D1 Arkema : l'énorme somme proposée pour truquer le résultat d'un match ! | OneFootball

D1 Arkema : l'énorme somme proposée pour truquer le résultat d'un match !

Logo : Foot National

Foot National

Alors que le football féminin est dans la tourmente avec l'affaire Hamraoui, on apprend également qu'une énorme somme aurait été proposé pour truquer le résultat d'un match.

Décidément, le football français féminin se retrouve dans la tourmente ces dernières heures ! Alors que l'affaire Aminata Diallo - Kheira Hamraoui secoue le Paris Saint-Germain, L'Equipe informe que de mystérieux corrupteurs auraient approché des joueuses de D1 Arkema afin de truquer le résultat d'un match en proposant une énorme somme, à savoir 100 000 euros en bitcoin. Des sportifs d'autres pays auraient aussi été approchés, alors que cette affaire pourrait rapidement prendre de l'ampleur. Cette affaire a débuté avec des messages Instagram à destination de joueuses pour truquer le résultat d'un match et l'UEFA, Europol (agence européenne de police, spécialisée dans la répression de la criminalité organisé), mais aussi les instances et autorités des pays concernés. La FFF, en France, a d'ailleurs porté plainte contre X dans cette folle affaire d'argent...

La FFF porte plainte

Cette plainte a été déposée en septembre, alors que la Fédération avait été avertie par plusieurs clubs qui, eux, avaient été mis au courant par leurs joueuses contactées. Autant dire que les approches n'ont semblent-t-ils pas fonctionné, alors que ces mystérieux corrupteurs pourraient avoir fait cette proposition dans le but de pirater les coordonnées bancaires des joueuses et joueurs contactés. Mais en France, on se félicite du côté de la FFF de l'intégrité des joueuses qui ont fait remonter l'information, permettant ainsi de ne pas nuire au déroulé du championnat.

À Montpellier, le président Laurent Nicollin s'est exprimé au sujet de cette affaire, alors que trois joueuses du club ont été contactées. "Une joueuse de l'équipe a reçu un message via son réseau privé Instagram et elle a alerté directement le club. De son côté, le club a fait part de cette tentative d'hameçonnage à la Fédération. On a alerté l'ensemble de notre effectif et il s'avère que deux autres joueuses de l'équipe avaient reçu le même type de messages, mais qu'elles ne l'avaient pas vu. Les enquêteurs sont venus entendre les trois joueuses la semaine dernière", témoigne Nicollin, alors que des joueurs en Allemagne et en Belgique ont aussi été contactés. L'enquête est en cours et il faudra attendre d'en savoir plus à ce sujet, mais c'est encore une folle affaire qui aurait pu amener d'immenses soucis pour le football français féminin.

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

À propos de Publisher