[J2] Ajaccio – RC Lens : les tops et flops | OneFootball

[J2] Ajaccio – RC Lens : les tops et flops

Logo : Le 11 HDF

Le 11 HDF

Dominateur mais pas assez tranchant, le RC Lens n’a pas su faire sauter le verrou corse à Ajaccio (0-0). La faute à des leaders techniques en retrait et un manque de réalisme offensif.  Découvrez nos tops et flops de cette rencontre de la deuxième journée de Ligue 1.

Les tops

La faculté de ne pas perdre

Quand on ne peut gagner un match, qui plus est à l’extérieur, il faut s’atteler à ne pas le perdre. Tel était l’état d’esprit des Lensois après le match nul contre Ajaccio (0-0), dimanche après-midi. Sur une pelouse, malade victime d’un champignon et par conséquent extrêmement abimée et sèche par endroits, le RC Lens fut quelque peu dérangé pour déployé son jeu et mettre de la vitesse dans chacune de ses offensives. Ajoutez-y une chaleur étouffante et une équipe réputée pour sa solidité défensive et vous obtenez une équation finalement insoluble pour la troupe de Franck Haise. Maintenant, les Artésiens ont aussi eu le mérité de ne pas perdre ce match, même si Brice Samba a dû sortir un arrêt de grande classe face à Mounaïm El Idrissy. Dans un passé récent, Lens était tombé dans le piège, à Lorient par exemple en février dernier, en s’inclinant face à une équipe ultra-défensive (2-0). Cette fois-ci, l’essentiel est sauf avec le point du nul.

L’entrée en jeu de Jimmy Cabot

Un petit quart d’heure aussi suffi à Jimmy Cabot pour marquer des points à Ajaccio. Outre ce rush au coeur de la défense corse (88′), ponctué d’un pointu contré par un adversaire, il y a aussi eu des prises de balle tranchantes, une capacité à vierticaliser le jeu et apporter du dynamisme dans son couloir. Utilisé avec parcimonie durant la préparation estivale, dans le cadre d’un processus de réathlétisation individuelle, l’ancien Angevin monte en puissance au fil de l’été. Et alors que Deiver Machado peine à saisir sa chance dans le couloir gauche, l’ailier reconverti piston depuis l’an dernier pourrait bien avoir son mot à dire très rapidement. Dans un tel cas de figure, Przemyslaw Frankowski pourrait retrouver le côté gauche et laisser le couloir droit à la mobylette flanquée du numéro 19.

Les flops

Deux leaders techniques en retrait

Certes, le terrain n’était pas facile et les conditions atmosphériques loin d’être optimales. Néanmoins, on était en droit d’attendre mieux des deux dépositaires du jeu lensois : Seko Fofana et David Pereira Da Costa. Dans un registre différent, la percussion pour le premier et la palette de passes pour le second, les deux milieux de terrain devaient être des atouts pour faire basculer la rencontre du bon côté. Ciblé par le pressing corse, le capitaine artésien n’a jamais réussi à se sortir de cette nasse et ainsi à créer le surnombre dans la moitié de terrain adverse. Quant au Portugais, il demeure sur courant alternatif sur ce début de saison. S’il y a bien quelques enchaînements techniques intéressants, son déchet technique demeure trop important dans l’ensemble. Surtout, il y a eu cette grosse occasion à l’issue du premier quart d’heure de jeu qui aurait pu (du?) décanter la rencontre.

Michel Luccioni/Icon Sport)

Le manque de réalisme offensif

Florian Sotoca par deux fois et de manière acrobatique, Przemyslaw Frankowski en début de seconde période, David Pereira dans le premier quart d’heure et surtout Loïs Openda à la 67e minute de jeu, le RC Lens a eu les occasions pour repartir de Corse avec les trois points. Et si Benjamin Leroy a confirmé qu’il était un excellent gardien, les Lensois ont aussi manqué d’efficacité dans le dernier geste. Encore intéressant dans ses appels, Loïs Openda doit désormais trouver le chemin des filets pour lancer sa carrière en Sang et Or. Entrés en cours de jeu, Ignatius Ganago et Wesley Saïd n’ont pas vraiment eu l’opportunité de se mettre en évidence. Quant aux défenseurs, ils ont aussi les qualités pour débloquer ce genre de partie sur un coup de pied arrêté offensif. Triple buteur contre Brest, Florian Sotoca ne marquera pas à chaque match et ne pourra pas rester seul le seul Artésien au classement des buteurs.

Romain PECHON

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher