Clermont - Stade rennais / Genesio : « Ce n’est pas le hasard, ce n’est pas un accident » | OneFootball

Clermont - Stade rennais / Genesio : « Ce n’est pas le hasard, ce n’est pas un accident »

Logo : Stade Rennais Online

Stade Rennais Online

Après la rencontre, Bruno Genesio est passé devant la presse pour réagir à la défaite du Stade rennais à Clermont. Analyse : avec une première mi-temps plutôt cohérente seulement (...)

Après la rencontre, Bruno Genesio est passé devant la presse pour réagir à la défaite du Stade rennais à Clermont.

Analyse : avec une première mi-temps plutôt cohérente seulement ponctuée par un but lorsqu’on a des occasions pour mettre le deuxième, et certainement tuer le match. Un début de seconde mi-temps où on se crée 4 occasions très très nettes et à nouveau on ne concrétise pas. Je pense que Clermont n’était pas très bien à ce moment là, et on les a relancé. Quelques gestes de suffisance derrière et un manque d’agressivité pour les remettre dans le match et les relancer complètement à tel point qu’ils sont allés chercher les 3 points avec leur mentalité et leur âme, ce dont a beaucoup manqué en deuxième mi-temps.

Match donné à Clermont : Donné non car ils jouaient avec leurs armes aussi mais j’ai surtout l’impression que c’est un remake de plusieurs matchs qui se ressemblent, dans les bonnes choses mais aussi dans les mauvaises choses. Ce n’est pas le hasard, ce n’est pas un accident.

Moindre grain de sable fait dérailler l’équipe : Oui, mais je pense qu’on doit mettre plus de convictions pour faire mal à l’adversaire. On est souvent un peu trop gentils dans les deux surfaces.

Equipe a plongé après les occasions en début de 2e MT : Oui et puis l’adversaire s’est dit que tout était possible. Quand vous ne concrétisez pas dans vos temps forts, vous redonnez de la force à l’adversaire.

Fragile : On a été solides en première période. Il nous a manqué de l’efficacité offensive mais encore une fois pour être à la mi-temps plus largement devant au score. Malgré tout on fait une bonne entame de seconde mi-temps. On se crée 3 voire 4 occasions pour mettre le deuxième but dans une période où Clermont était pas au mieux. Est-ce que c’est la jeunesse, la suffisance, ou d’autres explications ? Difficile à dire à chaud.

Colère contre ses joueurs ? : La colère ce n’est jamais très bon, il n’en ressort pas grand chose. On va analyser ça. Moi je suis au milieu de mes joueurs. Je ne suis pas avec eux quand ça va, et au-dessus d’eux quand ça ne va pas. Je suis avec eux et on est tous responsables, eux sur le terrain et moi au départ de ce que je dois apporter. Je me remets en question bien évidemment autant qu’eux.

Truffert plutôt que Meling : Biggy avait débuté contre Bordeaux après une blessure assez longue. Je pensais que c’était bien aussi. On a deux arrières gauches très proches l’un de l’autre, j’ai aussi voulu récompensé Adri qui avait fait une bonne semaine d’entraînement.

Guirassy absent : Serhou a eu une gastro hier soir. Ça m’a fait une possibilité en moins pour le coaching offensif en deuxième période.

Clermont : Ils gardent leurs principes de jeu, malgré les difficultés en terme de classement et de points. Ils ont montré du caractère malgré tout car pendant une heure on leur a posé beaucoup de problèmes mais ils n’ont pas lâché. C’est preuve de beaucoup de conviction et de solidarité.

Plus grave de perdre face à des non-concurrents directs : Non ce n’est pas plus grave, ce qui est grave c’est que ce sont les mêmes maux. A chaque fois on est sanctionné pour les mêmes maux, à savoir un manque d’efficacité criant dans les deux surfaces. On se crée beaucoup d’occasions mais on en concrétise pas suffisamment, et l’adversaire s’en crée quelques unes et concrétise quasiment 100% de ses occasions et souvent sur le même type de situations, des centres, avec des problèmes de marquage, d’agressivité défensive. C’est surtout ça qui est grave, pas d’avoir perdu à Clermont qui lutte pour le maintien. C’est un championnat difficile partout, c’est simplement de reproduire les mêmes erreurs. Quand on fait les erreurs une fois ça peut arriver, deux fois ça fait un peu trop. Là c’est 4,5, 6 fois de suite. C’est ça qui est grave, c’est ça qui m’inquiète.

Classement : C’est secondaire ce soir. Mais c’est vrai que là aussi, quand on a les occasions de faire des bonnes opérations, on ne les saisit pas.

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher