François Ponthieu (ex Président DNCG) : « Si en situation nette, au 30 Juin vous avez des moins, il va falloir absolument les combler sinon le club ne sera pas autorisé à repartir la saison prochaine » | OneFootball

François Ponthieu (ex Président DNCG) : « Si en situation nette, au 30 Juin vous avez des moins, il va falloir absolument les combler sinon le club ne sera pas autorisé à repartir la saison prochaine »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, François Ponthieu, ancien patron de la DNCG, a expliqué ce qui allait attendre les Girondins de Bordeaux lors de son audition devant la DNCG, le 15 Juin prochain.

« J’ai dirigé la DNCG pendant pas mal d’années et j’ai arrêté en 2010 donc ça fait un petit moment. Normalement ce qu’on demande aux clubs qui passent devant la commission c’est d’avoir une situation nette positive en fin de saison. Il ne s’agit pas d’inventer des chiffres, il y a un bilan, il y a un compte de résultats et en fonction de ces éléments chiffrés, le club passe ou pas les critères qui sont établis pas la commission. En clair, il faut avoir une situation nette positive donc s’il y a un trou il va falloir le combler. »

Cela veut dire qu’aujourd’hui, quand on dit que les Girondins de Bordeaux ont 40M€ de dettes, il faut que cette somme soit sur un compte pour dire qu’on commence la saison à 0 ?

« Pas forcément parce que des dettes ça ne se traduit pas forcément en situation nette négative. Encore une fois, on additionne les plus et les moins. Si en situation nette, au 30 Juin vous avez des moins, il va falloir absolument les combler sinon le club ne sera pas autorisé à repartir la saison prochaine. S’il y a un déficit il faut absolument le combler. »

A environ un mois du passage de Bordeaux devant la DNCG, est-ce qu’un déficit comme celui des Girondins est inquiétant ?

« Pour Bordeaux, ça dépend du cas de figure, ça dépend des investisseurs, ça dépend du club, ça dépend de beaucoup de choses parce que vous savez que dans une situation économique, c’est comme dans une entreprise. Il y a beaucoup de choses qui se disent, surtout dans le football, qui s’écrivent, qui s’entendent, mais il y a aussi beaucoup de choses qu’on ne connait pas. On ne sait pas du tout quelle est la situation financière du club aujourd’hui, moi je ne la connais pas en tout cas. Peut-être qu’il y a des réserves, peut-être qu’il y a de l’argent qui va arriver, peut-être qu’il y a des promesses qui ont été faites, peut-être qu’il y a des garanties qui ont été données. Il n’y a pas de raisons de s’inquiéter, il ne faut pas non plus tout dramatiser. »

Faut-il s’attendre à beaucoup de pressions médiatiques entre les différents actionnaires, dans les semaines qui viennent ?

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher