Fransérgio : « C’était un samedi à 21 heures, il pleuvait des cordes et les supporters sont venus en nombre en voiture depuis Bordeaux. Ca c’est de la ferveur » | OneFootball

Fransérgio : « C’était un samedi à 21 heures, il pleuvait des cordes et les supporters sont venus en nombre en voiture depuis Bordeaux. Ca c’est de la ferveur »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Dans l’émission CANAL DO CHORÃO, Fransérgio est revenu sur les différences entre le championnat portugais qu’il disputa pendant cinq saisons avec Braga, et la Ligue 1 qu’il disputa (enfin, c’est un bien grand mot) avec les Girondins de Bordeaux lors de l’exercice précédent. Alors que l’on pensait qu’il serait très lucide en répondant « la vitesse », non, finalement, il parla de la ferveur des supporters.

« Ce qui m’a choqué, c’est la ferveur en France qui se retrouve au travers de l’affluence au stade. Un mercredi à 21 heures par exemple, tu vois 32 000 personnes au stade. Au Portugal, pour voir 30 000 personnes au stade, c’est forcément parce que tu joues contre Porto, Benfica ou le Sporting Lisbonne. Même Braga, qui est une grande équipe, n’arrive pas à attirer autant de supporters. A Braga, on va en accueillir 10 000 personnes peut-être, mais seulement si on joue un Samedi en milieu d’après-midi et contre une grande équipe. En France, peu importe le jour, peu importe l’horaire, c’est la folie. Je me souviens du match qu’on gagne à Saint Etienne, c’était un samedi à 21 heures, il pleuvait des cordes et les supporters sont venus en nombre en voiture depuis Bordeaux. Ca c’est de la ferveur ».

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher