec Philippe Lucas, sillonner toute la France, et arriver à Bordeaux, prendre nos marques…” | OneFootball

Icon: Girondins4Ever

Girondins4Ever

·28 mars 2023

Laurent Croci : “Je nous vois toujours repartir en 205 GTI avec Philippe Lucas, sillonner toute la France, et arriver à Bordeaux, prendre nos marques…”

Image de l'article :Laurent Croci : “Je nous vois toujours repartir en 205 GTI avec Philippe Lucas, sillonner toute la France, et arriver à Bordeaux, prendre nos marques…”
Image de l'article :Laurent Croci : “Je nous vois toujours repartir en 205 GTI avec Philippe Lucas, sillonner toute la France, et arriver à Bordeaux, prendre nos marques…”

Bordeaux Le Mag

Pour Bordeaux Le Mag, Laurent Croci, l’ancien défenseur des Girondins de Bordeaux (1992-1996), est arrivé au club en même temps que Philippe Lucas ce qui l’a évidemment aidé.

« On débarque là avec Philippe Lucas, et il y avait un effectif énorme. On était une trentaine de joueurs à la reprise. L’entraineur était Gernot Rohr. On se retrouve là, un peu dans le doute. Evidemment, j’ai pris mon téléphone pour demander à Rolland ce qui se passait, et il m’a assuré qu’il serait présent d’ici une quinzaine de jours au Touquet. Pendant ces 15 jours, il y a eu un remaniement d’effectif, ils essayaient de faire partir des joueurs qui étaient là, et c’était Gernot qui avait fait la transition […] Philippe avait déjà signé à Bordeaux depuis un petit moment, on en avait déjà parlé ensemble. C’est vrai que ça aide. Je nous vois toujours repartir en 205 GTI, sillonner toute la France, et arriver à Bordeaux, prendre nos marques… Cela a facilité notre intégration, et surtout avec Philippe on s’entendait bien déjà à Sochaux ».

Cela a évidemment facilité son intégration.

« Je me suis intégré facilement. Ça a été plus l’appréhension des supporters, du public. Même quand il y avait beaucoup de monde, il y avait 15000 personnes, alors qu’à Sochaux si on jouait devant 9-10 000, c’était exceptionnel. Il y a eu cette pression du public, mais ils ont toujours été derrière nous. Ils ont vu que ça fonctionnait bien dès le départ… Ça a été, franchement. On n’a pas trop eu d’appréhension, et notre intégration s’est super bien passée […] On ressentait l’engouement autour du club, les supporters, l’attente qu’il y avait au niveau de l’équipe du fait qu’il y avait eu cette descente administrative l’année précédente. Il y avait une attente, celle de retrouver le standing, sa place parmi les meilleurs clubs français. Il y avait une petite pression mais pas plus forte qu’à Sochaux ».

À propos de Publisher