Jimmy Hempte a quitté Ath pour Courtrai : "Une opportunité qui ne se refusait pas" | OneFootball

Icon: Walfoot.be

Walfoot.be

·29 septembre 2022

Jimmy Hempte a quitté Ath pour Courtrai : "Une opportunité qui ne se refusait pas"

Image de l'article :Jimmy Hempte a quitté Ath pour Courtrai : "Une opportunité qui ne se refusait pas"

L'entraîneur du CS Pays Vert Ostiches-Ath, Jimmy Hempte, a fait le grand saut de la D3 ACFF à la D1A, pour devenir adjoint d'Adnan Custovic à Courtrai. Il nous a parlé de cette nouvelle vie.

Après plusieurs expériences d'entraîneur à Tournai, avec les jeunes de Mouscron et, depuis 2019, au CS Pays Vert Ostiches-Ath en D3 ACFF, Jimmy Hempte (40 ans) a rejoint le KV Courtrai peu avant la trêve internationale, pour renforcer le staff du nouveau coach Adnan Custovic. Il raconte.

Bonjour Jimmy, comment se passent vos débuts et votre intégration à Courtrai ? C'est un changement de vie, j'imagine...

Ca se passe assez naturellement, car je connaissais déjà les autres membres du staff. Joseph Akpala et Gunter Van Handenhoven, j'ai joué avec eux lors de ma carrière, j'ai également croisé Adnan Custovic en tant que joueur...tout se fait donc assez naturellement. Bien sûr, il faut un petit temps d'adaptation à un nouveau rôle car je ne suis plus T1 mais bel et bien adjoint ici.

Image de l'article :Jimmy Hempte a quitté Ath pour Courtrai : "Une opportunité qui ne se refusait pas"

Jimmy Hempte au duel avec son nouveau collègue Joseph Akpala sous les couleurs de Courtrai

Pour le reste, j'habitais à Tournai et la distance est donc sensiblement la même que pour Ath. Et alors que c'était une situation amateure en D3 ACFF, je peux un peu plus me concentrer sur le football désormais ! C'est donc plus confortable sur ce plan. Quant au club en lui-même, Courtrai est resté à peu près le même. Certaines infrastructures ont évolué mais ça reste un club familial et je connais encore des employés de mon époque de joueur (2005-2010, nda).

Malgré ce passé de joueur à Courtrai, j'imagine que c'est flatteur d'être contacté pour faire un tel bond de divisions. Passer de la D3 ACFF à la D1A n'est pas fréquent. D'autant que vous ne venez pas dans un rôle insignifiant...

Oui, c'est flatteur et j'ai été un peu surpris. Mais dans le même temps, j'ai passé mes diplômes UEFA A dans cette optique et j'avais l'ambition d'un jour passer un palier. J'étais au Pays Vert depuis 2019, le club avait progressivement revu ses ambitions à la hausse depuis mon arrivée. L'objectif était le tour final cette saison. Puis, j'aurais probablement tenté de grimper d'un ou deux échelons, d'entraîner en D2 ACFF, ou Nationale 1. La D1A, c'est surprenant mais c'est une belle récompense de mon travail. C'est une opportunité qui ne se refusait pas.

Ayant été pro toute votre carrière ou presque, ce sera peut-être plus simple de retrouver le monde professionnel, là où le football amateur force des concessions...

Au début de ma carrière d'entraîneur, à Tournai, il avait fallu tourner le bouton, oui. J'étais arrivé avec des référents professionnels et une volonté de les adapter au club à l'époque, mais c'était difficile à réaliser...notamment parce que c'était le "bazar" à Tournai, il faut le reconnaître (sourire). Par après, ça a été un peu différent chez les jeunes de Mouscron car tout baignait dans le professionnalisme, mais à Ath aussi, il fallait bien sûr faire avec le contexte amateur. Mais la direction du CS Pays Vert est la plus organisée avec laquelle j'avais eu l'occasion de travailler et le club était bien structuré. J'avais des dirigeants à l'écoute, que je remercie.

Je ne sens pas de stress à Courtrai pour la saison

Maintenant, ce ne sera certainement pas plus facile à Courtrai car le football a évolué. Il faut faire avec de nouvelles technologies désormais, des datas, des logiciels qui prennent un temps à être maîtrisés. J'ai juste le confort de pouvoir m'y consacrer à fond. Mais les attentes sont également plus élevées...c'est le foot professionnel, quoi.

Le KV Courtrai "vivote" en milieu de classement depuis quelques années, sans grandes alertes et sans exploits non plus. Le début de saison est délicat et cette fois, il y a 3 relégués et une possibilité de "couac" ... comment est l'ambiance ?

Il n'y a pas de stress du tout. C'est vrai que les dernières saisons vraiment bonnes du club datent...de l'époque où j'étais encore joueur (rires). Nous avions décroché une 4e place sous Georges Leekens à l'époque. Depuis, Courtrai a un peu moins performé et cette saison est compliquée, mais je n'y sens aucun stress. Bien sûr, tout le monde sait qu'il y a 3 relégués cette saison et qu'il ne faut pas se laisser prendre dans une mauvaise série. Mais on sait aussi qu'il suffit de deux victoires d'affilée et tout est différent. Or, avec la qualité que je vois au sein du groupe, à l'entraînement, je ne me fais pas de souci pour la saison.

À propos de Publisher