Copa América 2021 : Coup d’œil sur l’Argentine

Logo : Derniers Défenseurs

Derniers Défenseurs

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/crop/face?h=810&image=http%3A%2F%2Fwww.derniersdefenseurs.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2021%2F06%2F1002990768-scaled.jpg&q=25&w=1080

Enfin ! Après l’annulation du tournoi l’été dernier pour cause de pandémie mondiale, le compte à rebours vers la Copa América 2021 est officiellement lancé. Organisée initialement en Argentine et en Colombie, la compétition a été délocalisée au Brésil pour des raisons liées à la santé publique et à la sécurité. En attendant le coup d’envoi de la plus prestigieuse des compétitions sud-américaines, Derniers Défenseurs vous propose de faire un petit tour d’horizon des dix équipes en lice pour cette édition 2021. Forces et faiblesses, avis, pronostic, homme à suivre, c’est par ici que ça se passe. Et aujourd’hui nous ouvrons le bal avec l’ancien pays hôte : l’Argentine.

Retour en 2019

Lors de l’édition précédente, l’Albiceleste avait terminé deuxième d’un groupe composé de la Colombie, du Paraguay et du Qatar. Avec 4 petits points et une différence de buts de zéro, la sélection avait déçu lors de la phase de groupe. En quarts, l’Albiceleste fait tomber le Venezuela, pourtant invaincu depuis le début de la compétition. Mais en demi-finale, le Brésil sera trop fort pour l’Argentine, qui se consolera tout de même en battant l’ennemi chilien dans le match pour troisième place. Une troisième place au goût amer acquise après un match rocambolesque avec entre autre, la fameuse altercation entre Medel et Messi.

La situation

Pas si facile donc, de résumer les derniers mois de la sélection Argentine. Bourrée d’incertitudes, l’Albiceleste navigue à vue depuis le dernier Mondial. En trois ans, Scaloni n’a toujours pas trouvé la bonne formule pour faire fonctionner un collectif qui tourne au ralenti et qui s’en remet souvent à ses (brillantes) individualités. La situation sanitaire n’aura pas arrangé les affaires du sélectionneur, qui a vu certains matchs de qualification être annulés, l’empêchant (comme tous les autres) d’effectuer les derniers réglages nécessaires avant d’aborder cette Copa América.

Pourtant une lumière émerge dans la brume qui entoure la sélection Argentine. Lors du dernier rassemblement en vue des qualifications pour la Coupe du Monde, il y a quelques jours, on a pu voir une Argentine transfigurée. Collectivement d’abord, l’Argentine a su retrouver des principes fondamentaux. Malheureusement, elle n’a joué que par intermittence, ce qui lui a coûté quatre points dans la course au prochain Mondial. Mais mieux encore, elle a su se trouver des leaders inattendus à des postes-clés. Emiliano Martinez, Cristian Romero, le trio Lo Celso-Paredes-De Paul au milieu, tout ce beau petit monde a brillé de mille feux lors de ce rassemblement. Suffisant pour espérer un retour définitif de l’Argentine sur la scène continentale ? Rien n’est moins sûr.

L’équipe-type

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/resize?fit=max&h=1466&image=http%3A%2F%2Fwww.derniersdefenseurs.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2021%2F06%2Flineup.png&q=25&w=1080

Sur le papier, l’équipe d’Argentine paraît être l’une des plus redoutables de la compétition. Mais collectivement, ce qu’elle a gagné en individualités, elle l’a peut-être un peu perdu dans le jeu et la cohésion. Si pour le poste de gardien, rien ne devrait bouger malgré le retour de Franco Armani, il faudra tout de même que l’alchimie se fasse rapidement entre Otamendi et Romero. Sur les côtés, fini la période des centraux placés ici et là par manque de monde. Tagliafico et Montiel sont des latéraux purs, capables de répéter les efforts, de dédoubler et d’apporter un vrai soutien offensif sans négliger le travail défensif.

