La Biélorussie à Kazan : la drôle de décision qui envoie les Diables et le Pays de Galles au Tatarstan | OneFootball

La Biélorussie à Kazan : la drôle de décision qui envoie les Diables et le Pays de Galles au Tatarstan

Logo : Walfoot.be

Walfoot.be

La Biélorussie a été forcée de délocaliser ses rencontres à domicile suite aux sanctions de l'UEFA. Et ce n'est pas la destination la plus proche de Minsk qui a été choisie: Belarus-Pays de Galles et Belarus-Belgique se tiennent à Kazan.

La Biélorussie est en villégiature au Tatarstan cette semaine : cet après-midi, l'équipe nationale biélorusse "reçoit" le Pays de Galles à Kazan, quelques jours avant d'également y affronter la Belgique. Une décision prise par l'UEFA pour pallier l'impossibilité de jouer à Minsk, en raison de la situation diplomatique catastrophique suite au détournement d'un avion civil Ryanair par le gouvernement biélorusse. Des options plus aisées existaient et on ignore donc pourquoi c'est à ... 1500km de Minsk que se jouent ces deux rencontres qualificatives. 

En Russie, on ignore même pourquoi c'est Kazan, plutôt que Moscou ou Saint-Pétersbourg, qui a été choisie ; certes, la Sbornaya joue le 7 septembre à la Spartak Arena, et jouait mercredi dernier au Luzhniki Stadium. Mais même en imaginant que les pelouses de ces stades doivent être préservées (une explication saugrenue), la RZD Arena du Lokomotiv ou la Gazprom Arena de Saint-Pétersbourg restaient disponibles - sans même parler de ne pas jouer en Russie, ce qui aurait évité bien des soucis de visa. 

Le Pays de Galles dindon de la farce

Résultat : le Pays de Galles joue ce dimanche à Kazan, et c'est un véritable "cauchemar logistique", affirme Robert Page, le sélectionneur du Pays de Galles. Trois joueurs gallois n'ont pas reçu leur visa russe à temps (Cooper, Ampadu et Roberts), alors que l'équipe est déjà amputée de nombreux cadres pour blessures et tests positifs au Covid-19. 

Trois joueurs gallois n'ont pas obtenu leur visa russe à temps !

Face à une équipe biélorusse qui a complètement changé de visage depuis l'arrivée de Georgi Kondratiev, le nouveau sélectionneur, et n'a été battue que 1-0 par la Tchéquie, les Gallois pourraient donc avoir la tâche plus difficile que prévu. 

Dernier détail : cette rencontre, comme Belarus-Belgique, ne se déroulera pas à la Kazan Arena, stade habituel du Rubin Kazan et qui avait accueilli notamment Brésil-Belgique en 2018, mais au vieux Central Stadium, qui n'est utilisé que de temps à autre par le Rubin. Pas de vibrants souvenirs, donc, pour les Diables Rouges. Et, rappelons-le, pas de public, là aussi une décision surprenante car rien n'empêchait sur papier les Russes d'assister aux matchs. 

À propos de Publisher