Daniel Visentini : “Le système préférentiel est un 3-4-3 avec un élément libre derrière deux attaquants, et deux latéraux qui apportent beaucoup”

Logo : Girondins4Ever

Girondins4Ever

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/crop/face?h=810&image=https%3A%2F%2Fgirondins4ever.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2021%2F07%2FIcon_Seskim_ma_Turkey_v_Switzerland_200621-197.jpg&q=25&w=1080

Daniel Visentini, journaliste à la Tribune de Genève, a été questionné sur le schéma préférentiel de Vladimir Petkovic, annoncé aux Girondins de Bordeaux pour le poste d’entraineur.

« Le système préférentiel ? Il y en a un qui se dégage un petit peu, mais il est assez pragmatique pour ne pas être figé sur un seul système. Si on devant en définir un, ce serait une défense à trois, mais pas avec des joueurs alibis sur les côtés, qui feraient en sorte que la défense à trois deviendrait facilement une défense à cinq. Ca ne l’intéresse pas. S’il met ça en place, c’est avec des joueurs de couloir, qui apportent beaucoup devant. En fait, son système préférentiel c’est celui que pratique la Suisse aujourd’hui, une espèce de 3-4-3 avec un élément libre comme Shaqiri derrière deux attaquants. Déjà quand il était entraineur aux Young Boys, c’est ce qu’il avait mis en place. Mais encore une fois, il n’est pas figé dans ce genre de système. S’il doit passer à quatre, il repasse à quatre en défense. Mais il est extrêmement méticuleux dans la mise en place de ses équipes. Il a une idée de jeu très importante, c’est d’ailleurs pour ça qu’il a persuadé tous ses joueurs de jouer au football, avec une envie de possession. Il s’est appuyé sur des leaders, et il va forcément en vouloir à Bordeaux, notamment dans l’entrejeu. Mais il s’adaptera toujours aux circonstances, sans renier ses principes. C’est ce qui est intéressant. Il essaye aussi de penser avec un coup d’avance. Alors, on a le droit de se poser des questions, il va y avoir du travail. Est-ce que ce n’est pas compliqué de retrouver au quotidien le terrain avec Bordeaux, surtout avec tous le projet de reconstruction, pas de latéraux, des leaders à trouver au milieu. Il y a beaucoup de points d’interrogation. Mais il avait envie de ce défi-là »

Mentionné dans cet article
À propos de Publisher