Au milieu, même son de cloche ou presque. Les matchs contre le Chili et la Colombie ont servi de répétition générale pour le trident Lo Celso-Paredes-De Paul. Un milieu plutôt équilibré qui allie les capacités de percussions du joueur de l’Udinese, le profil plus récupérateur dit cinco du Parisien et la qualité de passes du Londonien. Les trois joueurs sont capables d’avaler des kilomètres et d’avoir du poids offensivement, tout en apportant des solutions et de la variété dans les premières relances.

Devant, c’est un trio classique qui se présente. La présence de Lautaro sera peut-être en balance avec celle du Kun Agüero mais pour le moment, c’est le joueur de l’Inter qui semble tenir la corde aux yeux de Scaloni. Pareil pour le cas Ángel Di María, qui sera en concurrence avec Nicolás González de Stuttgart. Si le premier a pour lui sa longévité avec l’Albiceleste et des qualités techniques au-dessus de la moyenne, le second lui, est plus un ailier de rupture, capable de travailler un défenseur avec ses dribbles et sa capacité à prendre sans cesse les espaces.

Le joueur à suivre

À bientôt 34 ans, Lionel Messi sera évidemment le joueur à suivre du côté de la sélection argentine. Toujours impeccable ou presque, la carrière de Messi avec l’Albiceleste laisse tout de même un arrière-goût d’inachevé. Malgré une médaille d’or aux J.O de 2008, le génial argentin reste sur trois défaites en finale de Copa América (2007, 2015 et 2016). Dans une Argentine qui se cherche encore, il sera le point d’ancrage de ses coéquipiers et forcément, l’arme offensive numéro une. Agissant plus comme un électron libre sur le terrain, la Pulga risque d’être bien servie en ballon avec la qualité de passe et de cassage de ligne que possèdent Giovanni Lo Celso et Rodrigo de Paul. Sa qualité d’élimination est toujours aussi redoutable tout comme son talent sur coups de pieds arrêtés. Sa vision de jeu fera sans aucun doute le bonheur de ses comparses sur la pointe de l’attaque. Plus proche de la fin que du début avec la sélection, cette compétition pourrait être l’une des dernières de Léo Messi avec le maillot ciel et blanc. L’occasion de conjurer le mauvais sort en allant chercher sa première Copa sur le sol brésilien ?

Le pronostic

Alors, que faut-il attendre de l’Argentine pour la Copa América édition 2021 ? C’est une très bonne question. Pendant trois ans, l’Argentine n’aura pas montré de réelle progression dans son approche tactique et s’en est très souvent remise à la qualité intrinsèque de ses joueurs. Mais depuis quelques matchs, la tendance s’est (un peu) inversée. L’Albiceleste a eu deux visages. Celle d’une équipe conquérante, capable d’élever son niveau de jeu, de mettre de l’intensité et surtout d’évoluer en équipe. Mais elle a aussi montré le visage d’une équipe refusant le jeu, qui se retranche dans ses trente-cinq derniers mètres, en se contentant du strict minimum. Si l’Argentine est aujourd’hui en reconstruction, il ne serait pas étonnant de la voir dans le dernier carré de la Copa América. Le contraire serait d’ailleurs un échec cuisant et prouverait une fois de plus que l’Argentine n’arrive plus à sortir de l’impasse dans laquelle elle est bloquée depuis bientôt trois ans.

Le groupe et le calendrier de l’Albiceleste

Groupe B : Argentine, Bolivie, Chili, Paraguay, Uruguay.

Matchs : Attention l’heure indiquée est l’heure locale, il faut rajouter cinq heures pour la France.

  1. Journée 1 : Argentine vs Chili le lundi 14 juin à 18h.
  2. Journée 2 : Argentine vs Uruguay le vendredi 18 juin à 21h.
  3. Journée 3 : Argentine vs Paraguay le lundi 21 juin à 21h
  4. Journée 4 : Bolivie vs Argentine le lundi 28 juin à 21h.
À propos de Publisher