Incidents à Montpellier : le préfet de l'Hérault veut frapper fort et interdire le déplacement des supporters visiteurs

Logo : Foot National

Foot National

Le préfet de l'Hérault Hugues Moutouh a réagi avec fermeté aux incidents qui ont émaillé en large de Montpellier-Bordeaux hier soir.

Il n'y a pas qu'à Angers que des incidents ont émaillé ce mercredi soir. En marge de la rencontre entre Montpellier et Bordeaux au stade de la Mosson, programmée à 19h, le car des supporters bordelais a été caillassé à la sortie de l'autoroute au niveau de Saint-Jean-de-Védas. Plusieurs personnes ont ainsi été blessées par des débris de verre et ont été prises en charge par les pompiers. Un épisode auquel a vivement réagi le préfet de l'Hérault Hugues Moutouh ce jeudi matin, au micro de BFM TV. Avec une mise au point. "Je remarque que les prétendues victimes sont descendues du bus cagoulées, avec des barres de fer et en utilisant également des fumigènes. Donc je crois que les responsabilités sont largement partagées", estime le préfet, avant d'ajouter : "Je tiens à dire que ces gens sont la honte, la honte du football, la honte du sport".

Hugues Moutouh, qui indique qu'une enquête est en cours, rappelle que les incidents ont fait seize blessés dont six hospitalisés. "Je mets tout le monde dans le même sac, prévient-il, à la fois les ultras des Girondins de Bordeaux et les ultras montpelliérains qui se sont livrés à des actes de bagarre dans les rues de Montpellier." Et s'il n'y pas encore eu d'interpellations pour le moment, le préfet compte frapper fort. "Je prendrai des interdictions administratives individuelles et d’autre part, j’interdirai le déplacement et l’accueil des tous les clubs de supporters qui se conduisent de cette façon inadmissible, annonce-t-il. Ces gens-là sont la lèpre du football. Maintenant, il faut mettre un terme. Le football, c’est la joie, on y va en famille. On n’est pas là pour assister à des fights entre supporters violents (…) Si le retour du public dans les stades veut dire le retour des hooligans, il faut prendre des mesures. Il faut se montrer extrêmement ferme et interdire de stade les personnes qui commettent ce genre de violences." Sa réaction complète au micro de BFM TV, ci-dessous.

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

Mentionné dans cet article
À propos de Publisher