Europa League - Dudelange, fer de lance d'un football Luxembourgeois en plein essor | OneFootball

Europa League - Dudelange, fer de lance d'un football Luxembourgeois en plein essor

Logo : Stats Perform

Stats Perform

Pour comprendre ce moment historique, il suffit de voir à quelle vitesse les billets ont trouvé preneur du côté du stade national Josy Barthel. En l'espace de 24 heures, suite au tirage au sort de la phase de groupes de l'Europa League, les trois matches à domicile du F91 Dudelange ont affiché complets. Il faut dire que les réceptions du Betis Séville, de l'Olympiakos et surtout de l'AC Milan, ce jeudi soir, ont de quoi bouleverser les habitudes des supporters des champions en titre du Luxembourg. Face aux Rossoneri ces dernières heures, certains billets se revendaient plus de 200 euros au marché noir. C'est une première pour les 303e du classement UEFA avec cette accession aux poules. Une forme de reconnaissance et d'accomplissement aussi pour le football dans le petit état d'un peu plus de 600 000 habitants.

Après avoir échoués en tour préliminaire de la Ligue des champions contre Videoton, les joueurs de Dino Toppmöller sont parvenus à éliminer Drita, le Legia Varsovie et le CFR Cluj pour se qualifier en phase de groupes. Une sacrée performance pour un effectif composé de quelques internationaux luxembourgeois mais également de l'expérimenté Milan Bisevac, passé par le PSG, Lyon ou encore Metz. D'autres anciens joueurs qui ont évolué en France sont présents comme Jerry Prempeh (Troyes), Landry Bonnefoi (Strasbourg, Dijon), Aniss El Hriti (Tours) ou encore Jordann Yéyé (Reims). Une bande de copains mais également de compétiteurs qui règne depuis plusieurs saisons sur le plan national. Créé en 1991, Dudelange a remporté son 14e titre la saison dernière.

Avec son budget de 2,5 millions d'euros, la formation du Grand-Duché fera office d'anomalie dans ce groupe relevé où les Rossoneri du haut de leurs sept titres en Ligue des champions ressemblent à l'Everest. "C'est bien pour nous, confiait l'entraîneur du F91 à l'AFP bien pour tout le pays et on est bien sûr très contents de ce tirage au sort, c'est un peu la cerise sur le gâteau." Pour ces six rencontres à venir, pas d'objectif précis : seulement l'envie de faire plaisir aux supporters et s'offrir de beaux déplacements à San Siro notamment. Dino Toppmöller n'hésite pas cependant à indiquer que la participation à l'Europa League doit devenir régulière avec "trois ou quatre qualifications pour les dix prochaines années". Petit poucet certes mais ambitieux avant tout.

Pourtant les adversaires de Dudelange ne les prennent absolument pas de haut. Gennaro Gattuso, entraîneur de l'AC Milan, a ainsi refusé le traditionnel entraînement de la veille de match sur le terrain du stade Josy Barthel, par crainte de se faire... espionner ! Il faut dire qu'avec plusieurs immeubles autours de l'enceinte rénovée en 1990, il y a de la place pour observer les Milanais. "Sur le papier, on est peut-être plus forts, mais on n’est pas en vacances. Un club comme nous a tout à perdre ici", craignait ouvertement l'ancien milieu défensif.

Dans le Top 100 du classement FIFA après 22 années d'attente

Si Dudelange se porte bien, sur le plan international l'équipe luxembourgeoise suit également cette tendance. Un an après le match nul 0-0 historique accroché à Toulouse contre l'Équipe de France, les Lions Rouges ont poursuivi cette lancée avec des résultats probants. À part deux raclées subis face à la Suède (8-0) et l'Autriche (0-4), le Luxembourg est resté invaincu en sept rencontres avec notamment une victoire de prestige contre la Hongrie et un match nul décroché contre le Sénégal, nation qualifiée pour la Coupe du Monde en Russie. En 2017, le Grand-Duché a ainsi retrouvé le Top 100 du classement FIFA après 22 années d'absence. La sélection était même retombée dans l'anonymat le plus total, au 186e rang, en 2006. Souvent catalogué d'équipe la plus faible du Vieux Continent avec Saint-Marin et le Liechtenstein pendant plusieurs décennies, le Luxembourg a bien relevé la tête.

Présent dans la Ligue D de la Ligue des Nations, l'équipe dirigée par Luc Holtz a enregistré deux victoires pour ses débuts en disposant de la Moldavie et de Saint-Marin. Un duel à venir avec la Biélorussie permettra d'en savoir un peu plus sur le niveau concret de cette sélection qui n'en finit plus de grandir avec des jeunes prometteurs comme Vincent Thill et Christopher Martins Pereira, qui appartient respectivement à Metz et Lyon. L'avenir est donc déjà présent pour assurer la pérennité du football luxembourgeois.