Christophe Monzie : « Son vis-à-vis a passé un après-midi assez compliqué… » | OneFootball

Icon: Girondins4Ever

Girondins4Ever

·22 septembre 2022

Christophe Monzie : « Son vis-à-vis a passé un après-midi assez compliqué… »

Image de l'article :Christophe Monzie : « Son vis-à-vis a passé un après-midi assez compliqué… »

« Là, on a vu les Girondins placés dans une configuration inédite depuis le début du championnat puisque c’est la première fois qu’après avoir été rejoints au score, ils ont forcé le destin. La troisième étape ce sera de faire la remontada, c’est-à-dire de renverser le score, de gagner après avoir été menés au score, ce qui ne leur est pas encore arrivé. Mais enfin, cette équipe a quand même du répondant, la preuve, elle a su le faire à un moment où on n’y croyait plus trop. Le petit Davitashivili, qui a des allures de Mathieu Valbuena ou de Bernard Pardo… Il a été un poison tout le match pour la défense dijonnaise. D’ailleurs, son vis-à-vis a passé un après-midi assez compliqué… Et puis, il s’est un peu éteint en seconde période, mais il s’est réveillé au moment où il le fallait avec cette mine magnifique, où il y a une fausse piste d’Aliou Badji, et qui permet aux bordelais de s’engouffrer dans la brèche. Il a profité pour asséner cette frappe lumineuse et efficace, qui va fusiller l’excellent Baptiste Reynet, qui avait auparavant réalisé de beaux arrêts. Bordeaux l’a emporté après avoir ouvert le score, mais c’est un match qui n’aurait jamais dû conduire les Girondins à trembler comme ça. La première période est probablement la plus aboutie sur le plan du football depuis le début de la saison. On peut la mettre sur le même niveau que celle du Paris FC, à la différence près qu’à Paris, Bordeaux avait été efficace, même s’il y avait eu deux penaltys. Alors, certes, on marque des buts, mais on a eu pas mal de penaltys cette saison, et il faut aussi que Bordeaux soit capable de marquer un peu plus de buts sur des actions dans le jeu. Même si évidemment, s’il y a penalty, c’est qu’on provoque et qu’on a une certaine percussion offensive. Par contre, il faut les mettre, et on est bien placés pour le savoir, car on en a manqués un wagon et c’est ce qui a fait qu’on est descendus aussi… Cette année, on les met, et avec une précision chirurgicale, mais Bordeaux aurait dû mener de plus d’un but à la mi-temps ».

À propos de Publisher