Franck Haise (RC Lens) : « Il faut prendre le bon côté des choses » | OneFootball

Franck Haise (RC Lens) : « Il faut prendre le bon côté des choses »

Logo : Le 11 HDF

Le 11 HDF

Deuxième du championnat, le RC Lens réalise un début de championnat au-delà de ses attentes. Franck Haise estime néanmoins que la trêve que viennent de vivre les joueurs lensois a permis de faire du bien à certains. Entretien.

Auriez-vous aimé qu’il n’y ait pas cette trêve au vu de la forme que vous affichiez ?

De toute façon, la trêve est là. Ce sont des choses qui sont indépendantes de nous. Il faut prendre le bon côté des choses. Elle a permis à certains de couper un peu, à d’autres de retrouver leur sélection, et encore à d’autres d’accumuler du temps de jeu en équipe réserve, même si ça a été compliqué. Il y a eu beaucoup de choses positives pendant cette trêve. Évidemment que l »on préfère qu’il y ait une continuité quand ça marche bien. Il faut utiliser ces trêves pour que ce soit des bons moments pour tout le monde.

Vous vous déplacez à Montpellier qui a perdu quelques joueurs cadres cette saison…

Il y a des bases dans l’animation offensive, même s’ils ont perdu des joueurs importants. Ils ont aussi recruté des joueurs très intéressants. C’est une équipe qui continue à marquer, à se créer des occasions. Ils produisent du jeu avec des orientations un peu différentes de l’année dernière. C’est une équipe qui est très dangereuse, notamment à domicile. Elle n’a perdu que deux de ses douze derniers matches à domicile, si je ne dis pas de bêtises. Elle marque beaucoup de buts, mais en encaisse un peu trop, comme nous.

Vous voyagez bien cette saison, comment jugez-vous les intentions de jeu de vos adversaires en fonction que ce soit à domicile ou à l’extérieur ?

Je ne suis pas sûr que ce soit juste une question de domicile ou d’extérieur. Ça dépend des volontés des équipes et entraîneurs adverses. On a connu l’année dernière des équipes qui venaient à domicile avec des blocs très denses et regroupés. On l’a retrouvé cette année contre Strasbourg et Reims. C’est à nous de nous adapter pour essayer de résoudre les problèmes et d’être suffisamment bons, que ce soit en attaques placées, sur les équilibres ou les transitions pour chercher à gagner les matches.

Ce système à trois défenseurs est-il une mode ou une norme de l’évolution du football ?

C’est vrai qu’il y a au moins une dizaine d’équipe qui utilise, complétement ou partiellement, ce système. On était beaucoup moins nombreux la saison dernière, ou alors c’était parfois temporaire chez certaines équipes. Après, une mode, je ne sais pas. Ce n’est pas un système qui existe depuis trois ans. Ça existe depuis presque toujours. Après, peut-être que l’évolution du nombre d’équipes qui explorent et qui trouvent dans ce système et dans les animations de ce système, qui peut être multiple, ça veut dire qu’il y a des bonnes choses comme un système à quatre. Il y a aussi un lien avec son effectif et comment il a été construit. Nous, il est clairement construit pour jouer dans ce système-là.

Mentionné dans cet article
À propos de Publisher