Florent Gautreau : « La DNCG sanctionne, pas seulement les Girondins, mais Gérard Lopez et sa façon de fonctionner » | OneFootball

Florent Gautreau : « La DNCG sanctionne, pas seulement les Girondins, mais Gérard Lopez et sa façon de fonctionner »

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

(Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport) – Photo by Icon sport

Sur RMCFlorent Gautreau, s’est exprimé sur la situation actuelle des Girondins de Bordeaux.

« La descente aux enfers est énorme parce que ce qui transpirait ces derniers jours, c’était l’inverse. On estimait que tous les bouts de ficelle qu’avait mis bout à bout par Gérard Lopez, à savoir des fonds propres, des renonciations des créanciers, une nouvelle ligne de crédit… En gros, on estimait que les 22 millions d’euros manquants étaient réunis. Gérard Lopez est allé en confiance devant la DNCG, mais je pense qu’il y a dans ces chiffres-là une façon de fonctionner qui est qu’il n’y a pas de virement sur le compte. Il y a des promesses… La DNCG sanctionne, pas seulement les Girondins, mais Gérard Lopez et sa façon de fonctionner, qu’on a cru à un moment donné efficace, qui ne l’a pas été derrière… Un historique aussi dans d’autres sports. Bref, l’ensemble de son œuvre. Sachant que les créanciers à qui l’on doit de l’argent, étaient prêts à aider pour passer l’obstacle DNCG… ».

Le journaliste revint également sur les preuves de fonds ou accords financiers apportés par le FCGB.

« Le club avait prévu de présenter une ordonnance du tribunal de commerce de Bordeaux, qui garantirait le risque zéro ; pas de cessation de paiement. Sauf que ça, c’est le genre de document qui ne vaut pas grand-chose puisque ce ne sont pas des espèces sonnantes et trébuchantes sur un compte, et ce que veut voir la DNGC. Et par rapport à l’appel qui est envisagé, c’est un appel devant la justice civile quelque part puisqu’on parle de tribunal administratif. Or, tu peux saisir le tribunal administratif si tu estimes qu’il y a un doute sur la légalité de la décision de la DNCG. La DNGC, côté Ligue et Fédé, se prononce deux fois, un peu pour les mêmes raisons, dans la même direction… Le doute, cela remettrait peut-être même en cause d’autres décisions pour d’autres clubs si tu allais par là. En gros, cela signifie qu’il y a peu de chance que cette issue aboutisse. S’ils choisissent celle-là, c’est que celle du CNOSF a encore moins de chance d’aboutir qui, rarement, permet au club de se sauver ».

Pour Florent Gautreau, ce sera même difficile pour le football de rebondir, même à Bordeaux, à partir de la National 3.

« Evidemment, une ville et les supporters sont très touchés et fortement marqués par cette décision. Mais à Bordeaux, tu n’es pas dans une ville qui n’a que le foot. Malheureusement, ça ne va pas changer la vie des bordelais comme ça pourrait être le cas dans d’autres villes, comme Marseille… C’est d’autant plus terrible pour la reprise, les projets, etc… Ça n’a pas été si évident que ça d’ailleurs au niveau des investisseurs, alors qu’on disait que le vignoble, etc… Malheureusement, tu es dans une ville de football parce qu’il y a une histoire avec les Girondins, mais c’est une ville où il y a aussi beaucoup d’autres choses. En gros, la ville ne va pas s’arrêter de marcher, et c’est aussi intéressant pour la suite de l’histoire, qui ne sera pas facile à reconstruire ».

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher