Jacek Klimek : « À un moment donné, nous avons eu une très bonne offre pour lui d’un grand club polonais. Nous pouvions gagner plus d’un million de zlotys et Rafał devait obtenir un contrat élevé » | OneFootball

Jacek Klimek : « À un moment donné, nous avons eu une très bonne offre pour lui d’un grand club polonais. Nous pouvions gagner plus d’un million de zlotys et Rafał devait obtenir un contrat élevé »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Le média de presse polonais Nowiny Press a fait un article sur la situation de Rafal Straczek vis-à-vis de son désormais ancien club du Stal Mielec et des Girondins de Bordeaux.

On apprend que le joueur et ses agents ont révélé que le gardien de 23 ans ne prolongerait pas son contrat avec Stal Mielec, et qu’il partirait à l’étranger après l’expiration de celui-ci. Il est aussi question de l’avenir des Girondins Bordeaux qui ont été relégués en Ligue 2 et qui est aux prises avec d’énormes problèmes financiers. Des problèmes qui posent question sur l’avenir du club avant le passage devant la commission d’appel de la FFF ce Mardi 5 Juillet. Un dénouement qui pourrait être positif à en croire les déclarations de Gérard Lopez.

FOT. PIOTR KUCZA/ 400mm.pl

Mais si les Girondins de Bordeaux devaient rester en National cela poserait un souci au club polonais. Jacek Klimek, le président de Stal Mielec, a soulevé des préoccupations dans une interview avec le média Przegląd Sportowy. Il a révélé que le club polonais avait la possibilité de vendre Rafal Strączek à l’un des autres clubs du championnat, mais le joueur a insisté pour un transfert à l’étranger. En raison de cette décision, Stal Mielec ne peut même pas gagner un centime du joueur.

Autre révélation, le gardien polonais ayant fait sa formation au Stal Mielec, les Girondins devraient payer un pourcentage concernant la formation en cas de revente dans l’avenir. Le Président a donc la crainte de voir les Girondins de Bordeaux incapables de pouvoir régler ces indemnités à l’avenir en cas de gros soucis. Jacek Klimek a admis qu’il s’agissait d’un montant de plusieurs centaines de milliers d’euros.

« Nous étions déjà satisfaits de ce montant, mais la situation s’est compliquée. Au moment où Rafał a signé le contrat, Bordeaux était en Ligue 1 française. Mais l’équivalent est calculé au 1er juillet, et comme vous le savez, sa nouvelle équipe est tombée plus bas en championnat. Et à ce stade, nous parlons déjà d’une fraction du montant que nous espérions. Et ça peut être encore moins, car Bordeaux est même menacé de relégation en troisième division et on ne peut alors compter que sur un paiement symbolique. »

Et il a ajouté :

« Il se peut aussi que Bordeaux fasse faillite et alors on ne verra même pas un euro. En effet, nous sommes malchanceux, mais pas seulement nous. Rafal aussi. À un moment donné, nous avons eu une très bonne offre pour lui d’un grand club polonais. Nous pouvions gagner plus d’un million de zlotys et Rafał devait obtenir un contrat élevé. Malheureusement, le gardien et l’agent ont stoppé cette opération. Aujourd’hui, le joueur jouerait dans un club polonais de haut niveau et serait sur un bon niveau sportif et financier. Au lieu de cela, il pourrait se retrouver en troisième division française dans un instant. »

Nous devrions en savoir plus sur l’avenir des Girondins Mardi prochain en fin de journée.

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher