Karim Benzema : « C’est un rêve de gagner encore une Ligue des champions » | OneFootball

Karim Benzema : « C’est un rêve de gagner encore une Ligue des champions »

Logo : Le Journal du Real

Le Journal du Real

Karim Benzema marche sur l’eau cette saison. Le Nueve est en mission, c’est indéniable. Avec LaLiga d’ores et déjà en poche, ce dernier aura l’occasion d’ajouter une cinquième Ligue des Champions à son palmarès, le samedi 28 mai. Lors d’un entretien exclusif de RMC Sport, le meilleur buteur de l’édition actuelle de la Ligue des Champions est revenu sur sa panenka face à Manchester City, le parcours rocambolesque du Real Madrid pour arriver en finale, et son obsession pour la gagne.

Son hygiène de vie : « Il y’a de plus en plus de joueurs, après les 30 ans, qui élèvent encore plus leur niveau. Personnellement, je prends beaucoup soin de moi, je fais attention à tout ce que je fais, je me repose un maximum, je travaille plus. C’est pour ça qu’aujourd’hui je me sens super bien, que ce soit techniquement ou mentalement. »

Son évolution : « Avant je pensais différemment, tout simplement. À 19 ans, 20 ans, pour moi il n’y avait que le foot, que le terrain. Après petit à petit, tu te mets dans la tête qu’il n’y a pas que le terrain de foot, et qu’il y’a aussi la nourriture, bien dormir, bien se reposer, le travail au gymnase, etc… Plein de choses comme ça qu’avant je ne faisais pas, parce que pour moi le foot s’arrêtait que sur le terrain. »

Son brassard de capitaine : « Ça m’a donné un peu plus de confiance, plus de responsabilités. Quand on joue au foot, il faut avoir des responsabilités. Et voilà, je me sens bien. »

Son rôle de leader : « Quand j’étais petit je le faisais, après moi j’étais plus un joueur qui parle sur le terrain, pas forcément au vestiaire. Mais là avec mon expérience, je le fais aussi bien sur le terrain qu’au vestiaire, donc je dirai que c’est uniquement ça qui a changé. »

Le record de Cristiano Ronaldo : « De toute façon, les records il y’en a et il y’en aura toujours, c’est fait pour les battre. Mais pour moi, le plus important est d’être sur le terrain et de tout faire, de tout donner pour faire gagner mon équipe. Après si je peux marquer ou faire des passes décisives c’est important, mais le plus important c’est surtout de gagner et remporter les matchs. »

Son but favori : « Ils sont tous beaux et importants. Mais il y’a peut-être le troisième but contre le PSG, ou alors le penalty contre Manchester City, il y’a aussi la tête à Chelsea, qui est joli aussi, c’est une belle action, donc peut-être celui-là. »

Ses entraînements aux penalty : « J’ai le meilleur gardien du monde avec moi, Thibaut Courtois, donc je m’entraîne souvent avec lui aux entraînement, il le faut, car les gardiens deviennent de plus en plus forts, et c’est compliqué de marquer les penalty. »

Sa panenka : « Ça faisait un moment que j’essayais, j’attendais le bon moment, un match avec beaucoup de pression, comme ça la pression s’enlève. »

Rater un penalty : « Si tu ne tires pas de penalty, tu ne peux pas en louper. J’ai posé le ballon et je savais que j’allais faire ça. Je ne pensais qu’à faire ce geste-là. »

Qualification en finale : « Une délivrance, tout le monde est content parce que jusqu’à la 90e minute on était éliminés. On arrive à revenir dans le match et derrière c’est le penalty qui nous permet d’aller en finale. »

Son parcours en LDC : « Ce sont des émotions qui vont rester gravés à vie, parce que notre parcours en Ligue des Champions n’était pas facile. On a joué le PSG, qui était l’équipe favorite pour gagner, on a joué le champion en titre Chelsea, on a joué le finaliste Manchester City. Donc ça prouve qu’on est une très bonne équipe, que personne nous estimait favori. Parce que nous ne le sommes pas, et parce qu’il n’y a plus de favoris. Mais ça montre qu’on ne lâche pas et qu’on a une force mentale dans ce groupe, et qu’avec l’aide de nos supporters, on peut retourner toutes les situations. »

Le rôle des supporters : « Le supporter est le douzième homme, le douzième joueur. Tu as besoin d’un supporter pour la confiance, pour le mental, pour faire le dernier effort, la bonne passe. Si aujourd’hui on arrive en finale, c’est aussi grâce à nos supporters, qui sont là et qui nous poussent à faire ce genre de matchs. »

Les jeunes au vestiaire : « Ce sont de jeunes joueurs par l’âge, mais qui ont déjà 70 ou 100 matchs. C’est un groupe où les plus jeunes écoutent les plus anciens, on donne des conseils, et eux disent ce qu’ils pensent. C’est comme ça que fonctionne un groupe, il n’y a pas d’écart mise à part l’âge. On vit bien tous ensemble. »

Carlo Ancelotti : « On a une très bonne relation, de toute façon c’est le cas avec tous les joueurs, c’est un des meilleurs coachs au monde. Moi j’aime beaucoup travailler avec lui, il nous donne beaucoup de confiance, il sait nous parler et nous motiver. On a une très bonne entente. »

Une légende du club : « Je verrai ça quand j’arrêterai de jouer au football, en tout cas, pour moi, tous les matchs sont importants, j’essaie à chaque fois de faire quelque chose de nouveau, d’apporter des émotions aux supporters. C’est un rêve de gagner encore une Ligue des Champions, mais il faut bien se préparer et jouer la finale pour la gagner. »

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher